Freshuelva rend la Grèce responsable de la chute des prix des fraises sur les marchés européens en avril

Selon les données de Freshuelva, la première phase de la saison 2021/2022 a connu une baisse du volume récolté. Cette baisse se concentre entre le mois de mars et la première quinzaine d'avril, étant donné que durant les deux premiers mois de l'année, le tonnage enregistré était supérieur à celui des années précédentes, explique à agrodiariohuelva.es le responsable de l'organisation de Huelva.

En mars, plus précisément, l'arrivée de fraises de Huelva sur les marchés européens a diminué de 8 % par rapport à la même période en 2021, tandis que dans les quinze premiers jours d'avril, ce pourcentage a baissé de 3,5 %.

Selon Rafael Domínguez, la météo a été la principale raison de la réduction des exportations de fraises de Huelva, puisque les pluies de février et mars ont provoqué une baisse de la production dans les plantations et une plus grande destruction des fruits récoltés. De même, les basses températures enregistrées en Europe ont entraîné une baisse de la consommation de fraises dans les ménages.

Un autre facteur important pour que la fraise de Huelva n'atteigne pas le même tonnage en Europe que lors des saisons précédentes pendant cette période a été la concurrence qu'elle a subie avec les fruits de Grèce, a remarqué M. Domínguez. La Grèce augmente considérablement sa production et ses hectares de fraises sans fournir beaucoup d'informations à ce sujet car « l'UE ne le demande pas », a-t-il averti.

M. Domínguez a indiqué que « la fraise que la Grèce envoie habituellement aux pays de l'Est et aux pays les plus proches de son territoire s'est déplacée vers les marchés d'Europe Centrale en raison de l'impossibilité de l'exporter vers les destinations traditionnelles à cause de la guerre entre l'Ukraine et la Russie. » 

Sans aucun doute, le meilleur mois jusqu'à présent a été le mois de mars, souligne le directeur de Freshuelva. « En effet, à certains moments, le prix de la fraise était presque 30 % plus élevé que la saison précédente. La baisse du tonnage enregistré a permis d'équilibrer l'offre et la demande. C'est pourquoi ce n'était pas un problème de vendre des fraises en mars, bien au contraire. De plus, au cours de ce mois, nous avons été les seuls à exporter des fruits vers le Royaume-Uni, car le Maroc s'est retiré en raison de l'impact des intempéries sur ses plantations. Si nous avions eu plus de fraises, nous aurions pu en vendre davantage. Mars était le bon mois pour faire une bonne saison. » 

 

Source : agrodiariohuelva.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)