Dr. Hans-Christoph Behr, expert en fruits et légumes chez Agrarmarkt Informations-Gesellschaft mbH :

« Les ventes de produits de serre vont encore augmenter mais ne remplaceront pas les importations »

Depuis plus de 30 ans, le Dr Hans-Christoph Behr travaille dans le secteur des fruits et légumes en tant qu'expert et consultant. Il est un employé de longue date d'Agrarmarkt Informations-Gesellschaft mbH (AMI). Il s'est entretenu avec FreshPlaza sur les conséquences de la hausse actuelle des coûts pour le secteur, sur le développement de la production en serre en Allemagne ainsi que sur d'autres tendances qu'il observe.

Les légumes de serre en Allemagne
Face à la crise climatique et à d'autres circonstances liées aux conditions météorologiques ou au climat, le besoin de cultures protégées se fait de plus en plus sentir en Allemagne. Selon Behr, ce sont surtout les légumes-fruits qui sont encore cultivés sous serre. « Les légumes-fruits concernent principalement les concombres, les tomates et les poivrons. Il reste certainement une grande marge de progression dans ce domaine. Mais les détaillants alimentaires sont certainement très intéressés par l'achat de produits de serre régionaux, car il n'y en a que de petites quantités. »

En ce qui concerne les prix des tomates, il existe également une différence de prix plus importante entre le produit local et l'approvisionnement en provenance de l'étranger, car on paie actuellement plus cher le produit en provenance d'Allemagne. En revanche, ce n'est pas le cas pour les concombres et les poivrons. « Les chiffres de vente vont certainement encore augmenter, mais pas au point de supplanter les importations. C'est pourquoi nous n'avons pas constaté de baisse des importations, car les parts de production en serre sont encore relativement faibles. Dans le cas des poivrons, la proportion produite en Allemagne est d'environ 3-4 %, pour atteindre un maximum de 6-7 %. Ce sont donc des taux de croissance énormes, mais qui restent faibles en comparaison générale. »

Bien que la part de la culture en serre ne dépasserait pas la part de la culture en plein air dans le secteur des légumes, selon lui, une tendance plus élevée vers la culture en serre se dessine déjà pour des cultures individuelles telles que les fruits rouges. « En particulier avec des produits comme les framboises ou les fraises, je distingue définitivement un plus grand potentiel. Cela s'explique en partie par le fait qu'il est difficile de récolter ces produits sans protection contre la pluie, surtout pendant les précipitations estivales. Si une fraise, une framboise ou une mûre est mouillée, sa durée de conservation sera compromise. C'est pourquoi les producteurs se tournent vers la culture protégée. En ce qui concerne les framboises, une plus grande quantité provient déjà des tunnels. Pour les fraises, le chiffre est déjà supérieur à 20 %. Mais pour la laitue ou le chou-fleur, je ne vois pas de culture protégée se développer. Il est trop facile de se procurer ces produits en Bretagne ou en Espagne. »

Conséquences de la hausse des coûts
Selon Behr, la hausse des coûts du fret, du carburant, de l'énergie et autres ne se reflète pas encore dans le secteur des fruits et légumes. « Si nous examinons, disons, le premier trimestre de 2022, en tenant compte notamment des prix à la consommation, nous constatons que les fruits ne sont pas nécessairement devenus plus chers. Dans certains cas, ils sont même moins chers que l'année précédente. Il est vrai que l'on peut constater une augmentation des coûts, mais il s'agit de conséquences à long terme qui n'affectent pas encore la saison en cours », explique M. Behr.

Le facteur décisif est la disponibilité, et non le coût
Il explique par exemple que les pommes vendues récemment ont été financées par les coûts d'entretien des arbres, de protection des plantes et de récolte, c'est-à-dire par les salaires et les coûts de l'année précédente. « Les salaires auraient certainement déjà dû augmenter, mais pas de façon incommensurable. En fin de compte, c'est aussi une question de quantité de produits disponibles. Après tout, la récolte européenne de pommes de cette année a été abondante, notamment en Pologne. Par conséquent, nous pouvons constater que le marché de la pomme est actuellement soumis à une forte pression. À long terme, il ne suffit donc pas de souligner l'augmentation des coûts, mais il faut surtout faire attention aux quantités disponibles », déclare Behr.

Pas de nouveaux marchés de vente significatifs
Behr ne voit pas actuellement de « révolutions » dans les marchés de vente de fruits et légumes. « Certes, le commerce en ligne des fruits et légumes présente globalement des taux de croissance relatifs élevés », déclare Behr. Mais la part de marché du commerce en ligne de fruits et légumes frais est encore faible, dit-il. « Si quelqu'un se fait apporter la totalité de ses achats, il y a forcément des produits frais parmi eux. Mais il faut faire la distinction entre les services de livraison complets, comme le service de livraison Rewe ou Picnic, et les véritables services de livraison avec livraison immédiate des articles. Les premiers sont simplement structurés différemment et suivent certains itinéraires qui sont plus judicieux pour eux sur le plan logistique. »

Rentabilité des prestataires de services en ligne
Ainsi, des entreprises comme Getir, Gorillas et Picnic auraient beaucoup d'argent sous la main, mais pas nécessairement des résultats positifs. « À long terme, cela ne peut pas fonctionner, surtout si l'on tient compte des coûts de la main-d'œuvre. De tels modèles peuvent très bien fonctionner dans des pays où les salaires sont extrêmement bas, mais si chaque lot doit être livré individuellement au client, ce modèle économique ne peut tout simplement pas fonctionner. À moins que l'entreprise ne facture un supplément correspondant, auquel cas la clientèle pourrait à nouveau disparaître. Dans ce domaine, je ne vois pas la croissance actuelle se poursuivre indéfiniment. » Pourtant, les fournisseurs de services capables de résoudre ce problème du « dernier kilomètre » pourraient connaître une croissance vigoureuse.

« Les autres fournisseurs de services pourraient également connaître de bons taux de croissance. Mais tant que les pertes continueront à être maximisées sans que personne ne s'y oppose, le modèle continuera. » Dans le même temps, cependant, Behr observe un contre-mouvement : « Certains investisseurs ne veulent plus supporter cette forme de financement et souhaitent plutôt retrouver des chiffres rentables. Alors, bien sûr, c'est aussitôt terminé pour ces entreprises. »

Taux de croissance en hausse dans le secteur biologique
Behr part du principe que le secteur biologique connaîtra également de nouveaux taux de croissance. « Si nous avons de graves ralentissements économiques, c'est-à-dire si la croissance économique tend à devenir négative et que le climat est à la crise, alors ce sera plus difficile pour le bio. Mais je pense que nous en sommes encore loin. Lorsque les choses seront vraiment difficiles, la part de marché des discounters augmentera davantage, la discussion sur le climat passera au second plan, et la « lutte pour la survie » prévaudra. Mais nous n'en sommes pas encore là. Tant que nous sommes encore relativement bien lotis, et je suppose que cela va rester ainsi, la part de marché du bio va continuer à croître parce qu'il est aussi perçu comme une solution à la crise. Comme par exemple pour la crise climatique, la crise environnementale générale, etc. »

L'objectif de 30 % d'ici 2030 n'est pas réaliste
En attendant, Behr ne pense pas qu'il soit réaliste de supposer que la part du bio atteindra 30 % d'ici 2030. « Bien entendu, la question est de savoir comment cela serait même mis en œuvre. On peut se fixer beaucoup d'objectifs. Après tout, il existe actuellement de nombreuses discussions sur le caractère représentatif, par exemple, d'institutions publiques comme les cantines publiques, etc. où les gens exigent une 'proportion obligatoire' de produits biologiques. Bien que cela puisse à son tour susciter des oppositions, pour le moment, je vois de bonnes opportunités de croissance pour le bio, car il est considéré comme une solution de crise. »

Pour plus d'informations :
Dr. Hans-Christoph Behr
Agrarmarkt Informations-Gesellschaft mbH
Dreizehnmorgenweg 10
53175 Bonn
Tél. : +49 228 33805-0
Fax : +49 228 33805-592
info@AMI-informiert.de
https://www.ami-informiert.de/


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)