La moitié des récoltes ukrainiennes pourrait être perdue à cause de la guerre

Les récoltes de certaines des cultures les plus importantes de l'Ukraine pourraient être réduites de moitié cette année, ce qui menacerait sa position d'exportateur majeur et aggraverait les réserves mondiales déjà limitées. L'invasion russe intervient à un moment crucial pour les cultures. Les agriculteurs ukrainiens viennent de commencer à semer du maïs et des tournesols, dont la progression est entravée par les mines antipersonnel et le manque de carburant et d'engrais. Pour le blé qui a été semé des mois avant la guerre, une grande partie de la zone est occupée par les troupes.

Les ports étant pour la plupart fermés, les agriculteurs envisagent également de se tourner vers des cultures plus adaptées à la consommation locale qu'à l'exportation. Même à ce stade précoce de la saison de croissance, la situation semble sombre, les analystes prévoyant une baisse de la production de 30 à 55 %, selon la culture. Cela accroît les risques de pénurie des principales denrées de base et pourrait faire grimper encore davantage les prix alimentaires mondiaux, qui ont déjà atteint un niveau record.

L'Ukraine est un expéditeur clé de maïs, d'huile de tournesol et de blé, mais les flux ont chuté depuis que la guerre a éclaté. Bien qu'elle ait augmenté ses ventes par voie ferroviaire à travers sa frontière occidentale, les volumes ne représentent qu'une fraction du commerce maritime normal.


Source : bnnbloomberg.ca


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)