Bart Nemegheer, De Aardappelhoeve :

« Les prix contractuels rendent pratiquement impossible de continuer à cultiver des pommes de terre en Belgique »

« Il y a beaucoup de pommes de terre en provenance d'Espagne en ce moment », déclare Bart Nemegheer, de la société belge De Aardappelhoeve. « Tout le monde est occupé avec sa récolte principale, et la qualité de cette année est exceptionnelle, surtout dans la région de Séville. »

Selon lui, le temps orageux n'a guère affecté la saison espagnole des pommes de terre. « L'abondance des pluies a entraîné une baisse de la qualité, mais uniquement à Carthagène. Dans l'ensemble, cependant, la saison s'annonce très bonne ». 

La récolte de pommes de terre biologiques tourne à plein régime en Espagne également. « Ici aussi, les rendements sont bons, et la qualité excellente. Nous avons reçu de belles pommes de terre de qualité supérieure. » Selon lui, la part des produits biologiques en Europe reste stable et pourrait même augmenter légèrement. « L'Europe veut utiliser sa stratégie Farm-to-Fork pour atteindre une part de 30 % de produits biologiques d'ici 2030. »

« Nous aimerions voir cette part augmenter plus rapidement, mais en raison de la crise actuelle, les consommateurs sont plus attentifs aux prix et plus prudents dans leurs dépenses. Cela concerne également les pommes de terre biologiques, car elles sont légèrement plus chères. Mais, en général, nous ne pouvons pas nous plaindre », poursuit Bart.

Il nous assure que la hausse constante des coûts ne pousse pas encore les producteurs, en masse, vers la culture des céréales. « La superficie consacrée aux pommes de terre a même légèrement augmenté l'année dernière. La demande est bonne, donc tout a continué à bien se passer, malgré la pandémie. Les exportations de produits de la pomme de terre ont également continué à être fructueuses. La demande est et restera présente. Toutefois, en raison de l'augmentation des coûts, les prix contractuels devront être relevés pour rester à l'abri de l'avenir. Si les prix restaient inchangés, il serait pratiquement impossible de continuer à cultiver des pommes de terre. »

Du côté des ventes, M. Nemegheer voit la popularité des produits transformés prêts à consommer augmenter. « Ils sont particulièrement à la mode chez les jeunes consommateurs. Ce groupe opte de plus en plus pour des produits faciles à utiliser et précuits. C'est un marché en expansion auquel les commerçants devront répondre. Néanmoins, je suis convaincu qu'il y aura toujours de la place pour les pommes de terre fraîches. »

La marque The Potato Chef de De Aardappelhoeve répond à cette tendance à la commodité. « Nous proposons une grande variété de produits à base de pommes de terre précuites et savoureuses, offrant ainsi un choix aux gens. C'est aussi une solution pour nos flux résiduels. Le marché du frais est très strict en matière de tri. S'il y a un léger dommage ou une tache, les pommes de terre sont immédiatement jetées. C'est dommage, certes, mais nous pouvons utiliser ces pommes de terre pour nos produits The Potato Chef. De cette façon, nous pouvons transformer ces pommes de terre en produits de consommation quotidienne », conclut Bart.

Pour plus d'informations : 
Bart Nemegheer
De Aardappelhoeve
7A, rue Putterij
8700, Tielt, Belgique
Tél. : +32 (0) 477 291 784
bart@deaardappelhoeve.be  
www.deaardappelhoeve.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)