La campagne des fruits à noyau démarre en Estrémadure

« Je me demande si l'augmentation des coûts affectera un produit comme les prunes »

La récolte des fruits à noyau a commencé à Badajoz quelques jours plus tard que la saison dernière. Les premières pêches, nectarines et abricots sont récoltés, bien qu'en quantités encore insignifiantes. La récolte des prunes, le produit le plus représentatif de la gamme des fruits à noyau à Badajoz, débutera la semaine prochaine.

« Jusqu'à la semaine prochaine, nous n'aurons pas de quantités de fruits constantes », explique José Aurelio García, directeur de la coopérative Explum. « La récolte des premières prunes, notre produit le plus important en termes de volume, commencera la semaine prochaine avec des variétés peu représentatives, il faudra donc attendre la deuxième semaine de juin pour avoir de bons volumes de Black Splendor. Quoi qu'il en soit, c'est la que la demande commence à augmenter. » 

Selon le producteur et distributeur, la récolte des fruits à noyau s'accompagne des rendements typiques d'une campagne normale, sans production excédentaire, à l'exception des prunes jaunes, dans lesquelles la variété Golden Globe subira une baisse de volume. 

« Par rapport à d'autres régions productrices espagnoles, l'Estrémadure n'a pas été touchée par le gel ou la grêle. Nous coïncidons désormais avec les productions de Murcie, qui allonge de plus en plus son calendrier de récolte. Cette année, nous chevaucherons à peine avec Lleida et Aragón, puisque ils ont perdu environ 70 % de la récolte à cause du gel », explique José Aurelio García.

« La commercialisation devrait donc être plus fluide, même si dans le cas des prunes, elle n'aura pas beaucoup d'impact, puisque nous allons également concurrencer les productions locales de nombreux pays vers lesquels nous exportons, où leurs récoltes n'ont subi aucun incident. Cette année, par rapport à la précédente, l'Italie a beaucoup de prunes Angeleno et dans le reste des variétés de fruits à noyau, nous serons également en concurrence avec ce pays, avec la France et la Grèce, principalement. Nous ne savons toujours pas ce qui va se passer cette campagne, mais il semble que cela puisse être intéressant pour la nectarine et la pêche. » 

L'inflation et la hausse des coûts de production qui en résulte sont peut-être la principale préoccupation du secteur des fruits à noyau cette année. « Je me demande si cette augmentation des coûts sera compensée dans tous les maillons de la chaîne et si elle affectera le prix de vente, compte tenu du fait que les prunes, par exemple, sont un produit de base. » 

Explum exporte ses fruits principalement vers les marchés européens, bien qu'il expédie également à l'étranger dans le cas des prunes, ce qui est devenu encore plus compliqué cette année. « La contractualisation de conteneurs est devenue extrêmement coûteuse, passant d'environ 6 000 euros l'an dernier à plus de 14 000 cette année à destination du Mexique, pour donner un exemple. Si le marché européen fonctionne, je ne pense pas que beaucoup d'exportations seront réalisées vers à l'étranger, compte tenu des risques encourus ». 

Pour plus d'informations : 
José Aurelio Garcia
Explum SC 
Tél. : +34 924446338
Cell : +34 615289854
jagarcia@explumsc.com 
www.explumsc.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)