Domingo Llamas, président d'Unexport : « Un mois que nous ne sommes pas en mesure de livrer les quantités souhaitées »

« Une saison estivale avec beaucoup d'incertitudes »

Les pluies persistantes qui se produisent depuis le mois de mars, accompagnées de tempêtes de sable il y a quelques semaines, laissent les cultures de légumes et d'agrumes gravement affectées, dans la région espagnole du Levante. A Murcie, de grandes quantités de légumes à feuilles ont été perdues, ainsi que des brocolis, des choux-fleurs et des céleris, entre autres, qui ont dû être jetés en raison de problèmes de qualité ou parce qu'ils étaient pleins de boue, dans le cas des laitues. Une grande partie de la récolte a été détruite et la saison estivale est préoccupante, car il n'a pas été possible de les planter.

« En un mois, nous avons vu la même quantité de pluie qu'il pleut habituellement en trois ans », affirme Domingo Llamas, président de la coopérative de second degré Unexport. « Cela va avoir des répercussions sur nous, car une grande partie de notre production est affectée en termes de qualité. Depuis un mois, nous n'avons pas été en mesure de fournir à nos clients les quantités que nous aurions souhaitées. » 

« Il n'y a pas eu de pluie torrentielle mais elle a été constante », poursuit M. Llamas. « De grandes quantités de laitues sont restées non récoltées dans les champs et les plantes ont suffoqué car leurs racines ont été recouvertes d'eau. En revanche, dans les légumes de serre tels que les poivrons, les courgettes, les concombres et les tomates, le manque de lumière a entraîné une croissance lente des fruits, qui ont également eu des problèmes d'humidité, ce qui a entraîné des quantités très limitées sur les marchés. » 

Depuis plusieurs jours, les producteurs de Murcie n'ont pas pu planter de melon et de pastèque pour la saison estivale car les champs étaient boueux. À son tour, à Almeria, en raison du mauvais temps et du fait que les agriculteurs ont gardé les légumes plus longtemps que d'habitude en raison de leurs bons prix, les repiquages de melon et de pastèque ont été retardés et la superficie est également réduite, en particulier pour le melon.

« Le melon et la pastèque seront plantés quand cela sera possible, mais il y aura probablement un certain chevauchement des productions. Le retard pris à Almeria et Murcie pourrait entraîner une petite pénurie sur le marché des melons et des pastèques. Et il reste à voir quel a été l'impact de la tempête de sable sur les fleurs et la nouaison des fruits. Les légumes d'été, comme le poivron, présentent également de nombreuses inconnues. Nous sommes face à une saison estivale avec beaucoup d'incertitudes », déclare Domingo Llamas.

Selon le président d'Unexport, les prix sont un peu plus élevés en raison du manque d'offre, bien que les coûts aient trop augmenté pour atteindre des « marges bénéficiaires satisfaisantes. »

« Lorsque nous avons conclu les contrats d'approvisionnement avec les grandes chaînes de supermarchés, nous ne pouvions pas imaginer ce qui allait se passer. Les prix de l'énergie, du carburant, du plastique et du carton ont augmenté incroyablement vite, mais nous nous sommes mis d'accord sur des prix de vente qui nous semblaient corrects. Certains clients font preuve de compréhension et nous laissent répercuter les hausses de prix, mais d'autres s'entêtent à respecter les contrats », déplore-t-il.

Composée de 18 sociétés coopératives d'Almeria et de Murcie, Unexport prévoit de vendre environ 80 millions de kilos de fruits et légumes cette année et espère approcher un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros.

Pour plus d'informations : 
Domingo Llamas
Unexport 
Polígono Industrial Juan Lucas,
C7 - Nave 4,
30816 La Hoya, Lorca, Murcie (Espagne)
Tél. : +34 968 48 67 04
domingollamas@unexport.es 
www.unexport.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)