Robert Elshof, Elshof Organic Fruit :

« Nos poires biologiques ont été écoulées deux mois plus tôt que d'habitude »

La saison dernière, un nombre nettement inférieur de pommes et de poires a été récolté dans les vergers européens. Le gel de printemps en était la cause. Si tout se déroule bien, la récolte de cette année devrait être abondante. Les supermarchés pourront à nouveau mettre sur leurs étagères de nombreuses pommes et poires biologiques produites localement. « Il est certain que lorsqu'il s'agit de produits biologiques, les supermarchés veulent toujours plus de produits locaux », déclare Robert Elshof d'Elshof Organic Fruit.


L'année dernière, la récolte a été faible, alors cette année, les arbres sont chargés de fleurs.

La saison dernière, les récoltes de pommes et de poires biologiques de cette entreprise néerlandaise ont été, en moyenne, inférieures de 30 % à celles des années précédentes. Elshof Organic Fruit stocke, transforme et vend les meilleurs fruits pour un nombre croissant de producteurs biologiques. « Il était clair dès le départ qu'il y aurait beaucoup moins de poires. Il en a été de même pour les pommes. Notre chiffre d'affaires augmente habituellement chaque année, mais cette année, il a été beaucoup plus faible. »

« Le stock de petites poires s'est épuisé rapidement en raison de l'arrivée beaucoup plus précoce de la demande étrangère. Nous étions à sec deux mois plus tôt que d'habitude. Nous pouvions fournir des poires jusqu'à fin mars, mais rien pour le marché libre. Ces poires étaient toutes dans des programmes. Certains collègues étaient déjà à sec au début de l'année », indique Robert en regardant en arrière.

Pas d'Abate Fetel
En Italie et en France, deux importants pays producteurs de poires, le gel a également provoqué de grands bouleversements. « Globalement, il y avait moins de poires à cause du froid printanier ; le problème n'était pas tant la variété. En Italie, par exemple, l'Abate Fetel a complètement échoué. Aux Pays-Bas, nous avons quand même obtenu de bons résultats. Mais nous aussi, nous avons eu des problèmes de qualité de stockage à cause d'un printemps et d'un été humides. Par conséquent, de nombreuses poires ont tout de même fini à la transformation. »


Malgré la petite récolte, les producteurs biologiques n'ont généralement pas subi de pertes cette saison.

De longues vacances d'été
Les pommes sont encore relativement plus nombreuses que les poires. « Les poires sont plutôt un produit d'exportation, alors que nous vendons nos pommes essentiellement aux Pays-Bas et en Belgique. Néanmoins, ici aussi, le stock est moins important que les années précédentes. Nous pouvons tenir encore quelques mois, puis nous serons à court. Nous allons avoir de longues vacances d'été », dit Robert en riant.

Un été humide entraine la présence de moisissure
Cette année aussi, les gelées printanières ont eu lieu. Selon Robert, seules les variétés de poires à floraison précoce ont un peu souffert. « Cette année, les arbres fleurissent beaucoup du fait de la petite récolte de l'année dernière. Ils sont donc aussi capables de résister un peu au gel. Comme les conditions sont actuellement optimales, nous nous attendons à une belle récolte. Les arbres peuvent naturellement encore muer, mais si le temps ne change pas complètement, je ne prévois pas beaucoup de problèmes. Le risque est plutôt que les arbres aient trop de fruits. »

« Il faudra alors les éclaircir, et, en culture biologique, cela se fait à la main. Une tempête de grêle inattendue représente le plus grand risque. Ou un autre été humide. Alors la moisissure pourrait à nouveau causer des problèmes. L'année dernière, nous avons eu des lots de poires où la tavelure a touché 40 à 50 % d'entre elles. De nombreux producteurs ont insisté pour vendre leurs poires tôt. Ils ne voulaient pas risquer de perdre un grand nombre d'entre elles à cause de problèmes fongiques. Il y a toujours un risque de tavelure, même lors du stockage », explique M. Elshof.

Il affirme que malgré les faibles volumes, les agriculteurs biologiques n'ont généralement pas subi de pertes cette année. « Les volumes sont plus faibles, mais les prix sont bons. C'est plus difficile pour nous, en tant qu'entreprise de transformation, car moins de produits entraîne l'arrêt des machines et le chômage technique de notre personnel. »


L'agriculture biologique est, bien sûr, plus intensive, et nécessite plus de personnel.

Le secteur biologique néerlandais se développe lentement
Robert doute que la superficie néerlandaise consacrée aux fruits supérieurs biologiques ait augmenté. « La superficie biologique se développe très lentement ici. En Allemagne et en France, ça va beaucoup plus vite. Je ne sais pas vraiment pourquoi. » Il faut deux ans d'agriculture entièrement biologique pour réussir la transition. Cela, sans pouvoir encore commercialiser le produit en tant que tel. Toutefois, les fruits peuvent être vendus comme « produit en conversion », qui atteignent déjà de bien meilleurs prix que le conventionnel, surtout lors d'une année de faible rendement. À partir de la troisième année, la culture est entièrement biologique.

« La culture biologique est, bien sûr, extrêmement intensive, et elle nécessite plus de personnel. Cela décourage les gens. Il faut aussi accepter que quelque chose ne fonctionne pas, surtout au niveau de la culture. C'est précisément là que se situent les risques. Mais on peut se permettre une erreur occasionnelle, car le marché est généralement bon. Le produit, avec sa valeur ajoutée, atteint généralement de bons prix. En conventionnel, c'est l'inverse : le risque réside dans ce que fait le marché, et non dans la culture », poursuit Robert.

Consultation mutuelle
Elshof Organic Fruit fonctionne comme un club où les cultivateurs peuvent partager leurs connaissances et discuter entre eux. « Après tout, la conversion est aussi un processus de réflexion. Il faut rassembler des connaissances, et nous aimons y contribuer. Nous ne voulons pas que les nouveaux producteurs tombent dans les mêmes pièges que nous. Nous voulons porter chaque individu à un niveau supérieur ; ainsi, en tant qu'organisation, nous pouvons invariablement offrir au client des produits de qualité également. »

« Nous voulons porter chaque individu à un niveau supérieur ; ainsi, en tant qu'organisation, nous pouvons invariablement offrir au client des produits de qualité également. »

« Cette philosophie attire une clientèle de qualité. Le bio est une réalité dans laquelle la chaîne est fermée sur le plan environnemental et de plus en plus sur le plan de la vente. Grâce à une concertation mutuelle entre tous les maillons de la chaîne sur la qualité, la traçabilité et l'approvisionnement continu, chacun sait où il en est. Les acheteurs sont alors prêts à payer de meilleurs prix, et les producteurs sont sûrs de leurs ventes. La coopération est la clé », dit Robert.

Dans les supermarchés néerlandais, l'approvisionnement en pommes et poires biologiques est presque exclusivement local. La production locale devient de plus en plus importante. Les consommateurs ont du mal à acheter des poires biologiques importées par avion d'Argentine, par exemple. Ils veulent aussi de plus en plus savoir d'où proviennent les produits qu'ils mettent dans leur panier. « En Scandinavie et en Allemagne, cela joue un rôle encore plus important qu'aux Pays-Bas. Leurs fruits locaux sont même souvent plus chers que les produits importés. »

La poule ou l'œuf ?
Dans les supermarchés, le rapport poires/pommes est d'environ deux pour dix. « Les pays dont le marché de la pomme est très professionnalisé, comme l'Allemagne, ont souvent des poires à côté de leurs pommes. Même si les poires ne sont qu'un petit produit dans les magasins, des volumes considérables sont en jeu dans les grands supermarchés. C'est souvent un peu l'histoire de la poule et de l'œuf pour les producteurs biologiques. »

« Ils ont besoin de l'offre pour stimuler la demande, mais ils ont aussi besoin de la demande pour élargir leur offre. On ne peut évidemment pas cultiver n'importe quoi. C'est pourquoi les détaillants et les producteurs doivent coopérer. Quels volumes et quelles variétés seront nécessaires dans les années à venir ? Une fois que les producteurs ont une certaine idée, ils peuvent répondre à cette demande. Mais ce processus est lent aux Pays-Bas ».


Santana et Topaz, deux variétés de pommes biologiques, perdent de plus en plus de terrain au profit des versions biologiques de variétés familières.

Le marché détermine la variété
Dans l'agriculture biologique, l'accent était autrefois mis sur la résistance aux maladies, l'aspect technique de la culture étant déterminant. Mais Robert est conscient que les acheteurs préfèrent une version biologique d'une pomme ou d'une poire familière, comme la Elstar ou la Conference. « Vous pouvez introduire de nouvelles variétés de fruits supérieurs cultivés de manière conventionnelle. Mais cela a un coût élevé : beaucoup de temps, d'énergie et d'investissements en marketing. Le bio est un marché de niche avec une part d'environ 5 %. L'argent manque pour introduire avec succès quelque chose de nouveau », explique-t-il.

« Santana et Topaz, deux pommes biologiques, perdent de plus en plus de terrain au profit des versions biologiques de variétés de pommes classiques. La méthode de culture n'a pas d'importance, la demande du marché en a une. Par ailleurs, ces deux variétés ne sont plus résistantes à 100 % aux maladies. Il est donc souvent préférable de cultiver ce que les consommateurs souhaitent. Il en va de même pour les variétés conventionnelles : les gens préfèrent l'Elstar, plus difficile à cultiver, à la Jonagold, plus facile à cultiver. Et ceux qui passent à l'agriculture biologique préfèrent également continuer à cultiver les poires Conference qu'ils ont dans leur verger plutôt que de déraciner tous les arbres et d'en planter de nouveaux. »

Les robots cueilleur ne fonctionnent pas vraiment
En ce qui concerne les nouvelles technologies, Robert n'est pas encore très emballé par les robots cueilleurs. « Nous suivons le développement de près, mais je pense que cela avance de façon incroyablement lente. Ces discussions ont commencé il y a 20 ans déjà. C'est plutôt quelque chose pour l'horticulture en serre, où ils peuvent utiliser les robots pendant des mois. Notre récolte ne dure que six semaines. Peut-être qu'une formule de location pourrait être la solution, car la main-d'œuvre devient difficile à trouver, en termes de coût et de disponibilité. »

De bons partenariats assurent de bons prix
Le secteur biologique est confronté à des défis, mais malgré ceux-ci, Robert se sent à l'aise dans ce monde. « Ces dernières années, nos producteurs, nos clients et nous-mêmes avons connu une croissance contrôlée et régulière. En tant que grande structure, nous avons une base de clients bien établie. Dans le secteur, nous ne sommes pas constamment en conflit les uns avec les autres. Il y a aussi une certaine sécurité de l'emploi car, dans notre secteur, les acheteurs veulent avant tout un service fiable. Et cela se fait à un bon prix ».

« Grâce à d'excellents partenariats, les revenus d'aucun des maillons de la chaîne ne dépendent de gros volumes qui doivent compenser de faibles marges bénéficiaires par unité de produit. Tout le monde, naturellement, tient compte des économies de coûts et de leur rendement, mais il s'agit de se comprendre et de laisser chacun gagner quelque chose également. C'est la meilleure façon d'établir des relations commerciales à long terme et d'assurer l'avenir de toutes les parties », dit-il.

L'agriculture et le commerce sont des activités à long terme qui nécessitent une vision claire de l'avenir. Cependant, les conditions de culture et de marché de chaque saison déterminent aussi largement les résultats financiers de fin d'année. « La saison dernière, les rendements des cultures étaient faibles, et les prix étaient bons. Là encore, la prochaine récolte devrait être abondante. »

« Il faudra faire un peu plus d'efforts pour vendre toutes les pommes et les poires, la concurrence sera plus forte et les prix s'en ressentiront également. Mais je suis optimiste. Je pense que la plupart de nos clients seront satisfaits de l'augmentation des volumes, car nous pourrons alors les approvisionner plus longtemps », conclut Robert.

Pour plus d'informations :
Robert Elshof
Elshof Organic Fruit
8251 RX, Dronten, NL
Tél. : +31 (0) 321 312 719
info@elshoffruit.nl
www.elshoforganicfruit.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)