Début de saison au Pfalzmarkt avec Harry Eicher, Hans-Jörg Friedrich et Christian Deyerling

« Nous allons consacrer plus de temps aux laitues en mottes, c'est-à-dire à l'hydroponie »

Au début de la saison des légumes frais de cette année, Pfalzmarkt eG a invité les visiteurs dans les champs du producteur de Pfalzmarkt Harry Eicher. Aux côtés d'Eicher, Hans-Jörg Friedrich, membre du conseil d'administration du Pfalzmarkt, et Christian Deyerling, président du conseil de surveillance, ont commenté la saison actuelle, les nouvelles tendances et les prévisions pour la saison.

En 2021, Pfalzmarkt a réalisé un chiffre d'affaires de 167 millions d'euros avec un volume de production de 212 000 tonnes provenant de 13 000 hectares de terres. Les produits phares sont les petits oignons de printemps avec environ 85 millions de bottes, les radis avec environ 74 millions de bottes et les laitues à feuilles avec environ 45 millions de têtes.


Harry Eicher, producteur du Pfalzmarkt, Hans-Jörg Friedrich, membre du conseil d'administration, et Christian Deyerling, président du conseil de surveillance.

Nouveau hall de commercialisation de 30 000 m²
Hans-Jörg Friedrich, membre du conseil d'administration, se réjouit que le Pfalzmarkt puisse reprendre presque entièrement ses activités dans les semaines à venir. Dès le début de la nouvelle saison, l'eG pourra disposer d'un nouveau hall de commercialisation de 30 000 m². « Nous avons heureusement commencé tôt les travaux de construction. Car entre-temps, les difficultés pour obtenir des matériaux de construction se sont multipliées. Nous avions aussi peur que de nombreux dysfonctionnements se produisent à cause du coronavirus. En termes de coûts, nous avons également respecté le budget prévu. Mais dans l'ensemble, nous n'avons pas eu de retard », déclare Friedrich.

« 2021 a été une bonne année. Nous avons pu augmenter quelque peu notre chiffre d'affaires l'an dernier, ce qui s'explique aussi par le fait que nous nous approvisionnons de plus en plus à l'étranger pour nos clients au cours de l'hiver, afin de rester dans le coup et de ne pas avoir à nous inquiéter au printemps. À cet égard, les affaires hivernales sont également devenues importantes », explique Friedrich.

« Nous avons pu commencer la saison avec de bons volumes d'oignons de printemps car, heureusement, le gel n'a pas sévi. Les asperges ont commencé plus tôt que ces dernières années. Nous avons pu proposer de plus grandes quantités de salades depuis la mi-avril, et j'ai déjà aperçu les premiers choux-raves. À partir de la mi-mai, nous pourrons proposer presque toute la gamme de produits, à l'exception des courgettes », prévoit M. Friedrich.

La concurrence de l'Italie et de l'Espagne
Selon lui, le secteur de la distribution alimentaire est effectivement impatient d'aller plus loin dans le local et de proposer des produits dans la catégorie « terroir », mais cela ne concerne pas seulement le Palatinat, mais bel et bien les produits allemands en général. « Mais nous devons également faire face à la concurrence des produits italiens et espagnols, qui vendent leur stock à un prix inférieur. Nous arrivons donc sur le marché avec un niveau de prix plus élevé, et les détaillants doivent être prêts à payer en conséquence. Les produits allemands, cependant, restent très demandés, a-t-il dit, ce qui conviendrait au marché du Palatinat. Parce que ce qui est récolté aujourd'hui, sera sur les étagères demain », a déclaré Friedrich.

Nouveaux produits
Avec l'edamame, le puntarelle et le brocoli, Pfalzmarkt n'a pas non plus peur de commercialiser de nouveaux produits. « Bien sûr, nous essayons d'abord de nous imposer en conséquence avec les nouveaux produits que nous avons déjà introduits sur le marché, comme les brocolis avec notre marque Bimi. Ce produit est déjà en vogue dans d'autres pays. Nous allons également accorder plus d'attention aux salades en mottes, c'est-à-dire à la culture hydroponique. De manière générale, nous travaillons toujours sur de nouvelles variétés adaptées aux conditions climatiques. »

Les trois sont définitivement préoccupés par l'augmentation du salaire minimum à 12,00 euros, a-t-il dit. « Il se pourrait bien que les produits à forte intensité de main-d'œuvre ne puissent plus être proposés », a déclaré Deyerling. « Les légumes nécessitent beaucoup de travail manuel. Cependant, nous ne pouvons pas toujours modifier nos prix indéfiniment. Par conséquent, nous perdrons inévitablement certaines cultures de manière plus ou moins importante. »

Un mélange de salades colorées
L'exploitation agricole d'Eicher a été fondée en 1970 par son père et était auparavant principalement consacrée à la culture de la laitue. Eicher a ensuite élargi l'assortiment à la lollo rosso et à la bionda, ainsi qu'aux laitues pommées et romaines rouges et au chou chinois. « Nous avons commencé à planter vers la fin février et à récolter début avril, même si nous avons dû retarder cette dernière de trois jours en raison de chutes de neige. En été, nous devrions être prêts à récolter trois à quatre semaines après la plantation », explique M. Eicher.

Pour les fruits et légumes, certains objectifs de poids sont fixés par les grandes chaînes d'épicerie. « Pour les laitues colorées, nous atteignons environ 200g pour les laitues rouges et 250g pour les vertes, alors que pendant les mois d'été, les variétés rouges atteignent entre 250-300g et les vertes 350g. Les laitues doivent avoir une circonférence de 400-450g », précise M. Eicher. L'agriculteur a été surpris par le refus de certains saisonniers de venir travailler.

Le potager de l'Allemagne
M. Deyerling, qui est lui-même producteur et suit les 120 exploitations qui coopèrent avec Pfalzmarkt, partage l'avis de M. Eicher. « Les saisonniers ont, bien sûr, la liberté de travailler où ils veulent. Mais je pense que dans certains cas, ils se montrent un peu légers", a déclaré M. Deyerling. Il devient également de plus en plus difficile de trouver des travailleurs saisonniers, notamment en raison de la situation météorologique changeante. " Les pluies sont plus fréquentes et il fait aussi parfois très chaud. Nos travailleurs saisonniers vont naturellement là où ils peuvent gagner le plus et où ils peuvent travailler dans les meilleures circonstances. »

Les défis posés par les inondations, les vagues de chaleur et la pandémie ont pu être gérés dans la région du Palatinat, mais de nouveaux problèmes apparaissent en raison de la guerre en Ukraine, a-t-il déclaré. « Les coûts d'achat des matériaux d'emballage, des caisses en bois, etc. ont énormément augmenté. Si une caisse coûte deux fois plus cher qu'avant, cela devrait se refléter dans le prix. Un autre gros problème est que les prix à la consommation plus élevés ne reviennent pas nécessairement aux producteurs. Ce qui, à son tour, peut causer d'autres problèmes à l'avenir », déclare M. Deyerling.

Dans le même temps, des tendances telles que la production locale ou régionale, la fraîcheur et la durabilité jouent les cartes des producteurs du « potager de l'Allemagne ». « Malgré tout, les consommateurs ont tendance à se concentrer sur les aliments de base en période de crise. Les produits de luxe comme les asperges ne sont plus très demandés. » Dans la mesure où il resterait ainsi beaucoup de marchandises en circulation, on pourrait assister à une offre excédentaire, ce qui se traduirait par des prix nettement plus bas que dans le cas contraire.

Pour plus d'informations :
Pfalzmarkt für Obst und Gemüse eG
Neustadter Str. 100
67112 Mutterstadt
info@pfalzmarkt.de
https://www.pfalzmarkt.de


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)