Marché mondial : la patate douce

Alors que la patate douce reste un produit de plus en plus populaire dans de nombreux pays, certains marchés ont eu du mal à rentabiliser la récolte de l'année en raison de l'augmentation des coûts de production, des effets de l'invasion en Ukraine et des pénuries de main-d'œuvre et d'eau. Aux Pays-Bas, les importateurs estiment que les prix doivent augmenter pour que la vente en vaille la peine. Les producteurs sud-africains sont également touchés par la hausse des coûts de culture. Les producteurs nord-américains se plaignent d'une offre excédentaire sur leur marché, tandis que les patates douces cultivées localement sont de plus en plus populaires aux Pays-Bas et en Allemagne.

Pays-Bas : « Les rendements des patates douces doivent augmenter pour couvrir les coûts »
L'augmentation des coûts rend l'année difficile pour les patates douces, quel que soit le pays d'origine, estime un importateur néerlandais de patates douces nord-américaines. « Il est donc difficile de réaliser des cultures rentables pour chaque producteur de patates douces. En outre, la qualité de cette saison n'est pas la meilleure que nous ayons vue et la récolte est assez importante, ce qui crée également une certaine pression pour vider le hangar avant le début de la nouvelle saison. Ce qui est certain, c'est qu'il y aura beaucoup moins de produits disponibles la saison prochaine, car il y a peu de chances que la culture reprenne en raison des prix bas. »

Un vendeur néerlandais de patates douces portugaises se montre plus positif. « Comme il y a eu moins de mesures de confinement que les années précédentes, je m'attendais à une année marquée par la stabilisation, mais nous avons réussi à obtenir un résultat positif ». Les ventes de patates douces biologiques se portent aussi remarquablement bien. Le commerce de détail germanophone, en particulier, est très friand de patates douces portugaises ; les ventes aux supermarchés néerlandais sont encore à la traîne. En outre, dans le sud de l'Europe, on a vendu 20 % de plants de patates douces en moins et la superficie de l'Égypte a diminué de 40 % ; nous abordons donc la nouvelle saison avec confiance.

Un producteur néerlandais voit également un grand potentiel dans cette culture relativement nouvelle. « Le seul problème est que la culture ne peut pas se faire sur quelques hectares seulement. L'année dernière, nous avons obtenu un rendement de quarante à quarante-cinq tonnes brutes par hectare, mais les rendements doivent encore augmenter pour couvrir les coûts. Nous ne sommes pas si inquiets pour les ventes. Nous avons remarqué que la demande de patates douces cultivées aux Pays-Bas est en augmentation. »

Allemagne : la culture de la patate douce de plus en plus populaire
Selon un grossiste en produits biologiques du sud de l'Allemagne, la culture de la patate douce est de plus en plus populaire en Allemagne. Il reconnaît également qu'il y a maintenant plus de demande pour les patates douces européennes que pour les produits étrangers, par exemple ceux de la région andalouse en Espagne.

Les prix ainsi que la demande sont restés stables par rapport à l'année précédente et ont connu très peu de fluctuations. Au début de la saison, les prix étaient un peu élevés, mais ils ont légèrement baissé au cours de la saison pour remonter en fin de saison.

Alors qu'il y a quelques années, les produits d'outre-mer étaient principalement importés des pays d'Amérique du Sud ou des États-Unis, l'offre de produits européens est désormais suffisante pour que l'on utilise davantage de produits européens à l'échelle nationale, explique l'expert. Bien qu'il existe différentes variétés sur le marché, la variété orange Beauregard reste la plus populaire.

France : bonnes ventes pour les patates douces
La saison de la patate douce s'est terminée à la mi-mars. Certains producteurs basés dans le sud de la France ont souffert cette saison de pluies causant quelques pertes et contraignant certains producteurs à jeter une petite partie de leur récolte. Actuellement sur les étals français, l'origine espagnole a pris le dessus. Si la patate douce est un produit qui se consomme beaucoup en hiver ou à la mi-saison, la demande est toujours là et les ventes sont plutôt bonnes.

Italie : une campagne de patate douce volatile
« Cette année, comme jamais auparavant, la campagne de la patate douce comporte beaucoup d'inconnues. Maintenant, nous commençons avec les premières plantations, mais nous ne savons toujours pas combien d'hectares au total nous allons cultiver, en raison de l'augmentation des coûts. Nous devrions commencer la récolte à la fin du mois d'août. L'année dernière, nous aurions pu l'anticiper, mais nous ne l'avons pas fait car les températures étaient trop élevées », déclare un producteur des Pouilles.

Espagne : la production de patates douces va diminuer au cours de cette campagne
Tout indique que cette saison, la combinaison de différents facteurs pourrait réduire la production ibérique.

« En Espagne et au Portugal, une réduction significative de la récolte est attendue pour la campagne 2022/23 », explique un représentant du secteur. « L'année dernière, l'offre de produits a été importante, ce qui a eu un impact sur les prix. La concurrence de l'extérieur de la communauté européenne a été brutale, et pas seulement celle de l’Égypte. On a également vu arriver des produits d'Amérique du Sud et d'Afrique du Sud qui ne répondent même pas aux exigences que l'on nous demande en Europe. Ce sont des pays dans lesquels la main-d'œuvre est également beaucoup moins chère. Ils établissent leur produit en Europe à un prix qui ne permet pas aux patates douces espagnoles ou portugaises d'être compétitives. »

« D'autre part, il y a la question de l'eau. Le changement climatique a fait que la patate douce peut être plantée dans de nombreux endroits, mais il ne faut pas oublier que la patate douce est un légume d'origine tropicale et qu'elle a besoin de conditions adéquates pour pousser. Dans les années 90, l'Andalousie était la région qui dominait la culture de la patate douce en Espagne et dans presque toute l’Europe. Dans le passé, on semait la variété californienne, mais à partir de 2003, la tendance a changé et la culture de la patate douce Beauregard s'est répandue, la variété qui est actuellement commercialisée dans le monde entier. Mais cette année, la sécheresse qui sévit dans les champs andalous a réduit la surface cultivée. »

« La guerre a également influencé cette campagne, et ce, de différentes manières », poursuit-il. « D'une part, dans les pays producteurs comme la Hongrie, la main-d'œuvre disponible pour cette campagne a diminué. D'autre part, lorsque l'approvisionnement en céréales en provenance de Russie et d'Ukraine a été interrompu en raison du conflit, le prix du blé, de l'orge ou du malt a augmenté à tel point que de nombreux agriculteurs, coïncidant avec la date de semis, ont décidé de planter cette année dans leurs champs de céréales. »

« La récolte commencera en Espagne à la mi-août/début septembre, mais en raison de tous ces facteurs, nous estimons que cette campagne, la récolte espagnole de patates douces pourrait chuter jusqu'à 40 % par rapport à l'année dernière. »

Afrique du Sud : la hausse des coûts frappe durement les producteurs sud-africains
Les producteurs de légumes sud-africains, y compris ceux qui cultivent des patates douces, ont été très durement touchés par la hausse des coûts de production et par les prix du carburant qui viennent d'augmenter à nouveau.

À l'heure actuelle, les patates douces sud-africaines sont exportées en vrac pour être reconditionnées par des détaillants de l'UE, du Royaume-Uni et du Moyen-Orient. Il s'agit d'un commerce récent mené par un petit nombre de producteurs ayant maîtrisé le processus de séchage de leurs patates douces pour une longue durée de conservation.

Les exportateurs sud-africains de patates douces sont désireux de démontrer la qualité et la valeur nutritionnelle de la patate douce sud-africaine, où l'accent est mis sur l'application de pratiques agricoles régénératrices. Des essais de patate douce à chair violette sont en cours dans le pays.

Le marché local est assez calme en raison de la pression économique. Sur le marché municipal, le prix moyen est de R4,30 (0,25 euro) /kg pour une boîte de 2kg. Environ 70 % de la patate douce sud-africaine est cultivée dans le nord de l'Afrique du Sud (principalement dans la province du Nord-Ouest et dans le Limpopo), et une partie dans la province du Cap occidental.

Amérique du Nord : l'offre dépasse la demande de patates douces
Selon une productrice-expéditrice de Caroline du Nord, il y a trop de patates douces, surtout en Caroline du Nord. « C'est une véritable différence par rapport à l'année dernière à la même époque. Quand on compare les superficies de 2020 à celles de 2021, on constate qu'elles ont beaucoup augmenté », dit-elle.

Les autres régions productrices de patates douces sont le Mississippi, l'Arkansas, la Louisiane et la Californie. La productrice-expéditrice note également que les exportations africaines de patates douces sont importantes cette année, ce qui affecte également les possibilités d'exportation pour la Caroline du Nord.

Quant à la demande ? Elle souhaiterait qu'elle soit plus soutenue, même si elle semble similaire à celle de l'année dernière à la même époque. « On essaie simplement de les vendre à un prix décent, mais le prix n'est pas bon », dit-elle.

Elle note que les prix étaient plus élevés en début de saison pour les patates douces, mais qu'ensuite, au moment du pic de la demande, c'est-à-dire pendant la période des fêtes, les prix ont baissé. « Ce prix était déjà un peu plus bas que celui de l'année dernière et il n'a pas beaucoup augmenté depuis les fêtes », dit-elle. « Et puis les coûts de culture ont tous augmenté. Ils ont doublé et triplé à certains égards, et les coûts de la main-d'œuvre ont encore augmenté cette saison. »

Par conséquent, elle pense que les prix vont se maintenir ou s'adoucir encore plus à partir de maintenant. « D'autant plus que les producteurs sont en train de planter et doivent faire de la place pour la nouvelle récolte », dit-elle.

Alors, qu'est-ce que cela signifie pour la saison de plantation de la récolte 2022-2023 ? « Nous réduisons les superficies et tous nos producteurs font de même dans l'espoir que cela fasse remonter les prix », dit-elle. « Il le faut, sinon beaucoup de gens vont faire faillite, vendre ou arrêter de cultiver. »

La semaine prochaine : aperçu mondial de la cerise !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)