L'évolution des relations entre l'Espagne et le Maroc pourrait affecter les tomates produites au Sahara occidental

L'Espagne a fait un pas vers la résolution de la crise avec Rabat en considérant la proposition marocaine d'établir le Sahara Occidental comme une autonomie au sein du Royaume du Maroc, avec une capacité administrative, législative et judiciaire, comme « la base la plus sérieuse, crédible et réaliste pour la résolution de ce différend. » 

Dans une lettre envoyée vendredi par le Premier Ministre Espagnol Pedro Sánchez au roi du Maroc, Mohamed VI, il souligne « les efforts sérieux et crédibles du Maroc, dans le cadre des Nations Unies, pour trouver une solution mutuellement acceptable » et que « les deux pays sont inextricablement liés par l'affection, l'histoire, la géographie, les intérêts et une amitié partagée. » 

Résoudre une crise entre voisins
Alors que l'Union européenne fait face à la guerre initiée par Vladimir Poutine aux portes du territoire de l'UE, l'exécutif européen tente de clore les conflits à la frontière sud de l'Europe.

En février, la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, s'est rendue au Maroc et a rencontré le président du gouvernement marocain, Aziz Ajanuch, après quoi elle a annoncé un investissement dans le pays du Maghreb de 1,6 milliard d'euros en subventions entre 2021 et 2027. « Le Maroc est un pays avec lequel nous avons construit un partenariat stratégique étroit et solide », a déclaré Von der Leyen à l'issue de sa visite, qui a souligné les liens historiques avec le pays du Maghreb, premier partenaire économique de l'UE sur le continent africain.

Tomates du Sahara Occidental 
Une des conséquences de cette décision, avec laquelle le gouvernement espagnol suit la voie tracée par la Commission européenne, est que les produits agricoles du Sahara Occidental pourront entrer dans l'UE légalement en tant que produits marocains.

La production agricole au Sahara Occidental est concentrée dans un périmètre d'environ 70 km autour de la ville de Dakhla. Son expansion, basée principalement sur la culture de la tomate (environ 80 %) et du melon (environ 20 %), a commencé au début de ce siècle, favorisée par un climat favorable qui permet une culture et une récolte plus précoces (2 ou 3 semaines plus tôt que dans la région du Souss) et, par conséquent, une position plus avantageuse sur les marchés européens.

Les conditions phytosanitaires à Dakhla sont également favorables. De plus, les caractéristiques de l'eau (qui contient du phosphate) d'irrigation permettent d'obtenir une tomate, principalement la cerise, de haute qualité et de consistance, ce qui est important pour le transport sur de longues distances d'un produit destiné à l'exportation.

 

Source : hortoinfo.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)