Heiko Obalski, de Fritz Möss Fruchthandels, à propos du début de la saison des asperges :

« Nous devons maintenant facturer près de 2 euros de plus par kilo »

« L'or blanc » reprend peu à peu sa place sur les étagères du marché allemand. La société Fritz Möss Fruchthandels Ltd de Munich a commencé il y a deux semaines déjà à vendre des asperges provenant de Grèce, d'Italie et d'Allemagne. Selon l'acheteur et vendeur Heiko Obalski, l'entreprise s'approvisionne en marchandises allemandes auprès d'un producteur de Bavière, qui utilise la chaleur résiduelle pour la culture, ce qui est un avantage notamment en ce qui concerne le thème de la durabilité.

« Cela nous donne une avance d'environ trois semaines sur les marchandises normales. Par principe, nous ne travaillons qu'avec des partenaires qui peuvent proposer des marchandises de qualité supérieure. Compte tenu des prix et des coûts actuels, c'est également une nécessité. »


Heiko Obalski avec des asperges bavaroises

Qualitativement, les asperges de tous les pays d'origine sont bonnes. Il reçoit 600 kg d'asperges italiennes par jour, et 300 kg d'asperges allemandes par jour. De la Grèce, il a reçu 2 à 3 tonnes. Il y a également eu des ajustements de prix. « Nous devons maintenant facturer environ 2 € de plus par kilo, mais le problème est que nous pouvons difficilement faire respecter ces prix. Normalement, nous pouvons facturer beaucoup plus pour les produits précoces, mais le marché ne le permet tout simplement pas pour le moment. »

Incertitude du côté des clients
Pour Obalski, l'incertitude croissante parmi ses clients est le problème fondamental ici. Si le Coronavirus ne semble plus être un problème trop important, beaucoup sont déstabilisés en raison des événements et des conséquences entourant la guerre. « Le prix n'était pas un problème l'année dernière. Mais tout vient de changer. Les clients de la restauration, qui prennent habituellement beaucoup, n'achètent presque plus rien. » Il y a un peu plus d'une décennie, on vendait également plus de produits chauffés, mais de nos jours, l'intérêt est en baisse car ces produits sont en contradiction avec la durabilité.

« Habituellement, à cette époque, on sent que les gens ne veulent plus de légumes d'hiver et s'intéressent plutôt à nouveau aux fruits rouges et aux asperges. Cette année, cependant, c'est très différent, car les clients sont déstabilisés et, en ce moment, les gens font des économies sur à peu près tous les articles. » Les coûts d'entretien extrêmement élevés sont le plus gros problème ici, dit-il.

Repenser l'utilisation des plastiques
Obalski est également frappé par le fait que le battage médiatique sur la limitation des emballages plastiques a disparu, en grande partie. « L'emballage était la question la plus importante avant le Coronavirus. Le battage médiatique pour repenser l'utilisation du plastique n'intéressait personne à l'époque du Coronavirus. Mais petit à petit, le sujet revient sur le tapis. Mais en général, nous utilisons des emballages en carton, bien que les emballages en film soient tout simplement indispensables pour le transport et la vente des asperges. Les films sont désormais également recyclables. On y accorde déjà beaucoup d'importance », conclut M. Obalski.

Pour plus d'informations :
Heiko Obalski
Fritz Möss Fruchthandels GmbH
Kochelseestr. 13
81371 Munich
Tél. : 089-746352-00
Fax : 089-746352-32
info@fritz-moess.de  
fritz-moess.de/index.php   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)