« Nous nous attendons à des retards de 7 à 21 jours »

Les fruits sud-africains, qui pourrissent dans le port du Cap, font la une des journaux

Le dilemme de l'industrie fruitière sud-africaine en matière d'expédition et le rôle joué par les retards au port du Cap ont fait la une d'un journal dominical ce week-end, avec un article affirmant que « des tonnes de fruits exportés pourrissent à cause du chaos portuaire ». L'article cite les dirigeants de l'industrie, selon lesquels le secteur fruitier a subi des pertes estimées à 1 milliard de rands (62,26 millions d'euros) depuis le début de la saison.

Le secteur est en pourparlers avec Transnet, l'autorité portuaire publique, et l'on espérait que les choses s'amélioreraient dans le port, les opérations revenant à la normale après les fermetures dues au Covid.

Une longue file de camions à Salt River transportant des fruits vers le terminal à conteneurs du Cap. Ils attendront probablement plusieurs jours avant d'être chargés.

« Donc tout se résume à un équipement et une infrastructure vieillissants, avec un manque de maintenance continue au port du Cap », explique un exportateur, aggravé par des opportunités très limitées sur les lignes frigorifiques et de faibles niveaux de stock d'équipement vide (conteneurs).

« Nous nous attendons désormais à ce que chaque envoi soit retardé au port avant le chargement. La norme est que lorsqu'un navire accoste, il devrait être déchargé dans la journée. Le jour suivant, les piles s'ouvrent, puis le navire est chargé en quatre jours avant d'appareiller pour le prochain port d'escale, le tout prenant au maximum sept jours. Actuellement, cependant, il faut en moyenne sept jours pour décharger les navires et sept autres jours pour les charger. »

« Pendant ce temps, les camions transportant les conteneurs du prochain navire continuent d'arriver et de décharger. Les fruits attendent donc entre 7 et 21 jours avant d'être chargés sur un navire. »

Aucun fruit ne peut actuellement partir du Cap vers l'Est
L'année dernière, les exportateurs ont commencé à expédier par camion des fruits à noyau et des raisins de table du Cap vers le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient depuis Durban, afin de bénéficier d'un avantage géographique grâce au port de l'océan Indien. Cette année, dit un exportateur, ils recommencent, mais cette fois parce qu'ils n'ont pas le choix.

Pour l'instant, aucune compagnie maritime ne charge vers le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient à partir du Cap, car les compagnies contournent le Cap et « son problème avec Transnet », comme l'appelle une source dans le secteur maritime.

Les exportateurs doivent puiser dans leurs ressources financières pour envoyer des fruits par la route à Port Elizabeth et Durban. Sur la route Le Cap-Durban, il y a une pénurie de fret de retour et, par conséquent, un nombre limité de camions frigorifiques sur cette route. Le coût du transport des fruits par camion vers d'autres ports est extrêmement élevé, et la hausse du prix du diesel ne fait qu'accentuer ce phénomène.

À Durban, le responsable d'une chambre froide raconte à FreshPlaza qu'ils ont accueilli des raisins de table pour la toute première fois cette année.

Les arrivées simultanées mettent la pression sur l'Europe
En raison des retards, il y a eu un amoncellement de navires arrivant simultanément en Europe.

« Et en dehors de ce regroupement, il y a les conteneurs qui ne peuvent pas aller en Russie, qui se retrouvent maintenant aussi en Europe, ce qui met davantage de pression sur le système, les mauvais emballages, les problèmes de qualité, cela a un gros effet. »

Un exportateur de raisin raconte à FreshPlaza que les choses ont commencé à mal tourner avec la panne d'électricité de décembre, au cours de laquelle il s'est avéré que Transnet ne disposait pas de la capacité d'alimentation alternative nécessaire en cas de panne d'électricité (un phénomène assez courant en Afrique du Sud).

La température des raisins restés 36 heures sans être refroidis a pu être abaissée, mais le mal était fait, et les exportateurs et les producteurs s'attendaient à des réclamations concernant la qualité. Transnet avait déclaré un cas de force majeure lors de cet événement, ce qui rend les paiements d'assurance improbables.

Il ajoute que c'est une catastrophe pour l'industrie fruitière.

Certains exportateurs reprochent également à un nouveau système de réservation des camions d'être à l'origine de nouveaux retards, les fruits restant des jours entiers avant d'être chargés.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)