Nouvelle recherche de l'Université de Warwick :

« Une subvention permettrait d'augmenter la consommation de fruits et légumes de 15 % »

Les coûts fixes élevés pour la vente au détail des fruits et légumes frais signifient qu'ils coûtent 40 % de plus, contrairement aux alternatives malsaines comme le démontre une nouvelle étude. 

L'introduction d'une subvention pour contrecarrer la distorsion des prix et réduire le coût des fruits et légumes modifiera les régimes alimentaires d'une manière non seulement plus saine, mais aussi plus conforme à ce que les consommateurs aiment manger, selon la recherche.

Publiée le 30 mars dans Science Advances, l'étude menée par des économistes de l'Université de Warwick vise à quantifier les distorsions du prix des fruits et légumes dues aux imperfections du marché, ainsi que leur impact sur nos régimes alimentaires.

Les économistes ont constaté que les coûts fixes de la chaîne d'approvisionnement jouent un rôle beaucoup plus important dans le prix des fruits et légumes que dans celui des autres aliments, faussant le prix relatif d'au moins 40 %. Ces prix élevés impliquent que les consommateurs achètent en moyenne 15 % de moins de fruits et légumes qu'ils ne l'auraient fait si ceux-ci avaient été vendus au coût marginal. Cette sous-consommation est due à une imperfection du marché : les coûts fixes empêchent la « main invisible » du marché d'allouer davantage de fruits et légumes aux consommateurs, ce que ceux-ci et les producteurs de ces produits préféreraient.

La sous-consommation de 15 % des fruits et légumes due aux imperfections du marché de détail représente un tiers de l'écart entre les quantités moyennes de fruits et légumes consommées et les apports recommandés.

Le professeur Thijs van Rens, l'un des auteurs de l'article, dirige également le Warwick Obesity Network, qui élabore des politiques fondées sur des données probantes et des notes à l'intention des praticiens à l'appui d'une stratégie nationale contre l'obésité. Il a déclaré : « Le marché de la vente au détail de produits alimentaires est très concurrentiel, donc s'il n'y avait pas de coûts fixes, on s'attendrait à ce que les aliments soient vendus à un prix proche du coût marginal. Et le fait qu'ils ne le soient pas affecte les régimes alimentaires. »

« Une hausse du prix d'un produit signifie que les gens en achètent moins. La question est de savoir dans quelle mesure. Nous constatons que si le marché fonctionnait correctement, les consommateurs achèteraient 15 % de fruits et légumes en plus qu'actuellement, ce qui constituerait un gain énorme pour la santé publique. »

« Il y a un problème avec le marché, c'est qu'il y a un coût fixe élevé dans la fourniture de fruits et légumes. L'effet de cela est que les prix sont trop élevés, et la consommation trop faible. Pire encore : l'effet est plus fort lorsque la demande est faible. Et il se trouve que la demande est faible là où les gens sont pauvres. Ainsi, cette défaillance du marché non seulement nous rend tous plus malsains, mais elle accroît également les inégalités en matière de santé. »

Pour plus d'informations : 
eurekalert.org


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)