Francois Dillman - Noordgrens Landgoed

Les pomelos sud-africains gérés de près atteignent un pic plus tardif et plus bas

La campagne sud-africaine de pomelos est actuellement dans ses semaines de pic d'approvisionnement et, grâce à une combinaison d'interruptions liées aux conditions météorologiques et à la surveillance et au rapport hebdomadaires minutieux des données de conditionnement des trois principales régions, le pic de 2022 est non seulement plus tardif, mais aussi nettement plus bas que les saisons précédentes.

Les volumes sont gérés avec soin grâce à une campagne lancée parmi les producteurs de pomelos de Letsitele, Hoedspruit et Onderberg, qui produisent ensemble près de 75 % des pomelos d'Afrique du Sud, afin de suivre de près leur conditionnement hebdomadaire cette année. Chaque semaine, les données d'emballage sont collectées dans tous les centres de conditionnement, consolidées et partagées afin d'améliorer la prise de décision, non seulement pour prolonger la saison du pomelo, mais aussi pour gérer la pression qui s'accumule traditionnellement dans le port de Durban à cette période.

« À ce stade, cela semble bien fonctionner, c'est donc au moins un point positif qui ressort d'une saison par ailleurs très difficile », déclare François Dillman, qui cultive des pomelos et des valencias sur les rives du fleuve Limpopo, à la frontière avec le Zimbabwe.



Baisse de 33 % des exportations de pomelos depuis le début de l'année

Depuis le début de l'année, les exportations de pomelos de classe 1 et 2 sont en baisse de 33 %, en grande partie à cause de la gestion des volumes d'emballage, mais aussi parce que le nombre de livres et les spécifications peinent à trouver des niveaux de prix commercialement viables.

« Les gars continuent d'emballer cinq jours par semaine, 200 tonnes par jour passent par la station d'emballage, mais seulement 40 % de cette quantité sortent en cartons, au lieu des 70 % habituels », explique-t-il. « Les fruits qu'il était logique d'exporter ces deux dernières années ne le sont plus cette année, principalement en raison des taux d'expédition extrêmement élevés. »

Le leitmotiv de la campagne de cette année est de savoir où le pomelo n'est pas envoyé.

La Russie était le seul marché pour les gros pomelos (28 et 32) et ces fruits restent maintenant principalement chez eux pour la production de jus, tandis que les nouvelles fermetures imposées par le Covid en Chine sont arrivées à un moment extrêmement défavorable du calendrier sud-africain du pomelo.

Le marché chinois du pomelo est un « désastre »
« La plupart des producteurs ont cessé d'emballer le pomelo pour la Chine à ce stade. Il y a du pomelo sud-africain sur le marché chinois, mais il avance très lentement. Je pense que le marché du pomelo va rester en sommeil jusqu'à ce que le blocage soit levé. C'est un coup dur pour nos exportations de pomelo, et nous espérons tous que les mesures de blocage en Chine seront bientôt levées ».

Il qualifie de désastreux le marché chinois actuel du pomelo.

« La saison du pomelo est courte et c'est aléatoire à ce stade - le marché peut rouvrir ou ne pas rouvrir et vous êtes alors soulagé si vous n'avez pas envoyé. Cette année, c'est vraiment un pari », remarque M. François.

Pomelos inspecté pour l'exportation au port de Durban.

En Europe, le marché du pomelo est stable, bien qu'un peu calme, mais au moins le marché est ouvert.

Les acheteurs japonais de pomelos ont affrété un navire conventionnel chargé de pomelos Marsh et Star Ruby (et de citrons) qui a quitté Durban la semaine dernière.

La Corée du Sud a perdu de son importance en tant que marché du pomelo car les interceptions de cochenilles ont bondi ces dernières années depuis que les autorités sud-africaines ont repris le rôle d'inspection de leurs homologues sud-coréens.

Pour plus d'informations :
Francois Dillman
Noordgrens Landgoed
francois@noordgrens.co.za 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)