Qu'adviendra-t-il des pommes de terre égyptiennes qui n'atteignent pas la Russie ?

L'interprofession française de la pomme de terre, le CNIPT, a tenté de répondre à cette question face à l'incertitude de l'impact que la guerre en Ukraine pourrait avoir sur l'industrie d'exportation de la pomme de terre en Égypte, un pays qui vend en moyenne 660 000 tonnes de pommes de terre chaque année, et dont la Russie est le plus gros client avec des achats de 240 000 tonnes. D'autant plus que le pic d'exportation des pommes de terre égyptiennes a lieu en ce moment même.

Les difficultés de livraison à la Russie pourraient se traduire « par une augmentation potentielle de l'offre de pommes de terre précoces en provenance d’Égypte (et dans une moindre mesure d'Israël) sur le marché européen. L'Allemagne a déjà commencé à importer des pommes de terre égyptiennes et d'autres importations pourraient avoir lieu sur le marché européen, menaçant ainsi directement la part de marché de la France », car, comme le rappelle le CNIPT, 98 % des pommes de terre françaises sont exportées vers le territoire de l'UE.

« Indirectement, cette concurrence plus vigoureuse de ces offres méditerranéennes de pommes de terre primeurs pourrait accroître la pression sur les prix des offres négociées », souligne-t-elle. Le secteur français réalise plus d'un tiers de ses exportations dans la période de mars à mai.

D'autre part, il se peut qu'en raison de la guerre en Ukraine, l'Égypte n'ait pas accès au blé russe dont elle dépend fortement pour nourrir sa population, ce qui pourrait contraindre le gouvernement égyptien à restreindre une partie de ses exportations de pommes de terre à la consommation intérieure.

 

Source : agrodigital.com / cnipt.fr 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)