La consommation de myrtilles pourrait aider à lutter contre le déclin cognitif

Une nouvelle étude publiée dans Nutrients révèle que les myrtilles présentent des avantages sur le plan cognitif. Plus précisément, l'équivalent d'une demi-tasse de myrtilles fraîches par jour, consommées sous forme de poudre de myrtilles lyophilisées, aiderait les personnes d'âge moyen à lutter contre le déclin cognitif lorsqu'il est mis en œuvre tôt chez les personnes à risque.

L'essai randomisé, en double contrainte, contrôlé par placebo, « Blueberry Supplementation in Midlife for Dementia Risk Reduction », a examiné l'impact de la supplémentation en myrtilles pour produire des avantages cognitifs mesurables dans le contexte du vieillissement et de la résistance à l'insuline. Les participants (n = 27) étaient des hommes et des femmes en surpoids (IMC > 25) âgés de 50 à 65 ans présentant un déclin cognitif subjectif et une résistance à l'insuline modérée. Pendant 12 semaines, les participants ont été répartis au hasard pour consommer quotidiennement soit de la poudre de myrtille lyophilisée, soit un placebo. Des évaluations de la cognition et du métabolisme ont été effectuées avant et après l'intervention, ainsi que des mesures exploratoires de la fonction mitochondriale périphérique.

Le groupe « myrtille » a obtenu de meilleures performances sur les mesures de l'accès au lexique, telles que la fluidité des lettres mesurée par la tâche d'association contrôlée de mots, de meilleures performances sur les mesures de l'interférence de la mémoire, telles que moins d'erreurs de réminiscence mesurées par le test d'apprentissage verbal de Californie, etc. Le groupe myrtille a également enregistré une correction de l'hyperinsulinémie périphérique, qui est associée à la neurodégénérescence dans le cerveau, ainsi qu'une baisse significative des niveaux d'insuline à jeun.

Les auteurs de l'étude suggèrent que les mécanismes potentiels de ces résultats pourraient être associés aux anthocyanines et aux proanthocyanidines, les composés flavonoïdes bioactifs présents dans les myrtilles.

« Cette recherche fournit des preuves que la supplémentation en myrtilles peut améliorer la fonction cognitive et corriger les niveaux élevés d'insuline chez ces participants atteints de prédiabète », a déclaré Robert Krikorian, PhD, Département de psychiatrie et de neurosciences comportementales, Université de Cincinnati Academic Health Center et chercheur principal de l'étude.

L'étude, financée par le U.S. Highbush Blueberry Council, s'appuie sur des recherches dans ce domaine qui ont démontré une amélioration de la performance de la mémoire à long terme avec une supplémentation en myrtilles chez des adultes plus âgés présentant une déficience cognitive légère. Elle soutient également la recherche qui a trouvé une association entre la consommation de myrtilles et l'amélioration de la fonction métabolique chez les personnes à risque, comme une amélioration de la sensibilité à l'insuline.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires avec un échantillon de taille plus importante.
L'USHBC n'a joué aucun rôle dans la conception de l'étude, la collecte des données, l'analyse, l'interprétation ou la rédaction de l'étude.

Pour plus d'informations :
U.S. Highbush Blueberry Council
www.ushbc.blueberry.org  
www.nabcblues.org 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)