Tour d'horizon des grossistes en fruits et légumes : « L'or aussi peut être trop cher, comme disait mon oncle Joop »

La ruée vers Pâques a commencé, mais la disponibilité limitée et les prix élevés menacent le marché

« Les ventes de Pâques sont particulièrement difficiles cette année », déclare Michel van den Berg de De Best AGF, un grossiste de La Haye. « Les tomates coûtent 4 €/kg, la laitue Iceberg 2 €, les courgettes et les concombres 1,50 € et 1 € pièce, respectivement. Les gens veulent acheter, mais pour un bon commerce, ces prix sont beaucoup trop élevés. Les vendeurs du marché ont tous du mal à remplir leurs étals. C'est vraiment dommage car ils vendent habituellement beaucoup plus à cette période de l'année ».

« Tout le monde sait pourquoi cela se produit. Avec les prix actuels du gaz, les producteurs néerlandais préfèrent ne pas chauffer leurs cultures. Le diesel est coûteux. Et la météo en Espagne est responsable du reste. Les prix élevés ont fait retomber un peu la pression. Mais tout est trop cher pour être rentable. Si vous obtenez des produits quelque part à bon prix, ils sont vite partis. Mais c'est difficile de trouver du commerce. Il n'y avait, par exemple, presque pas de laitues iceberg disponibles hier. »

« Tout cela pèse sur le marché. La semaine de Pâques est généralement excellente, bien meilleure que même Noël. Les restaurants sont bondés, surtout quand il fait beau. Alors, les asperges et les fraises se vendent comme des petits pains. Les fraises Lambada se vendent bien maintenant, mais la saison des fruits rouges n'a pas encore démarré. C'est dommage car avec une plus grande disponibilité, nous aurions pu réaliser de nombreuses ventes cette semaine », dit Michel.

« Chez Gebr. van Aarle, le commerce de Pâques est également bien engagé », déclare Edwin van Eijndhoven, acheteur de cette entreprise néerlandaise. « La demande de produits saisonniers comme les asperges et les fraises est particulièrement forte. L'avantage des ventes de Pâques par rapport à celles de Noël est que les marchandises vendues sont bien plus souvent du commerce régulier. En particulier, la taille des commandes augmente. Pendant la période de Noël, il y a beaucoup plus de demande pour des produits exotiques et exclusifs. En revanche, nos clients du secteur de la restauration commandent davantage de cressons et de légumes à feuilles inhabituels. »

« Nous dépendons encore largement des produits importés de pays comme l'Espagne. Mais, le mauvais temps qui y règne a fortement limité la disponibilité de produits tels que l'iceberg et d'autres variétés de laitue, le brocoli, et même les framboises. » Edwin indique que les fraises se vendent actuellement très bien. « Les prix des hollandaises ont légèrement baissé chaque jour depuis le début de la semaine. Les asperges aussi sont très demandées », dit-il.

Selon Ellen Sebrechts, de la société belge du même nom, les commerçants ressentent effectivement la ruée vers Pâques. « Le temps aide certainement. La première semaine des vacances de Pâques a été très calme ici. Le temps n'était pas bon, beaucoup de gens étaient absents et tout est généralement assez cher. »

« Les ventes ont donc semblé stagner quelque peu. Cette semaine, en revanche, a très bien commencé. On annonce des températures de 18°C, et les gens achètent pour le week-end de Pâques, donc nous avons eu de belles affluences. Plusieurs magasins ferment pendant les vacances de Pâques, mais tous rouvrent le week-end précédant Pâques. »

« Les spécialités ne sont pas aussi populaires pour Pâques que pendant la période des fêtes. En ce moment, les produits comme le chou de serre et les asperges se vendent bien. Tout comme les asperges prépelées, les pointes d'asperges et les asperges vertes. »

« Le temps plus chaud signifie que les différentes variétés de fraises telles que Elsanta, Sonsation, Sonata, pour n'en citer que quelques-unes, sont toutes arrivées simultanément sur le marché », explique Ellen.

« Il est compréhensible que les gens commencent à avoir envie de fruits d'été au printemps. Des stocks plus importants et la promesse d'un temps clément font que les acheteurs se ruent sur les fraises, même celles qui viennent juste de commencer. Les produits plus chers et plus exclusifs, tels que les mangues, les melons et les agrumes qui fleurissent, restent également très demandés. »


Des asperges en exposition chez Sebrechts

« La hausse des prix du carburant, les pénuries de transport, les grèves et le mauvais temps ont entraîné une disponibilité limitée, notamment des produits d'importation », explique Ellen. « En Espagne, par exemple, le temps a été terrible ces dernières semaines. Cela affecte à la fois la qualité et l'approvisionnement des produits. La pluie interrompt, par exemple, la récolte des agrumes. Mais de manière générale, nous recevons moins de produits. »

« Et tout est devenu plus cher. Des choses comme la laitue sont très chères. Comme les exportateurs achètent beaucoup de laitue, les stocks de toutes sortes - les différentes variétés comme la Lolla Rossa, la Bionda, la feuille de chêne, la rouge, et même la laitue standard - sont limités. Ajoutez à cela la demande accrue à l'approche de Pâques, et vous obtenez des prix plus élevés », explique Ellen.

Mon oncle Joop disait toujours : « L'or aussi peut être trop cher », explique Wijnand de Mooij, du grossiste en fruits et légumes du même nom à Rotterdam. « Mais, vous gagnez de l'argent plus rapidement lorsque vous vendez quelque chose à 20 € au lieu de 2 €. Le commerce est devenu comme le Far West ces derniers temps. Il y a la guerre, la pandémie mondiale, la surtaxe sur le diesel, l'augmentation du coût de la main-d'œuvre, l'inflation et le coût élevé des engrais, des plastiques et des emballages. Chaque semaine, il y a quelque chose d'autre auquel nous devons répondre et que nous devons contourner. »

« Cependant, même 34 ans plus tard, nous aimons toujours le secteur des fruits et légumes et ses nombreuses opportunités. Aujourd'hui, de plus en plus de nos concurrents facturent des frais de livraison en raison des prix élevés du diesel. Nous ne le faisons pas. Cela donne aux clients une image peu claire et, sur le plan commercial, ce n'est pas non plus très pratique. Les clients n'aiment pas non plus cela, ils ne le considèrent pas comme un service. Ces mesures prises par nos concurrents nous donnent maintenant des possibilités d'augmenter nos ventes. »

« En ce qui concerne les prix d'achat et de vente, le commerce a radicalement changé et est, en vérité, beaucoup trop cher. Pourtant, il y a des achats et des ventes ; nous sommes actuellement extrêmement occupés. L'industrie hôtelière est bien revenue, tandis que les magasins et les vendeurs du marché vendent un peu moins qu'en 2021. Les consommateurs ne peuvent dépenser de l'argent qu'à un seul endroit », explique M. Wijnand.

« Mais avec Pâques qui approche et le beau temps qui s'annonce, les gens sont de bonne humeur. Nous nous attendons donc à d'excellents chiffres de vente. L'évolution et les prix élevés montrent clairement que ce sont surtout les meilleurs marchands et commerçants qui continuent à faire du commerce. Il y a peu de dumping sur le marché néerlandais. »

« Les marchandises espagnoles, comme l'Iceberg, la Romaine, la laitue petit grain emballée et l'endive frisée sont très chères. Mais les grèves des chauffeurs espagnols ne nous affectent plus, et il n'y a pas de problèmes de disponibilité avec la laitue de notre ligne UnicaVera en provenance d'Italie », poursuit Wijnand. « La roquette, le mesclun et la mâche se vendent bien, et les prix ne devraient pas augmenter si près de Pâques. Les produits néerlandais sont abondants et à bon prix. Le concombre, la courgette, les poivrons, les tomates en grappe et l'aubergine sont les prix aberrants. »

« Mais, comme je l'ai dit, il est plus facile de gagner de l'argent en facturant 20 € que 2 €. Nous allons être agités cette semaine car, avec ces perspectives, Pâques éclipse parfois Noël. Et nous avons un long week-end à attendre avec impatience, après tout ce dur labeur », conclut Wijnand.

Pour plus d'informations :
Michel van den Berg
De Best AGF
Tél. : +31 (0) 623 728 028
michelvdberg1@live.nl 

Gebrs van Aarle
39 Van Leeuwenhoekweg
5482 TK, Schijndel, NL
Tél. : +31 (0) 735 441 919
verkoop@aarlegebrs.nl  
www.gebrsvanaarle.eu 

Sebrechts Fruit
4 Kielsbroek
Entrepôt A1
2020, Anvers, Belgique
Tél. : +32 (0) 323 74 192
info@sebrechtsfruit.be 
www.sebrechtsfruit.be 

Wijnand de Mooij
170 Groothandelsmarkt
3044 HG, Rotterdam, NL
Tél. : +31 (0) 104 373 984
info@mooijquality.nl  
www.mooijquality.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)