Laura Vargas : « Le travail de promotion doit être fait par les institutions »

« Il est inacceptable que des représentants de la Generalitat doivent se rendre à Berlin pour goûter des oranges valenciennes »

L'orange espagnole ne connaît pas sa meilleure saison. Dans la Communauté valencienne, cet agrume est bien plus qu'une culture. Elle est l'un des symboles de toute une région et constitue la source de revenus de nombreuses personnes depuis des décennies. Les petits vergers traditionnels déterminent également l'aspect des paysages de la Communauté. Mais le secteur est aujourd'hui confronté à des problèmes majeurs. La concurrence féroce des autres pays d'origine - souvent qualifiée de déloyale - l'ingérence des grands fonds d'investissement, l'augmentation des coûts de production et l'étroitesse des marges bénéficiaires ne facilitent pas la tâche des nombreux petits producteurs. Il est donc inquiétant de constater que de plus en plus de producteurs abandonnent.

L'Espagne reste toutefois le plus grand exportateur d'oranges en Europe et même dans le monde. Étant donné l'importance de cette culture pour le pays, comme l'indique Laura Vargas, de la coopérative La Vall de la Casella, le gouvernement devrait mettre en place de grandes campagnes de promotion pour stimuler la consommation et communiquer les valeurs du secteur.

« À La Vall de La Casella, nous sommes une coopérative biologique ; mais pas par mode, par conviction. Pour nous, plus qu'un secteur d'activité, c'est un secteur de vie, c'est notre façon de parvenir à une société durable, à un écosystème sain, et de pouvoir laisser à nos enfants et petits-enfants un héritage de terres qui continuent d'être fertiles. En fait, nous réalisons des projets pour que la société valorise ce que la terre a à offrir. » 

« Depuis des années, nous fournissons des petits déjeuners sains dans les écoles de notre région », explique le directeur commercial de la coopérative d'Alzira. « Nous pensons qu'il faut encourager les gens à manger des fruits, pas seulement comme complément, et leur inculquer un mode de vie sain. Et cela doit être travaillé dès le plus jeune âge car, en fin de compte, nous sommes ce que nous mangeons. » 

« Nous faisons également partie de l'Asociación de Productores de Cítricos Ecológicos de Minifundio Histórico de la Ribera del Río Júcar, et nous concentrons nos efforts sur la défense des petites entreprises et la récompense du travail des petits agriculteurs qui prennent soin de leurs arbres et les bichonnent. Nous pensons que, bien qu'il y ait de plus en plus de grands domaines et d'entreprises qui possèdent de grandes quantités de terres, les petits agriculteurs doivent pouvoir continuer à survivre et à maintenir leur activité, et pour cela ils doivent recevoir des prix corrects pour leurs fruits. » 

« Je parle des fruits biologiques, avec lesquels nous travaillons, mais il en va de même pour les fruits conventionnels. Cette saison, j'ai même vu des prix de 5 centimes par kilo ; nous pouvons tous comprendre que c'est absolument insoutenable. » 

« Pour nous, La Vall de la Casella est bien plus qu'une coopérative : c'est un moyen qui nous permet de faire beaucoup de choses auxquelles nous croyons. Mais nous ne sommes qu'un grain de sable dans un secteur très vaste et nous aurions besoin d'une promotion institutionnelle appropriée. » 

« Comme j'ai eu l'occasion de le commenter à Ximo Puig lors du salon Fruit Logistica à Berlin, c'est très bien qu'ils approuvent des aides pour que les agriculteurs puissent cultiver des oranges, mais si nous ne pouvons pas les vendre ensuite, nous sommes perdus. Et ce travail de promotion doit être effectué par les institutions », souligne Laura.

« Il est inacceptable que nous ayons la plus grande et la meilleure offre d'agrumes du continent et que dans certains pays, elle soit considérée comme de second ordre parce qu'elle n'a pas de marque pour la soutenir et la promouvoir. La banane des Canaries a su se faire connaître pendant des années, ce qui fait que nous connaissons tous ce fruit et qu'il est aujourd'hui une entité à part entière. Et les oranges espagnoles et valenciennes devraient être promues de manière à les différencier de la même façon. » 

« L'IGP agrumes Valencia a déjà fait un grand pas en avant en termes de promotion, mais je crois qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir en termes de travail gouvernemental qui nécessite un plus grand investissement. Il est inacceptable que des représentants de la Generalitat doivent aller goûter les oranges valenciennes sur un stand privé dans l'une des plus grandes foires de fruits et légumes d'Europe. » 

« Le secteur de l'orange a encore beaucoup de potentiel. Nous avons un produit merveilleux et nous devons prendre soin de nos producteurs. Derrière eux viendra une nouvelle génération qui, si elle ne peut pas vivre de l'agriculture, la quittera. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire », conclut Laura Vargas. 

Pour plus d'informations : 
La Vall de la Casella
Polígon Industrial Deltabel 
C/ Campaners, s/n
46600 Alzira, Valence (Espagne)
info@lacasella.es 
https://lacasellabiocoop.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)