Franklin Torres, président de Fenabe :

« Le nombre d'hectares de bananes illégales en Équateur est proche de celui du Costa Rica »

Selon la Fédération Nationale des Producteurs de Bananes de l'Équateur (Fenabe), environ 40 000 hectares de bananes sont plantés illégalement dans le pays, en violation de la loi sur la banane, dont l'application est relativement récente. « Pour avoir une idée de ce que ce chiffre signifie, nous parlons d'une quantité d'hectares proche de la production du Costa Rica », déclare Franklin Torres, président de l'organisation. « Nous dénonçons cette situation depuis 2018. L'Équateur est le premier producteur mondial de bananes et une offre excédentaire aussi évidente que celle qui s'est produite rend difficile la localisation de ces bananes, et encore plus maintenant avec une guerre qui a aggravé la situation de crise. » 


Franklin Torres

« Malheureusement, certains grands producteurs ont pensé que la loi était une option et non une obligation, et cela nous pèse aujourd'hui. Pour cette raison, nous demandons au gouvernement d'abroger les décrets exécutifs 1127 et 183, afin de permettre une prolongation du délai de légalisation de ces exploitations. » 

« Notre deuxième point de critique concerne les amendes. L'amende établie dans la Loi sur la Banane est de 150 salaires minimums vitaux. C'est pourquoi jusqu'en 2018 presque personne n'osait planter des bananes en Équateur, car ils devaient payer près de 60 000 dollars pour chaque hectare de banane », rappelle Franklin. « Mais ce montant a été réduit à 620 euros, ce qui a encouragé les plantations illégales au cours des trois dernières années et demie, aboutissant à ces nouveaux 40 000 hectares illégaux. » 

« Maintenant, nous essayons de corriger cette situation, car ceux qui ont été les plus touchés sont les moyens et petits producteurs, ainsi que de respecter le prix minimum de soutien, établi en 2022 à 6,25 dollars par boîte de bananes. Ce prix est le résultat de la somme des coûts de production et d'un bénéfice raisonnable, et doit être respecté par la loi. Mais nous observons sa non-conformité, qui conduit à des prix vraiment scandaleux depuis des années. En 2020, nous avions des prix moyens de 4,25 $ ; en 2021, 4,65 $ et à ce jour, le prix spot moyen atteint 3,25 $ et le prix contractuel est de 3,85 $.  » 

« Nous sommes environ 9 000 producteurs de bananes dans le pays. L'impact social produit est vraiment fort lorsque le prix équitable n'est pas payé. En fait, ici en Équateur, environ 3 000 exploitations ont déjà cessé de produire, ce qui représente environ 25 000 à 30 000 hectares de petits et moyens producteurs.

« Selon nos estimations à Fenabe, au cours des quatre mois qu'a duré la crise des prix, car elle a commencé en février, 60 000 emplois ont été perdus dans le pays. Et si l'on ne prend pas les mesures que nous demandons au gouvernement, 60 000 emplois supplémentaires pourraient être perdus. Au total, 120 000 emplois pourraient être perdus en moins de quatre mois, et la situation a déjà entraîné une augmentation substantielle de la criminalité dans les provinces productrices de bananes. »

Fenabe a fait une série de propositions au gouvernement équatorien en faveur du secteur de la banane, notamment le rachat de régimes de petits producteurs avec l'argent des amendes pour plantation illégale. Selon Franklin Torres, la loi stipule que l'argent collecté doit être utilisé pour le développement du secteur de la banane.

« Nous ne demandons pas de subventions. En achetant les régimes de bananes, le gouvernement peut aider les producteurs qui souffrent de la situation et réduire l'offre d'exportation. Même en supposant une amende de 620 euros au lieu de 57 000 euros, il resterait environ 25 millions d'euros disponibles pour faire face à la situation. En particulier dans la province d'El Oro, il y a beaucoup de petits producteurs qui vivent dans une extrême pauvreté. » 

« Nous ne demandons pas de subventions. En achetant les régimes de bananes, le gouvernement peut aider les producteurs qui souffrent de la situation et réduire l'offre d'exportation. Même en supposant une amende de 620 euros au lieu de 57 000 euros, il resterait environ 25 millions d'euros disponibles pour faire face à la situation. En particulier dans la province d'El Oro, il y a beaucoup de petits producteurs qui vivent dans une extrême pauvreté. »  

« Il est regrettable que cela se produise et que deux ministres de l'agriculture soient déjà partis en moins d'un an, incapables de contrôler cette situation. En tout cas, le nouveau ministre Bernardo Manzano a montré qu'il avait l'esprit ouvert et il va annoncer ce vendredi un ensemble de mesures qui, nous l'espérons, seront utiles aux producteurs. » 

Seulement 10 centimes par livre pourraient faire une grande différence
Le producteur est le premier maillon de la chaîne de la banane. Parmi tous les partenaires de la chaîne, il y en a un particulier qui est devenu la cible de l'ensemble de l'industrie de la banane, non seulement en Équateur, mais aussi dans toute l'Amérique latine : les supermarchés. Le secteur a demandé à plusieurs reprises aux détaillants de s'engager à assumer une responsabilité partagée, en particulier à un moment où le problème des faibles prix des bananes est exacerbé par la hausse des coûts de production.

« Une augmentation du prix de vente de seulement 10 centimes par livre ne ferait que peu ou pas de différence pour les consommateurs européens, russes ou asiatiques, mais pour des milliers de producteurs de bananes équatoriens, cela ferait une grande différence. Cela éviterait aux gens de devoir migrer pour trouver un autre travail, car avec les 10 centimes, l'activité redeviendrait rentable », explique M. Franklin.

« Les chaînes de supermarchés devraient mieux connaître la situation des producteurs et être capables de s'identifier à eux. C'est pourquoi nous demandons au gouvernement d'inclure des représentants non seulement des sociétés commerciales mais aussi des producteurs dans les comités organisés par le secteur de la banane. Les exportateurs et les producteurs ont parfois des points de vue opposés, mais nous avons aussi de nombreux points d'accord. » 

Pour plus d'informations :
Fenabe
Tél. : +593 99 952 5360
fenaban.ec@gmail.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)