Louis De Cleene, Groupe Devos :

« En cette saison des fruits, nous nous concentrons davantage sur la récupération que sur la croissance »

Le marché des fruits haut de gamme a connu une année de hauts et de bas. À la fin de l'année dernière, tout semblait aller dans la bonne direction. Mais à cause de plusieurs facteurs externes, la fin ne se passe pas comme nous l'espérions », explique Louis De Cleene du groupe Devos en Belgique.

« Tout ce qui concerne les poires, comme l'emballage et l'électricité, coûte cher. La météo actuelle n'est pas non plus propice à la consommation de fruits. Lorsque le temps tourne au début, les choses deviennent généralement plus difficiles pour nous. Une situation maintenant exacerbée par une offre excédentaire de fruits rouges. »

« Nous vendons toujours des volumes suffisants et nos lignes régulières fonctionnent bien. Il y a toutefois beaucoup plus à l'heure actuelle. Bien sûr, vous ne prévoyez pas cela. Au début de la saison, il y avait 25 à 30 % de poires en moins sur le marché européen, nous nous attendions donc à ce qu'elles se vendent bien, ce qu'elles ont fait pendant longtemps ». 

« C'était, jusqu'à tous ces développements mondiaux, qui ont provoqué une chute brutale des prix. Les prix actuels ne sont même pas si dramatiques. Les prix sont passés de 0,90 € à 0,60 € et sont revenus à 0,90 €. C'est juste que, dans notre segment, il faut beaucoup de temps pour récupérer ces 0,30 €. C'est donc plus un temps de récupération. Sans cela, nous ferions une excellente saison. »

Le groupe Devos ne se plaint pas de la qualité. « Nous surveillons les poires et essayons de les commercialiser au bon moment. Ça a l'air bien en ce moment. Nous avons beaucoup de nos propres cultures, mais nous achetons aussi beaucoup de poires en stock au début de la saison. Nous les avons achetés en pensant que leurs prix augmenteraient à la fin de l'année, compte tenu du contexte de l'époque. Mais cela ne s'est pas produit ». 

Mais, il y a de la lumière au bout du tunnel pour le marché de la poire. « Nous espérons que les prix continueront d'augmenter. Il n'y a presque plus de poires gratuites aux enchères. Ils pourraient durer jusqu'à la semaine prochaine, mais seront terminés après cela. Ensuite, les plus gros joueurs apporteront leurs propres poires et les prix remonteront progressivement. L'achat et le stockage de ces poires comportent de nombreux risques et coûts, tels que le refroidissement et la surveillance.»

Louis, cependant, ne voit aucun soulagement pour le marché de la pomme cette saison. « Il y a un énorme surplus d'offre et trop peu de consommation. Ça complique les choses. Si la situation devait être atténuée, je pense qu'elle devrait l'être avec une nouvelle variété. Par exemple, il y a la pomme Rubis Gold, que nous distribuons exclusivement au Benelux. Les gens adorent ça, et c'est différent de ce à quoi ils sont habitués. Je pense que sa consommation va augmenter rapidement. Et qui sait quel changement cela peut apporter dans un marché difficile », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Louis De Cleene
Groupe Devos
66, rue Eugeen Cools
3460, Bekkevoort, Belgique
Tél. : +32 (0) 167 79 758
louis@devosgroup.com 
www.devosgroup.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)