Début de la saison 2022 des cerises espagnoles

« L'offre mondiale de cerises a augmenté et a contraint tous les producteurs à « se ressaisir » »

La saison 2022 des cerises espagnoles a déjà commencé dans les régions les plus précoces. La superficie reste plus ou moins stable à près de 28 000 hectares pour une production annuelle de plus de 100 000 tonnes l'année dernière. La reconversion variétale de ces dernières années, ainsi que les investissements dans la technologie et le perfectionnement du savoir-faire ont valorisé un produit considéré comme le haut de gamme des fruits. L'un des facteurs de motivation a été l'augmentation de la concurrence avec la prolifération des productions dans de nombreux autres pays dans un secteur qui n'est pas sans difficultés. Mónica Tierno, directrice générale de l'Agrupación de Cooperativas del Jerte et Héctor Ripoll, associé de la société de production et de commercialisation Cerima Cherries, tous deux membres du Conseil national de la cerise, analysent la situation actuelle du secteur espagnol de la cerise.

« On constate que la surface cultivée en cerises en Espagne a tendance à se concentrer dans les zones de production les plus importantes. Dans la vallée du Jerte en Estrémadure, la superficie cultivée est restée plutôt stable, tandis que dans d'autres zones de culture comme la vallée de l'Ebre à Lleida ou en Aragon, elle a eu tendance à augmenter légèrement ces dernières années. Dans d'autres régions comme Albacete, la croissance est beaucoup plus lente, ainsi qu'à Alicante, une région qui a été très touchée par le mauvais temps ces dernières saisons », explique Héctor Ripoll, associé de Cerima Cherries.

La cerise est un produit très saisonnier. Sa production est donc limitée à quelques mois seulement dans chaque zone de culture. Le renouvellement variétal de ces dernières années permet de commencer plus tôt et de finir plus tard avec des produits mieux adaptés aux besoins des consommateurs. « Dans les zones les plus précoces, comme la vallée de l'Ebre, Lérida ou la vallée de Jerte, l'objectif est de favoriser la précocité, tandis que dans les zones plus tardives, il s'agit d'allonger au maximum la saison, en évitant le mois de juin, où se concentrent davantage de fruits de différentes origines, aussi bien en Espagne que dans d'autres pays comme la Turquie, la Grèce, l'Italie et d'autres pays d'Europe centrale auxquels les fruits sont destinés, comme la Suisse, l'Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, la France... », précise Héctor Ripoll.

Selon le producteur, si auparavant la recherche de la précocité visait principalement à arriver le plus tôt possible avec pour motivation d'obtenir de bons prix, ce sont les consommateurs eux-mêmes qui, par leur comportement d'achat, ont fait évoluer la qualité gustative.

« Dans le passé, les fruits extra-précoces étaient souvent dépourvus de saveur et de couleur. Leur texture était trop molle et posait des problèmes après la récolte. Cela a entraîné une baisse des ventes et, par conséquent, les prix de départ des variétés extra-précoces ont souffert au cours des saisons passées. Aujourd'hui, il n'y a pratiquement plus de variétés précoces sans saveur ni qualité qui sont plantées, de sorte que la situation s'inverse graduellement. Heureusement, nous disposons aujourd'hui de beaucoup plus de programmes de culture qu'il y a 20 ans. Nous avons trouvé des producteurs intéressants aux Etats-Unis, en France, au Chili, en Allemagne... ».

« Les variétés traditionnelles sont remplacées par des variétés plus modernes avec de meilleurs cadres de plantation et qui offrent une plus grande productivité, des tailles plus importantes, de la saveur et une plus grande fermeté, ce qui correspond à la demande du marché », souligne Mónica Tierno, directrice générale de l'Agrupación de Cooperativas del Valle del Jerte.

« Nous recherchons des fruits qui voyagent bien dès que possible, bien que le fait que nous ayons des zones de culture situées entre 400 et 1200 mètres nous permette de prolonger considérablement la saison, en commençant à la mi ou à la fin avril et en terminant à la fin juillet. Le début de la saison est particulièrement intéressant pour nous permettre de nous positionner. C'est une période où les consommateurs sont déjà à la recherche de nouveautés après de nombreux mois de produits d'hiver et la cerise est l'un des fruits les plus attendus. D'autre part, nous pouvons constater qu'il y a toujours une place pour nos cerises en juillet car, malgré la production locale en Europe centrale, de nombreux consommateurs - à l'exception des Français - continuent d'apprécier la qualité des cerises espagnoles, qui ont toujours leur place sur leurs rayons », affirme Mónica.

Être le premier pays méditerranéen à atteindre les marchés et à se distinguer en termes de qualité
La cerise espagnole a acquis une valeur considérable en termes de qualité grâce au renouvellement variétal et aux processus de production et de classification, bien qu'elle ait également gagné des concurrents dans d'autres pays dont la production a augmenté et dont les coûts leur permettent de proposer des prix agressifs, comme le fait la Turquie.

« Il est vrai que la Turquie ne dispose pas de la technologie que nous avons et que la qualité de ses produits est inférieure en termes de finition, mais avec une main-d'œuvre aussi bon marché, elle peut offrir des prix très compétitifs, ce qui est intéressant pour de nombreux marchés », souligne Héctor Ripoll. « La pression exercée par la Turquie et la Grèce en juin est vraiment significative. Cependant, l'Espagne est un pays méditerranéen, aussi méditerranéen que la Turquie, la Grèce ou l'Italie, mais en raison des particularités de nos microclimats, nous sommes les premiers à atteindre les marchés de l'hémisphère nord. C'est l'un de nos points forts. Avec la qualité, c'est notre atout pour nous positionner. La distance et la logistique jouent également en notre faveur sur les marchés européens par rapport à nos concurrents méditerranéens. »

« Dans la perspective de la saison 2022, on s'inquiète de l'influence que pourrait avoir la production turque sur les marchés internationaux, en raison du conflit entre la Russie et l'Ukraine », commente Mónica Tierno. « Même si depuis 2014, nous n'avons pas exporté vers la Russie à cause du veto. La Turquie, qui n'a pas de restrictions en Russie et qui est confrontée à la dévaluation du rouble et à d'autres difficultés que la guerre pourrait présenter, pourrait choisir de détourner ses fruits vers d'autres marchés, notamment en Europe ».

« Nous ne devons pas oublier de nous concentrer sur les endroits où l'économie et le taux de natalité sont en croissance. »
Les deux entités axent leurs exportations sur les marchés européens ainsi que sur des pays plus éloignés en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique du Sud. Mónica et Héctor s'accordent à dire qu'il reste encore de nombreux protocoles à ouvrir pour la cerise espagnole, notamment sur le très convoité marché chinois.

« Nous savons que la cerise est un produit très populaire en Chine, mais la négociation du protocole d'exportation est bloquée depuis plus de cinq ans maintenant. De plus, depuis que le marché chinois a été ouvert au raisin de table, il ne l'a été pour aucun autre produit », soutient Mónica Tierno. « La crise sanitaire de la Covid-19 n'a pas non plus facilité les choses ces deux dernières années, comme on l'a vu avec le Chili. Nous sommes toujours intéressés par ce marché et en même temps nous regardons vers d'autres zones comme les pays du Golfe Persique, bien que les risques soient trop élevés pour le moment, avec l'augmentation du coût du transport aérien. Nous avons des clients potentiels à l'étranger, mais nous attendons de voir comment la situation mondiale évolue. Lorsque nous atteindrons le pic de volume - à la fin du mois de mai - la stabilité pourrait être plus grande. »

Le directeur général de l'Agrupación de Cooperativas del Valle del Jerte avertit également que l'Europe est une zone en récession économique et dont la population est plutôt vieillissante. « Nous ne devons pas oublier de nous concentrer sur les endroits où l'économie et le taux de natalité sont en croissance. C'est pourquoi nous envisageons également d'effectuer des expéditions à longue distance. Si le Chili peut le faire, nous le pouvons aussi. »

Outre l'Europe et l'outre-mer, le Cerima souhaite également mettre davantage l'accent sur le marché intérieur. « On a tendance à penser que seuls les bons produits sont envoyés à l'exportation, mais la distribution espagnole est tout aussi exigeante que n'importe quel supermarché allemand ou anglais. Si le consommateur final trouve de bons produits, il s'y habitue rapidement et nous passons rapidement au niveau supérieur. Si, en plus, nous le présentions dans un emballage attrayant et dans des sacs qui maintiennent la durée de conservation du produit plus longtemps, comme nous le faisons pour les longues distances, cela serait également valorisé et rémunéré. Toute augmentation de la valeur du produit est appréciée par le consommateur. »

« L'offre a augmenté et cela a obligé tous les producteurs à se ressaisir »
Les deux zones de production, tant la vallée du Jerte que celle de l'Ebre, commencent leur production à la mi-avril cette année, les arbres ayant eu suffisamment d'heures de froid en hiver ainsi qu'une bonne floraison.

Le coût des intrants est monté en flèche, qu'il s'agisse des engrais, du carburant, de l'énergie ou des matériaux d'emballage. « Pour l'instant, ce sont les producteurs et les négociants qui en font les frais et nous espérons que la grande distribution prendra également sa part et que cela pourra être répercuté sur les prix de vente. Entre-temps, les consommateurs souffrent déjà au niveau de leur portefeuille », commente Mónica Tierno. « Si les fruits arrivent avec une certaine qualité, nous pourrons répercuter les prix. Sinon, il sera très difficile de le faire », précise Héctor Ripoll.

La cerise est déjà un produit à valeur ajoutée et elle est devenue beaucoup plus compétitive ces dernières années, d'autant plus que sa surface s'est étendue dans des zones où elle n'était pas ou peu cultivée auparavant. « L'offre a augmenté et cela nous a obligés à être plus exigeants et à faire des efforts économiques plus importants sous forme d'investissements. Nous, les cultivateurs, avons tous réfléchi ensemble. Actuellement, malgré le fait qu'il existe déjà un grand potentiel de production dans la zone méditerranéenne, ces dernières années ont été marquées par une série d'événements climatiques défavorables dans différents pays qui, dans une certaine mesure, ont régulé l'offre. Pour l'instant, c'est un produit qui continue d'être rentable pour toute la chaîne de valeur », affirme Mónica Tierno.

« Nous sommes très heureux des résultats qu'offre ce fruit, malgré les défis qu'il présente, à commencer par la disponibilité de la main-d'œuvre, ce qui conduit à investir dans l'automatisation des processus de sélection, de calibrage et de conditionnement du fruit », souligne Héctor Ripoll. « Actuellement, la récolte des cerises ne peut pas être mécanisée en raison de sa fragilité et « beaucoup de mains » sont nécessaires sur une courte période de temps, en raison de la forte concentration de fruits. »

« D'autre part, et c'est peut-être plus inquiétant, il y a le changement climatique. C'est un fruit très exposé aux intempéries, qui présente des changements significatifs dans son comportement, avec de la pluie, du gel ou de la grêle à certains moments et dans des zones où il n'y en avait jamais eu auparavant ». Si l'année est bonne, sans être affectée par le mauvais temps, la valorisation de ce fruit par le client final augmente de façon exponentielle. Nous parlons d'une espèce de premier plan, d'un aliment recherché dans le segment des fruits à noyau et nous pensons que sa consommation continuera à augmenter tant que les normes de qualité seront maintenues, avec des variétés ayant une texture turgescente et suffisamment de matière sèche dans leur chair pour une longue durée de vie post-récolte, un bon indice brix, un bon calibre, etc.

Pour plus d'informations :
Mónica Tierno Díaz
Agrupación de Cooperativas del Valle del Jerte  (Association des coopératives de la vallée de Jerte)
Ctra. Nacional 110, km 381
10614 - Valdastillas, Cáceres
Tél. : +34 927 471070
monicatierno@ac-vallejerte.es
www.ac-vallejerte.es

Hèctor Ripoll
Cerima Cherries
Tél. : +34 977 418 346
Cell. :+34 636 52 17 04
cerima@cerimacherries.com
www.cerimacherries.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)