Mais la baisse des prix stimule la demande pour les produits locaux

« La baisse des prix des fraises est due à l'accumulation de l'offre »

« L'offre et la demande », affirme Miguel Demaeght, directeur commercial fruits chez BelOrta, à propos de la baisse du prix des fraises survenue vendredi et hier. Du côté de l'offre, il estime qu'un certain nombre de facteurs jouent un rôle. « Il y a encore pas mal de volumes de fraises espagnoles sur le marché. Pas en Belgique, mais dans les pays vers lesquels nous exportons normalement ces jours-ci. »


Corbeille en plastique recyclé rPet

Coïncidence
Mais aussi, tant en Belgique qu'aux Pays-Bas, la récolte des différents systèmes de culture coïncide davantage que les autres années. Miguel pense que cela est dû au fait que les serres n'ont pas été autant chauffées l'hiver dernier. « Il y a beaucoup de cultures qui auraient dû être au maximum de leur production, mais qui sont entrées en production plus tard - seulement en avril - si bien que le pic est également plus tardif et coïncide avec d'autres systèmes de culture. » Par ailleurs, Miguel note que la baisse des prix ne se limite pas aux fraises, mais que les cultures maraîchères connaissent également une baisse des prix.

Côté demande
Du côté de la demande, Miquel ne voit pas de particularités. Bien qu'il n'exclut pas qu'elle ait une petite influence, en général il ne remarque pas que les vacances, d'abord en Belgique et en Allemagne et maintenant aux Pays-Bas, ont beaucoup d'impact sur le marché. « Le mois dernier, il y avait toujours quelqu'un en congé quelque part, je ne pense pas que cela joue un rôle majeur. Cela pourrait avoir un impact, mais probablement pas aussi important que celui que nous observons actuellement. »

Demande accrue des consommateurs
Le directeur commercial estime que la baisse des prix est temporaire. Il indique que le prix des produits est déjà en hausse aujourd'hui. « On entend dire que la météo est un peu moins bonne en Espagne, ce qui a un impact sur la production. Tout dépendra aussi un peu de cela. » Ce faisant, il prévoit que la baisse des prix incitera les consommateurs à se tourner à nouveau vers les produits cultivés localement. « Désormais, un bol de fraises belges ou néerlandaises redevient beaucoup plus accessible pour un plus grand nombre de consommateurs. » Ce prix inférieur est une condition préalable pour de nombreux consommateurs, note Miguel. En outre, le prix dans les supermarchés joue un rôle. « La seule question est de savoir à quelle vitesse les détaillants vont ajuster les prix ».

Pour plus d'informations :
Miguel Demaeght
BelOrta
mde@belorta.be
www.belorta.be


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)