Chaba Mokuku - Programme de compétitivité du secteur privé

Le Lesotho commence à exporter des pommes

Les producteurs de pommes du Lesotho ont exporté cette saison 30 caisses de pommes Top Red et Golden Delicious vers l'Afrique du Sud, les premières exportations de pommes de cette région montagneuse.

C'est le fruit d'un programme pluriannuel de la Banque Mondiale visant à renforcer le secteur privé du Lesotho par le biais de chaînes de production à forte valeur ajoutée et à fort potentiel, comme le tourisme de nature et l'horticulture, en se concentrant spécifiquement sur la production de fruits à feuilles caduques, favorisée par la haute altitude du Lesotho et ses nombreuses unités de froid.

L'investissement privé recherché pour développer la production de pommes au Lesotho
Chaba Mokuku, chef de projet du programme au Lesotho, déclare : « La vision est celle de l'exportation, en partenariat avec des homologues sud-africains. Nous ne sommes pas intéressés par le remplacement des importations, nous voulons créer un environnement mutuellement bénéfique où nous pouvons exploiter l'expertise et les infrastructures sud-africaines existantes et nous recherchons des investisseurs privés pour développer le projet au Lesotho. »

Les pommes se portent bien dans le royaume de haute altitude du Lesotho

Actuellement, il y a 41,5 hectares de pommes sur le plateau occidental du Lesotho dans trois exploitations certifiées Global GAP, spécialisées dans les variétés précoces comme Royal Gala et Panorama Golden, la première étant déjà établie en 2014.

Des essais avec des variétés de pommes qui poussent en Afrique du Sud les ont amenés à la conclusion qu'ils peuvent produire des fruits de très haute qualité et que certaines variétés de pommes mûrissent avec deux à trois semaines d'avance sur la région la plus précoce d'Afrique du Sud, dans l'État libre.

Leurs pommes envoyées aux marchés municipaux d'Afrique du Sud ont été emballées cette année chez Maluti Fruit Packers à Bethlehem, en Afrique du Sud.

« Nous créons une toute nouvelle industrie qui attire l'industrie sud-africaine de la pomme, déjà bien établie, en termes de volumes de pommes à maturité précoce destinés aux marchés sud-africain et à d'autres marchés africains et étrangers. Nous allons passer de ces trois fermes à, disons, dix fermes et c'est là que nous avons besoin d'investissements privés, ainsi que de l'établissement de centres de conditionnement et même de pépinières au Lesotho. »

Il note qu'ils ont travaillé sur la sécurité d'occupation pour les investisseurs étrangers.

Il ajoute qu'ils souhaitent également favoriser les partenariats de recherche avec les universités sud-africaines. « Je prévois une situation où nous travaillons en étroite collaboration avec les agriculteurs sud-africains et les organisations sud-africaines comme Hortgro. Je ne vois pas de concurrence. Ce que je vois, ce sont des partenariats entre les agriculteurs sud-africains et ceux du Lesotho. »

Chaba a déjà travaillé sur la zone de conservation transfrontalière de Maluti-Drakensberg, une zone de biodiversité exceptionnelle qui s'étend sur les frontières du Lesotho et de l'Afrique du Sud. « Les frontières politiques sont artificielles. Nous parlons ici d'économie et nous devons travailler ensemble. »


Vergers de pommiers sur le plateau occidental du Lesotho (photos fournies par Chaba Mokuku)

Pour plus d'informations : 
Chaba Mokuku
Private Sector Competitiveness and Economic Diversification Project
Tél. : +266 223 15100
Cell. : +266 588 65088
cmokuku@psc.org.ls 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)