Les exportateurs israéliens rencontrent de réelles difficultés pour expédier des produits vers la Russie et l'Ukraine

Les exportateurs israéliens sont encore en mesure d'envoyer certains produits en Russie et en Ukraine, mais sont confrontés à de graves difficultés logistiques et ne sont pas sûrs d'être payés. La Russie est un marché important pour les exportations israéliennes mais, comme le reste du monde, elle cherche désespérément d'autres marchés pour des produits tels que les agrumes, les avocats et les carottes.

Michael Amar, directeur du marketing du kibboutz Alumim, explique : « Il est légal d'envoyer de la nourriture et des médicaments dans ces pays, car les gens doivent manger, et vous pouvez donc vendre et recevoir un paiement pour les produits. Mais, comme la Russie pose tellement de problèmes, nous avons commencé à envoyer des carottes vers d'autres destinations. D'habitude, nous envoyions des produits en Russie sur deux ou trois bateaux par semaine, maintenant il n'y en a plus qu'un. Nous envoyons toujours des produits en Ukraine, mais pas le même volume qu'avant. Nous envisageons des marchés alternatifs comme l'Angleterre, la Pologne et d'autres pays de la région. »

« Jusqu'à présent, nos marchés cibles comprenaient les États-Unis, l'Europe, le Royaume-Uni, la Pologne et l'Irlande, mais le plus gros volume allait à la Russie. Cette semaine, aucun navire à destination de la Russie n'a accosté ici, nous n'avons donc pas pu envoyer de produits et nous ne savons pas quand le prochain navire arrivera. Le paiement est un autre problème majeur car les banques appartenant aux oligarques et au gouvernement n'ont pas le droit de transférer de l'argent via le système Swift. Les paiements doivent être envoyés par l'intermédiaire des quelques banques encore autorisées à fonctionner. Tout est devenu plus difficile, les volumes d'exportation sont en baisse mais nous pouvons continuer », explique Amar.

Un autre exportateur, qui souhaite rester anonyme, a déclaré : « Le port ukrainien d'Odessa est fermé, mais nous sommes toujours en mesure d'exporter toute une série de produits vers la Russie, notamment des fruits, des légumes, des agrumes, des avocats et des carottes. Nous avons également de gros problèmes logistiques, mais tant que cela sera possible, nous continuerons à exporter vers la Russie. Bien sûr, la forte hausse des frais de transport signifie que les prix des produits en Russie augmentent également. »

Le responsable d'une autre entreprise exportatrice basée en Israël a commenté que, même s'ils sont en mesure de continuer à exporter vers la Russie, le marché n'est pas stable. « Officiellement, il n'est pas interdit d'exporter vers la Russie. Nous exportons principalement du céleri, des carottes et des poivrons vers des chaînes de magasins là-bas. L'instabilité dans la région a créé des risques financiers. Nous sommes en mesure de récupérer notre argent, mais il n'est pas totalement assuré car les compagnies d'assurance ne soutiennent pas le commerce avec la Russie. »

« Le marché n'est plus capable d'absorber qu'environ 50 % du volume prévu à l'origine. La logistique est également problématique, car tous les ports ne sont pas pleinement opérationnels. Certaines compagnies maritimes ont réduit la fréquence des liaisons avec les ports russes et il n'y a pas de programmation régulière. Les problèmes financiers incluent la dépréciation rapide du rouble russe au début de la guerre, mais il s'est quelque peu redressé récemment. Nos prix étant exprimés en dollars américains (USD), le prix de détail de nos produits en Russie a augmenté et, par conséquent, la demande a chuté de 50 %. Les exportations se poursuivent, mais le calendrier et les quantités sont irréguliers et imprévisibles. Personne ne sait vraiment ce qui va se passer d'un jour à l'autre. »

« Il y a toujours une demande en Russie et ils sont prêts à accepter des produits qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas être vendus sur d'autres marchés. Parfois, il est préférable de vendre, même si les restrictions sont nombreuses. Toute cette situation est compliquée et n'est pas du tout saine. Nous avons des marchés alternatifs pour nos autres produits, mais si nous ne pouvons pas vendre nos carottes et nos poivrons, notre seul choix sera de les jeter », a conclu l'exportateur.

Pour plus d'informations :
Michael Amar
Kibboutz Alumim
Tél. : +972 54779 2842
michaela@alu.org.il 
www.carrots.co.i 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)