Andreas Kreuzwieser, Meleco, sur la commercialisation des pommes biologiques en Autriche

« Le facteur décisif est la façon dont les qualités se développent par la suite »

La commercialisation des fruits à pépins autrichiens est désormais entrée dans le milieu de sa deuxième partie. « Notre niveau de stock actuel est d'environ 20 %. La Topaz en particulier est actuellement très populaire à l'exportation, car les stocks allemands s'épuisent lentement. Par conséquent, nous entamons maintenant une partie très importante de la saison », déclare Andreas Kreuzwieser, directeur général de Meleco Ltd, basée à Pasching. L'entreprise dispose de plusieurs sites et se consacre à la culture et à la distribution de fruits biologiques issus de cultures autrichiennes.

Grâce aux technologies les plus récentes, comme le stockage à long terme et le procédé éprouvé d'immersion dans l'eau, les variétés standard du marché peuvent désormais être fournies douze mois par an. Selon Kreuzwieser, les conditions du marché ont également été très favorables depuis le début de l'année. « Dans le cas de la Topaz, nous avons quelque peu augmenté les prix, mais toujours de manière modérée. Pour la Gala, la commercialisation ainsi que les prix évoluent un peu plus régulièrement, d'autant plus qu'il n'y a pas de trempage. Jusqu'à présent, cette variété n'a été commercialisée que sur le marché intérieur. Nous avons pu maintenir plus ou moins le niveau de prix ferme auquel nous sommes initialement parvenus. Je dirais donc que c'est une bonne saison. »


Andreas Kreuzwieser commercialise exclusivement des fruits à pépins biologiques nationaux / Photo : Meleco GmbH

L'assortiment est complété par les variétés Braeburn, Arlet, Jonagored et Crimson Crisp, seule la commercialisation de la Jonagored a déjà été arrêtée. « La Crimson Crisp est issue de la culture biologique nationale depuis près de deux à trois ans. Elle présente des résultats imbattables en termes de durée de conservation. Après neuf mois de stockage, le pourcentage de produits de table est d'environ 95 %, ce qui signifie que seuls 5 % ne sont pas commercialisables après un stockage de longue durée. Dans les années où les produits industriels ne peuvent pas être vendus pour couvrir les coûts, c'est un point positif déterminant », indique Kreuzwieser. Pour Meleco, la cueillette des Crimson est précoce. « Nous ne partageons pas l'opinion selon laquelle la pomme peut facilement rester longtemps sur l'arbre. »

Gestion de la récolte et aptitude au stockage
La capacité de stockage d'une variété de pomme est extrêmement importante en agriculture biologique, selon l'expert autrichien. « Nous nous préparons actuellement à une très forte récolte biologique nationale. Cependant, le facteur décisif est la façon dont les qualités se développent par la suite. En général, il y a assez de pommes jusqu'en mai, la question est de savoir s'il y aura ensuite assez de produits de bonne qualité dans la dernière phase de la saison, en juin-juillet. » La filière biologique ne connaîtrait pas de surstockage important des volumes pour la saison suivante - une différence par rapport au conventionnel qu'il ne faut pas sous-estimer. « Chaque année est différente, et c'est une bonne chose. »

Dans une grande partie de l'Autriche, les températures ont atteint 25 à 30 degrés au cours des dernières semaines. Néanmoins, les fleurs se sont pour la plupart bien développées. « S'il fait encore chaud à l'automne au début de la nouvelle récolte, cela pourrait bien être problématique. En fin de compte, le facteur décisif est la gestion de la récolte ainsi que l'efficacité lors du transport et de la prise en charge, c'est-à-dire que la marchandise doit être récoltée exactement au bon moment et refroidie rapidement. Il reste à voir dans quelle mesure la guerre en Ukraine nous affectera en termes de pénurie de personnel pour la récolte. Mais pour l'instant, nous ne voyons pas de catastrophe se profiler. »

À droite : Pommes stockées dans l'entrepôt de Meleco.

Des coûts d'électricité maîtrisables
Selon Kreuzwieser, les augmentations de coûts du côté de la production doivent également être considérées de manière différenciée. « Même si nous avons sans aucun doute des augmentations de coûts - il est important de regarder l'offre et la demande, car le facteur décisif est de savoir si les marchandises sont dédouanées en temps voulu. En ce qui concerne le stockage à long terme, je ne constate pas de coûts supplémentaires écrasants. L'électricité sera plus chère, mais seulement 60 % environ de l'électricité est utilisée dans les trois premiers mois suivant le stockage. Le maintien d'une température basse consomme moins d'énergie que le refroidissement de produits fraîchement récoltés. Par conséquent, je m'attends à des coûts supplémentaires gérables pour le stockage à long terme. Bien sûr, il faut garder un œil sur tous les coûts. Mais il n'est pas non plus utile de s'inquiéter de choses sur lesquelles nous n'avons aucune influence. »

Pour plus d'informations :
Meleco GmbH
Andreas Kreuzwieser
Johann Lehner Straße 5
4061 Pasching
Tél. : +43 (0) 7221 21212
Cell. : +43 (0) 664 2305 263
a.kreuzwieser@meleco.at
www.meleco.at


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)