Jan-Louis Pretorius - Groep 91 Uitvoer

Un volume important de pomelo pourrait ne pas être exporté cette année en raison de la pression sur les coûts

La saison sud-africaine du pomelo a commencé environ deux semaines plus tôt que d'habitude, la majorité des producteurs de pomelo des régions du nord procédant actuellement à une récolte sélective de l'intérieur du couvert des arbres, qui sont généralement les plus gros fruits.

Bien que la fenêtre internationale de vente et de consommation du pomelo sud-africain soit longue et relativement stable, l'offre est généralement concentrée pendant la dernière moitié d'avril et la première moitié de mai. Cette année, selon Jan-Louis Pretorius, PDG de Groep 91 Uitvoer à Letsitele, dans la province de Limpopo, les producteurs et les exportateurs ont l'intention de faire tout leur possible pour prolonger la récolte.

« Compte tenu de l'augmentation drastique des coûts dans l'ensemble de notre chaîne d'approvisionnement, en particulier les frais d'expédition, les producteurs ne peuvent pas se permettre de constituer des stocks inutiles sur leurs marchés, car cela entraîne généralement une pression à la baisse sur les prix et les rendements à la ferme. Si l'on ajoute à cela l'état général de congestion de nos ports, il devient évident que les producteurs doivent prolonger leur récolte de pomelos sur la plus longue période possible. »

Remise en question de la possibilité d'exporter 40 à 45 % de la récolte
« Les conditions environnementales ont été positives pendant la saison de croissance et les chances sont assez bonnes pour que nous assistions à une augmentation par rapport à 2021 de la production totale. Mais les exportations ne connaîtront pas cette même croissance en raison de la forte probabilité que les lignes à faible marge comme la classe 2, le grade de transformation, les gros (calibre 28/32) et les petits (calibre 55/60) fruits n'atteignent pas un retour au seuil de rentabilité et ne seront donc pas emballés et expédiés. »

En 2021, les fruits de qualité transformation représentaient 16 % des exportations, tandis que la classe 2 représentait 6 %. Les gros fruits traditionnellement destinés à la Russie représentaient 9 % et les petits fruits 12 % supplémentaires.

« Cela représente entre 40 % et 45 % de la récolte d'exportation traditionnelle qui est potentiellement remise en question pour des raisons commerciales. Cela met en péril la viabilité des producteurs si les taux d'expédition ridicules restent élevés. »



Le marché du jus est une perspective équitable

La demande de pomelo frais est faible au niveau local (bien qu'un pomelo de première classe arrivé à maturité à Letsitele soit imbattable en termes de qualité gustative, remarque Jan-Louis), mais le marché du jus est en assez bonne condition. La transformation locale du pomelo, par rapport aux oranges et aux citrons de Valence, offre une alternative intéressante aux exportations.

Le temps qui s'écoule entre l'emballage des fruits et leur arrivée finale sur le marché s'est considérablement allongé au cours des deux dernières saisons, ce qui a des conséquences très diverses pour les producteurs, allant d'une pression accrue sur les flux de trésorerie à des implications potentielles sur la qualité à l'arrivée.

« Nous sommes très préoccupés par les retards enregistrés au port et tout au long de la chaîne logistique », déclare Jan-Louis ; cette préoccupation a été aggravée par l'effet des récentes inondations sur Durban et les routes d'accès au port.

Les fruits iront en Russie, mais dans des conditions très difficiles
La Russie et les pays voisins comme l'Ukraine (qui était un marché de pomelo très important pour l'Afrique du Sud), la Géorgie, l'Azerbaïdjan sont d'une importance capitale pour les exportateurs de pomelos  sud-africains d'un point de vue commercial. 

« Je crois savoir que d'autres solutions sont à l'étude, mais elles sont très coûteuses. Il est possible d'obtenir des fruits là-bas par d'autres voies, mais il faudra des rendements élevés pour compenser le coût élevé de la logistique et nous ne sommes pas encore convaincus que le pouvoir d'achat soit suffisamment fort. De plus, nous devons garder à l'esprit la dépréciation du rouble ».

L'obtention de fruits n'est qu'une partie du puzzle. Le prochain défi est d'obtenir un retour significatif à la ferme, ajoute-t-il. Un très faible volume de pomelo sud-africain est parti en Russie jusqu'à présent cette saison, mais certains fruits continueront d'être exportés dans des conditions très difficiles.

« C'est une saison incroyablement complexe qui nous attend, avec tant de variables hors de notre contrôle qu'il faut garder à l'esprit pour survivre. L'inflation des coûts à laquelle nous assistons n'est tout simplement pas viable. » Il conclut : « Tout le monde se sent très mal à l'aise en ce moment ».

Pour plus d'informations :
Jan-Louis Pretorius
Groep 91 Uitvoer
Tél. : +27 15 345 1671
admin@groep91.co.za  
https://www.facebook.com/people/Groep-91-Uitvoer/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)