Un importateur européen déclare qu'il n'est plus possible d'acheter des tomates rondes marocaines

Que se passe-t-il avec l'exportation de tomates marocaines ?

Le gouvernement marocain tente de faire pression sur les prix des tomates locales en stoppant les exportations vers les marchés européens. À l'approche du Ramadan, la tomate est un produit important pour le consommateur marocain, car elle constitue la base de la soupe qu'il consomme pendant cette période. Un importateur européen déclare qu'il n'est plus possible d'acheter les tomates du Maroc, tandis qu'un exportateur marocain affirme que ce n'est le cas que pour les produits de qualité inférieure.

Selon un importateur néerlandais de tomates, il semble que le Maroc ait mis un terme définitif à l'exportation de ses tomates vers les marchés européens : « Les tomates rondes du Maroc ne sont pas autorisées à quitter le pays. Le gouvernement marocain a décidé de ne plus exporter de tomates vers l'UE, car les prix du blé et des denrées alimentaires en général sont en hausse. Le raisonnement est que s'ils cessent d'exporter les tomates et les utilisent plutôt pour la consommation intérieure, les prix pourraient baisser légèrement. Le Ramadan commence début avril, le gouvernement veut donc s'assurer que des volumes suffisants de tomates restent à l'intérieur des frontières du Maroc, afin que les gens aient quelque chose à consommer pendant le Ramadan. Les tomates à grignoter peuvent être exportées, mais les producteurs ne peuvent pas remplir les conteneurs avec les seules tomates à grignoter, c'est donc le prochain problème qu'ils doivent gérer. »

Selon Fatiha Charrat, directrice commerciale et marketing de Delassus, le gouvernement intervient uniquement pour s'assurer que les tomates Cat. 2 ne soient pas exportées pour faire plus de profits : « Comme le marché des tomates rondes est très fort en Europe, les importateurs font pression sur les fournisseurs marocains. Cela a fini par causer deux problèmes. Premièrement, il y a eu une augmentation des prix sur le marché intérieur à un moment critique. La tomate est la base de la Harira, la soupe marocaine que les gens consomment pendant le Ramadan. Cela signifie qu'un manque de tomates pendant cette période est dévastateur pour les consommateurs. Le deuxième problème est que certains exportateurs seraient encouragés par les prix en Europe à commencer à envoyer des tomates de catégorie 2. Pour éviter l'exportation de la catégorie 2 et stabiliser notre marché intérieur, l'ONSSA, l'administration marocaine chargée de la sécurité alimentaire, va augmenter le niveau de contrôle pour s'assurer que les tomates de catégorie 2 ne sont pas exportées. Le gouvernement a déjà arrêté l'exportation vers les pays africains qui utilisent la catégorie 2. Cela ne concerne que les tomates rondes, les tomates à grignoter sont toujours acceptées. »

Dans une mise à jour ultérieure, Fatiha Charrat a déclaré : « Nous venons d'apprendre que le Maroc va réduire le volume hebdomadaire de 40 %. L'exportation est donc maintenant libérée après la réunion tenue entre l'APFel, l'association des producteurs de fruits et légumes, et le gouvernement. »

Un autre négociant marocain de fruits a déclaré qu'il n'y a pas réellement d'interdiction officielle, mais que les inspections de qualité forcent les tomates destinées à l'exportation au marché local : « En raison des mauvaises conditions de culture, nous avons une récolte de tomates plus faible. Cela a entraîné une hausse des prix locaux, juste avant le Ramadan, qui a lieu la semaine prochaine. Les citoyens locaux se plaignent de ces prix élevés auprès du gouvernement. Actuellement, le gouvernement marocain n'interdit pas officiellement les tomates. En réponse, l'agence gouvernementale d'inspection de la qualité se présente dans les entrepôts de conditionnement et rejette les lots destinés à l'exportation pour des « raisons de qualité ». Cela oblige les producteurs à vendre les tomates sur le marché local pour pallier la pénurie et, espérons-le, faire baisser les prix. »

Bloomberg indique que le Maroc envoie environ 430 000 tonnes de tomates à l'Union européenne chaque année, ce qui en fait le premier fournisseur extérieur de l'Union. En raison de la sécheresse qui sévit dans ce pays d'Afrique du Nord, le prix de l'un des aliments de base frais les moins chers du Maroc a fortement augmenté ces dernières semaines. L'inflation a déclenché de rares protestations dans le pays.

Les restrictions à l'exportation réduiraient de moitié le prix local des tomates à moins de 5 dirhams (0,46 €) le kilo.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)