Jan Vermeiren, Exofi :

« L'offre limitée crée un marché difficile pour pratiquement tous les fruits espagnols »

La période actuelle est très difficile pour les produits espagnols. « Les problèmes climatiques en Espagne et les guerres bien connues entraînent des prix élevés pour presque tous les fruits espagnols », explique Jan Vermeiren d'Exofi. « La gelée nocturne a provoqué une réduction de 80 % de la production de fruits à noyau en Catalogne et à Saragosse et de 50 % pour les cerises. »

« Avec les cerises espagnoles, nous démarrons maintenant lentement. Nous avons commencé avec les variétés précoces depuis 2 semaines et à partir de la semaine prochaine, les variétés américaines plus fortes nous parviendront. Mais l'emballement a été difficile ; en raison d'une offre limitée et d'une demande plutôt bonne, en raison du beau temps, les prix ont été particulièrement élevés. »



Le grossiste s'attend donc à un marché plus difficile pour les cerises espagnoles cette année. « L'année dernière a bien sûr été une super saison pour les cerises espagnoles, car les cerises françaises et néerlandaises ont subi beaucoup de dégâts. En conséquence, l'offre a diminué. Toutefois, cette année, il y aura davantage de fruits provenant de différents pays. La France est de nouveau dans le coup cette année et également pour les cerises néerlandaises et belges, malgré le gel et les orages, il semble y avoir peu de dégâts pour le moment. »

La plupart des cerises qu'Exofi reçoit proviennent de la marque Vegalaguna. « Pendant six à sept semaines, nous recevons environ quatre de ces voitures par semaine. C'est beaucoup pour des cerises. Sur le plan qualitatif, ils ont l'air très bons. De plus, nous travaillons avec un agent de déchargement de Saragosse, spécialisé dans les très grands formats. Les tailles 32 plus et 34 plus commenceront également à la fin de cette semaine. Les volumes reprendront donc à partir de la semaine prochaine. Nous sommes actuellement à 7 ou 8 euros le kilo, mais avec l'offre plus importante, les prix vont lentement baisser. »



En ce qui concerne les fruits à noyau espagnols, Jan constate une offre limitée sur le marché. « Dans le nord de l'Espagne, les dégâts sont considérables dans les pêches, les abricots et les nectarines. La production est, comme on l'a dit, pour cette raison inférieure d'environ 80 % à celle des autres années. Pour les fruits à noyau, notamment les nectarines, les prix se situent donc à un niveau de fois trois. »

Les ventes sont également quelque peu décevantes pour le grossiste. « Nous constatons toujours un manque de tourisme. Nous nous concentrons sur le commerce de détail et davantage sur les spécialistes, comme l'industrie hôtelière. En raison de la pandémie, les touristes, notamment les Américains, hésitent encore à voyager. Les Belges restent aussi un peu plus dans leur propre pays, ce qui compense en partie. C'est juste que la consommation est aussi beaucoup plus faible. L'augmentation des coûts fait que les consommateurs regardent davantage le prix, ce qui a entraîné une baisse des ventes de plus de 40 %. Tout le monde a du mal en ce moment. Dans l'ensemble, nous étions très heureux d'être débarrassés de Covid, mais nous sommes tombés d'un problème à l'autre. »

Pour plus d'informations : 
Jan Vermeiren
Exofi Fresh Market
Werkhuizenkaai 112, mag.25-26
B-100 Bruxelles 
Tél. : +32(0) 2 243 1249
info@exofi.be           
www.exofi.be    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)