Richard Salazar, directeur exécutif d'Acorbanec :

« Si les taux de fret ne baissent pas, les prix des bananes risquent de remonter »

La banane équatorienne traverse une situation critique et la guerre en Europe et ses conséquences sur l'équilibre délicat du marché mondial n'ont fait qu'aggraver les problèmes - tous sans rapport avec le secteur de la banane - qui minaient déjà cette industrie d'une importance fondamentale, sur le plan économique et social, pour un pays qui, depuis 1964, est à la tête des exportations mondiales de bananes et dans lequel cette activité génère 250 000 emplois.

« En 2021, le secteur de la banane a déjà connu de nombreuses complications en cours de route. Le prix du pétrole était élevé et nous avons eu un gros problème d'expédition qui a duré pratiquement toute l'année et a affecté notre commercialisation normale. Les taux de fret ont augmenté et les conteneurs ont manqué, en plus de l'augmentation des autres dépenses de production et d'exportation, qui ont augmenté les coûts d'environ 3,3 dollars par boîte, le secteur a subi une réduction des exportations de 3 % en volume et de 5 % en valeur », explique Richard Salazar, directeur exécutif de l'Association de commercialisation et d'exportation de la banane, Acorbanec. « Toutefois, les supermarchés européens et d'autres destinations ont maintenu leur décision de payer le même prix pour le fruit. »

« C'est pourquoi nous avons lancé une campagne avec les pays producteurs d'Amérique latine en octobre de l'année dernière, en constatant que la position des supermarchés allait être la même d'ici 2022. Dans le cadre de Fruit Attraction, nous avons fait une déclaration invitant les chaînes de supermarchés qui importent des bananes à assumer une responsabilité partagée lorsqu'il s'agit de prendre en charge les coûts que, en tant qu'industrie, nous supportons. Nous fournissons un produit certifié de haute qualité et nous attendons seulement d'être payés à un prix décent. »

« Non seulement les supermarchés n'ont pas voulu assumer ces augmentations que le secteur doit supporter, mais ils ont même réduit nos prix", souligne Richard. "En 2022, tous les problèmes que nous avions déjà ont continué. À cela s'est ajouté le conflit entre la Russie et l'Ukraine, ce qui a rendu la situation bien pire ; pour tout le monde, mais pour l'Équateur en particulier, car les deux pays représentent ensemble 25 % de toutes les exportations de bananes de notre pays. »

« Dans le cas de la Russie, une fois que le conflit a commencé, on a rencontré de grandes difficultés logistiques, car plusieurs compagnies maritimes ont choisi de ne pas aller dans le pays. S'il est vrai que différentes sanctions internationales ont été appliquées, le transport de médicaments et de denrées alimentaires telles que les bananes, ainsi que de produits d'aide humanitaire, a été autorisé. C'est pourquoi nous exportons toujours des bananes vers la Russie, mais pas le volume que nous avions l'habitude d'exporter régulièrement. En fait, nous envoyons moins de la moitié : des 2,2 millions de boîtes de bananes qui étaient exportées chaque semaine, nous sommes passés à une moyenne de 900 000 à 1 million de boîtes. »

« Au niveau financier, en raison des sanctions, les retards de paiement sont nombreux, si bien que de nombreux exportateurs ont choisi de ne pas envoyer leurs fruits en Russie. D'autre part, les acheteurs russes ont choisi de baisser les prix, de réduire les quantités et, dans certains cas, d'annuler les contrats et d'acheter au comptant. Sur le plan logistique, seules deux lignes maritimes continuent de desservir la Russie. Aucune sécurité en termes d'espace de navigation ou de stabilité des quantités exportées n'est assurée. Et puis il y a le taux de fret élevé : les prix se situent entre 13 000 et 15 000 dollars par conteneur, alors que le prix était de 3 000 dollars auparavant. »

Malheureusement, le problème d'expédition a compliqué la situation en Russie, mais aussi dans d'autres destinations, car il a commencé à se former un excédent de fruits en Équateur. « Plus précisément, une moyenne de 1,4 million de boîtes par semaine. Placer ce nombre de boîtes dans une nouvelle destination était tout simplement utopique. »

« Ce déséquilibre a créé un énorme problème social interne. Ne pouvant pas exporter ces fruits, nous avons choisi de nous mettre d'accord avec les producteurs pour acheter leurs grappes. C'est d'ailleurs ce que nous avons fait, du moins ce qu'a fait notre syndicat, environ 487 000 dans les premières semaines. Mais par coïncidence, en raison de facteurs climatiques, la production a commencé à augmenter, ce qui a amplifié l'effet de l'offre excédentaire. »

« En outre, on constate des abus et des spéculations de la part des acheteurs internationaux. Les supermarchés de nos pays de destination ont toujours besoin de fruits pour les consommateurs. Ils veulent les garder à leur prix, même si les tarifs de fret sont 3 ou 4 fois plus élevés, ce qui les a amenés à baisser le prix offert aux producteurs et aux exportateurs. »

« Les supermarchés ont un grand pouvoir non seulement en Europe, mais dans le monde entier », souligne le directeur exécutif d'Acorbanec. « Tant que le taux de fret ne baisse pas, nous sommes extrêmement inquiets du fait que le prix du fruit n'augmentera pas car, même si les bananes sont le fruit le moins cher, les importateurs et les supermarchés ne sont pas prêts à augmenter le prix pour le consommateur. »

« Malheureusement, en ce moment, la boîte de bananes sur le marché au comptant est à 4 dollars, mais pendant trois semaines elle était à 2 dollars », souligne Richard Salazar, « et 55 % des destinations d'exportation achètent nos fruits de cette manière. »

Il convient de rappeler qu'une boîte standard contient 18,14 kg de fruits, de sorte qu'un simple calcul montre que, à seulement 2 dollars, le prix final, fret compris, d'un kilo de banane n'est que d'environ 11 cents, soit 10 centimes d'euro ; ce chiffre non seulement justifie, mais témoigne de la revendication du secteur d'une responsabilité partagée de la part des acheteurs.

« Fin mars/début avril, dans le cadre du salon Fruit Logistica, une délégation latino-américaine s'est rendue au Parlement européen et à la Commission européenne, où elle a présenté une nouvelle fois tous ces problèmes et la nécessité de les revendiquer. »


Réunion à la Commission européenne en mars dernier 2022.

Pour plus d'informations :
Acorbanec
Guayaquil (Équateur)
Tél. : +593 42136348
www.acorbanec.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)