César Claramonte, directeur de Clasol :

« Le point positif est que l'on ne nous demande pas plus de fruits à noyau que nous ne pouvons en fournir »

La saison des fruits à noyaux progresse en Murcie avec des volumes inférieurs aux prévisions en raison de l'impact du gel et de la grêle, ce qui est particulièrement notable pour l'abricot.

« La demande est bonne compte tenu du climat estival dans toute l'Europe, mais pas aussi bonne qu'il n'y paraît en raison du fait qu'il y a moins de fruits en début de saison que l'an dernier. Nous faisons donc de bonnes livraisons chaque jour », explique César Claramonte, directeur de Clasol. « Les prix de départ sont élevés et ils régulent également le marché. Ce qui est bien, c'est qu'on ne nous demande pas plus que ce que nous pouvons fournir », ajoute-t-il. « Nous effectuons des chargements hebdomadaires de volumes considérables en Suède. »

Heureusement pour cette entreprise valencienne, qui dispose de son propre entrepôt de production et de conditionnement à Murcie, les gelées n'ont guère affecté leur récolte grâce à l'utilisation de systèmes antigel fonctionnant avec des moulins et de la paraffine. « Nous avons une récolte de pêches et de nectarines similaire à celle de l'année dernière, voire légèrement supérieure, tandis qu'en abricots, nous avons subi quelques dégâts de grêle, même si, en général, la disponibilité est au rendez-vous pour ce produit qui est de plus en plus consommé en Europe. Les volumes seront plus faibles plus tard dans la saison », explique César Claramonte.

Clasol fait le lien entre la culture de Murcie et celle de Lleida, grâce à un contrat avec deux grands producteurs. Bien que les prix de vente devraient rester élevés tout au long de la saison compte tenu de la baisse des volumes enregistrée en Catalogne et en Aragon, le directeur de Clasol se montre sceptique :

« L'année dernière, nous avons eu des problèmes de production pour tous les principaux acteurs de l'arc méditerranéen, alors que cette année, c'est l'Espagne qui en a fait les frais, tant à cause du gel que de la grêle. La France et l'Italie n'ont pratiquement pas eu de problèmes et en Grèce, la production est même à son maximum. Il convient de rappeler que la production grecque se professionnalise et devient de plus en plus compétitive, compte tenu de l'amélioration continue de ses cultures en termes de qualité et de sécurité alimentaire. »

« Nous verrons dans quelle mesure le manque de volumes en provenance d'Espagne à partir de juin aura un impact sur les prix au niveau européen », indique César Claramonte, qui rappelle également que, globalement, l'offre de fruits d'été se fait rare cette année. « Nous avons des problèmes d'approvisionnement en melon et en pastèque en raison de la petite récolte et de la faible floraison due aux pluies à Almeria, ce qui, nous l'espérons, s'améliorera à partir de la fin juin. »

Néanmoins, l'activité principale de l'entreprise porte sur les agrumes. La saison des mandarines touche actuellement à sa fin tandis que les oranges seront disponibles jusqu'en août. « Les ventes de mandarines de Nadorcott se terminent plus ou moins bien, avec des prix acceptables, de même que celles d'Orri. Ce n'est pas le cas pour les oranges, dont l'offre est supérieure à la demande et dont le prix est en baisse. »

Pour plus d'informations :
César Claramonte
CLASOL
Tél. : +34 964585947
Cell. : +34 634137441
cesar@clasol.com
clasol.com/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)