Brahim El Hasnaoui, directeur commercial, Fleuron d’Anjou

« Les deux premières semaines de commercialisation montrent une énorme attente »

« Nous avons eu les premières productions le 7 mars, une semaine plus tard que l’année dernière », indique Brahim El Hasnaoui.  Le froid sec du mois de février a permis à la plante de bien se reposer et de repartir de plus belle ». Résultat ? Un produit très qualitatif et des calibres homogènes pour cette nouvelle saison. « Nous sommes plutôt bien équilibrés en termes de calibres, entre 16-22 et 22-32, donc pas trop petits comme ça peut être le cas certaines années. »


« Nous espérons reconduire ce qu’on a fait les deux dernières années »
Malgré deux années de pandémie, la filière asperge s’en est très bien sortie et espère continuer sur cette lancée pour 2022. « Tout le monde prédisait 2020 comme une année catastrophique avec le confinement. Finalement la consommation était bien là, encouragée par une mobilisation générale sur le « consommer français » avec notamment un grand soutien aux producteurs d’asperges et de fraises et des campagnes de communication via les quotidiens régionaux à travers tout le territoire. L’année 2021 s’est établie sur le même dynamisme avec une très belle consommation grâce aux émissions culinaires et l’envie de cuisiner maison. Les enseignes de la grande distribution avaient également joué le jeu avec la mise en place d’animations. »

« Donc cette année on attaque avec l’espoir de reconduire ce qu’on a fait les deux dernières années. Le contexte actuel est certes, plus difficile cette année avec une consommation qui peine, que ce soit en conventionnel ou en bio, mais les premiers retours sur les deux premières semaines de commercialisation montrent une énorme attente sur le produit. » Légume phare du printemps, Brahim espère que l’asperge se retrouvera sur les tables avec l’arrivée des beaux jours. « Ça fait pratiquement deux ans que les familles ne se sont presque pas réunies et l’asperge c’est typiquement le produit festif. »

Des prix plus abordables cette année
« Cette année Pâques tombe au moment où nous serons en pleine production, donc nous aurons du beau produit et de la disponibilité à des prix qui seront certainement abordables contrairement aux dernières années où la production était plus précoce avec des prix plutôt élevés. »

Fleuron d’Anjou poursuit sa démarche HVE  
La coopérative qui produit 800 tonnes d’asperges - 650 tonnes de blanches et 50 tonnes de vertes en conventionnel et 60 tonnes de vertes et 40 tonnes de blanches en bio - a entamé sa démarche HVE l’année dernière. Près d’un tiers de ses producteurs sont déjà certifiés et les autres sont en cours de certification. Une certification totale prévue pour l’année prochaine, au plus tard en 2024. 

Fleuron d’Anjou vise également les 1 000 tonnes d’asperges d’ici les trois prochaines années pour peser davantage sur le bassin Val de Loire.  « La consommation de l’asperge blanche se fait principalement dans la diagonale Alsace, région parisienne et ensuite vers les Landes qui sont de gros consommateurs. Donc nous sommes dans cette optique du local pour tout le Val de Loire. » 

Pour plus d’informations :
Brahim El Hasnaoui 
Fleuron d’Anjou
Tél. : +33(0) 241 530 480
Fax : +33(0) 241 536 712
fleurondanjou.fr 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)