Ton de Leeuw, AGF Fresh :

« Je reste persuadé que le Maroc est l'avenir pour la patate douce »

Ton de Leeuw a fait des recherches sur la culture de la patate douce.
« Mon projet s'est arrêté, en partie à cause de la pandémie, et j'ai perdu le peu que j'avais fait au Maroc. Cela ne veut pas dire que je suis resté complètement inactif. Mon réseau s'est élargi et est devenu plus intéressant. Plusieurs entreprises et organisations m'ont approché pour obtenir des informations et une éventuelle coopération. Mais, pour une raison ou une autre, rien n'en est sorti. »

« J'ai eu beaucoup de temps pour réfléchir à la culture de la patate douce au Maroc. Je suis toujours convaincu que ce pays est l'avenir de la patate douce. Mais il faut y être soi-même et disposer d'un financement indépendant suffisant, m'a appris Karel van Oers. Je ne l'ai pas très bien écouté. J'ai commencé avec des moyens insuffisants, en empruntant de l'argent. Mais j'ai beaucoup appris et j'ai réalisé quelques choses. »

« Par exemple, j'ai constitué une petite équipe de personnes très impliquées et compétentes, qui existe toujours. J'ai aussi découvert les zones les plus intéressantes au Maroc. Le grand avantage de ce pays, c'est qu'il ne pleut pas, ou peu, dans les zones où les températures sont correctes, ce qui peut paraître étrange. »

« Mais vous pouvez irriguer au goutte-à-goutte de manière beaucoup plus précise, en donnant la bonne quantité d'eau et de nutriments aux moments où la plante en a besoin. Et ainsi, vous avez une influence bien plus grande sur la qualité et la différence entre la première et la deuxième classe », poursuit l'homme expérimenté en fruits et légumes.

« Par exemple, au Nigeria et au Honduras, il pleut plus de 70 % des jours de l'année, et plus de 2 000 mm par an. Des températures élevées et beaucoup d'humidité invitent à la moisissure et à la pourriture. Les températures correctes et l'absence de pluie, mais une quantité suffisante d'eau souterraine propre, signifient que j'ai développé des méthodes de culture qui ne nécessitent pas de gros investissements dans le stockage pour la maturation. »

« Il y a des régions au Maroc où l'on peut planter et récolter toute l'année. Il y a des régions où les propriétaires ne savent pas quoi faire de leurs terres. Et d'autres où le gouvernement marocain donne les terres presque gratuitement à des personnes qui savent quoi en faire », explique De Leeuw.

« Je pourrais pratiquer une agriculture très respectueuse de l'environnement au Maroc. Vous n'avez pas besoin de beaucoup d'herbicides et de fongicides, voire pas du tout. Je sais comment fabriquer et j'ai fabriqué des nutriments organiques. L'empreinte écologique du Maroc est plus faible que celle d'autres pays. C'est en partie grâce aux avantages logistiques. »

« Il faut cinq jours pour expédier du Maroc à Rotterdam/Anvers, plus les jours dans les ports, bien sûr. Mais pour quelques euros par 100 kg de plus, on peut le transporter par camion en trois ou quatre jours. Les régions auxquelles je fais référence ont un grand potentiel pour cultiver des patates douces d'excellente qualité, à grande échelle et de manière très compétitive. »

« J'ai mis au point des techniques qui permettent, en partant de 10 000 plants in vitro, de planter 100 ha avec du matériel végétal suffisamment sain en un an ». Je me suis rendu au Maroc à l'été 2021 pour la 50e fois. C'était soit la dernière fois, soit la première de beaucoup d'autres. Le Maroc n'est pas un pays facile, mais beaucoup de choses sont possibles. C'est pourquoi je ne veux pas encore abandonner. Bien sûr, après toutes ces années, je veux voir le début d'un succès. »

« Je veux prouver que j'ai raison. Et préparer un avenir pour mon fils Maikel. Maikel a obtenu sa licence en finance internationale à l'université de Nimègue et obtient son master en agriculture biologique à Wageningen. Il sera diplômé dans deux ans et veut suivre mes traces. C'est dire si je lui ai posé des bases solides pour un avenir réussi. Je veux aussi que mon équipe ait un avenir. »

« Les lecteurs plus âgés du monde de la pomme de terre savent que j'ai travaillé pour Nestlé dans les années 1990. J'organisais des cultures contractuelles partiellement pluriannuelles d'environ 2 750 ha par an. Et j'ai joué avec les différences de prix entre la première qualité (la variété Bintje 50 mm+ pour l'industrie des frites) et les qualités moins chères (la Bintje 40/50 et les pommes de terre fourragères de bonne qualité). Ce faisant, j'ai maintenu le prix usine de la matière première entre 14 et 16 florins les 100 kg pendant dix ans. »

« C'est bien sûr le rêve de tout PDG et directeur financier d'une entreprise de transformation : un prix stable pour la matière première. Au Maroc, je m'attends à faire encore mieux. Un prix de la matière première approchant 0,0 pour 100 kg n'est pas impossible », ajoute Ton, qui écrit un livre sur sa vie, sa passion et ses pommes de terre. « J'ai tellement de bons souvenirs. Mais j'aimerais en ajouter quelques-uns du Maroc. De gens, de choses, de beaux moments. »

Pour plus d'informations : 
Ton (A.H.) de Leeuw
AGF Fresh
Tél. : +31 (0) 653 707 086
info@agf-fresh.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)