Randolf Aaldijk, Origin Fruit Direct :

« Après deux bons mois, le marché sud-africain de la poire a fait un virage à 180 ° »

Les chiffres de la World Apple and Pear Association (WAPA) montrent que la récolte de poires de l'Union européenne a été inférieure de 26 % à celle de 2020. Cela est dû au gel tardif du printemps. Environ 1,67 milliard de kilogrammes ont été cueillis. En Italie, le premier pays producteur de poires de l'UE, ce sont 500 millions de kg de moins qui ont été récoltés par rapport à la moyenne décennale. La WAPA s'attend à ce qu'il y ait également 6 % de poires en moins cette année dans l'hémisphère sud. L'Argentine et l'Afrique du Sud sont les principaux pays producteurs, avec environ 500 millions de kilos chacun. La légère hausse des rendements en Afrique du Sud compense légèrement la baisse de la récolte en Argentine. Le Chili et l'Australie sont également des acteurs importants.

Cette année, la récolte européenne de poires a été la plus faible depuis 20 ans. Les stocks étaient également beaucoup plus bas le 1er mars comparé à la même période l'année dernière. Cela était de bon augure pour le commerce des poires de l'hémisphère sud. Du moins sur le papier. Dans la pratique, cependant, c'est le contraire qui semble prévaloir : peu de poires importées arrivent, et les cours sont bas.

« Les deux premiers mois de l'année se sont bien passés », déclare Randolf Aaldijk, directeur d'Origin Fruit Direct. Cette société néerlandaise importe depuis 2006 des fruits pour le marché européen en provenance d'un grand producteur sud-africain. Elle propose aujourd'hui un large éventail de produits, en particulier des agrumes, du raisin et des fruits exotiques, avec des arrivages d'Amérique du Sud notamment. « Les ventes des deux premiers conteneurs que nous avons reçus d'Afrique du Sud ont été excellentes. Ces ventes sont maintenant, cependant, très décevantes. »

Selon Randolf, ce déclin est dû à plusieurs facteurs : la perte de la Biélorussie en tant que marché, l'accès difficile au marché russe, les énormes retards dans les arrivées - « parfois aucun navire n'accoste, puis deux arrivent en même temps » - et la préférence des supermarchés pour les poires locales. « Nous nous concentrons sur les poires rouges pour le marché de gros, mais nous ne sommes certainement pas l'un des plus grands importateurs de poires. Les supermarchés préfèrent les poires vertes locales, en particulier la Conférence ». 

« Mais il n'y a pratiquement pas de poires rouges cultivées localement ». Randolf sait également qu'en Europe du Sud, la Williams est une variété préférée, et que la Packham's Triumph - qui, avec une part de plus de 30 %, est la variété la plus cultivée dans l'hémisphère Sud - n'aura sa chance en Europe que lorsque les poires Conférence arriveront à leur fin. Mais, « les poires Conférence sont là pour rester ; elles ne disparaîtront pas ». 

L'Europe est devenue un marché difficile pour les poires sud-africaines en raison d'une myriade de raisons : problèmes logistiques, exigences de durabilité, spécifications des produits, augmentation des coûts, préférence pour la production locale et faibles prix de vente. Ce pays est donc à la recherche de destinations alternatives. D'autres pays africains sont envisageables. Le Moyen-Orient est dans sa ligne de mire et, ces dernières semaines, la Chine a également ouvert son marché. « La Chine va réduire la pression sur les exportations vers l'Europe. C'est une bonne chose pour les cultivateurs et les exportateurs sud-africains, car je ne peux leur donner aucune garantie quant aux volumes qu'ils nous envoient », déclare Randolf.

Il faut compter facilement entre 6 000 et 7 000 euros pour un conteneur en provenance d'Afrique du Sud. Un conteneur contient 1 800 boîtes de 12,5 kg, le fret maritime coûte donc 0,25 à 0,30 euro/kg. « Ajoutez à cela l'augmentation des coûts de culture et de transformation dans les régions d'origine et l'augmentation des coûts logistiques à destination. Il devient alors évident que l'importation de produits est difficile, en termes de prix. »

« Tous les importateurs sont en difficulté », convient un autre importateur néerlandais. « On expédie moins de produits et tout devient plus cher, mais les prix restent sous pression. En ce moment, les grosses poires sont encore bonnes, en termes de prix, et se vendent entre 13 et 14 euros. Mais les petits calibres se vendent autour de 11 euros. Quant aux variétés de poires qui ne se conservent pas bien, elles se vendent depuis peu aux alentours de 8 euros. La demande est tout simplement insuffisante ; même en baissant le prix d'un euro, cela ne garantit pas les ventes. »

Le marché de la poire est sous pression, et depuis que la guerre en Ukraine a éclaté, cela est particulièrement vrai pour les fruits de petite taille et de classe II. En mars, beaucoup d'entre eux étaient destinés à la Russie dans les ports européens. Certains ont été réacheminés et se sont retrouvés sur le marché européen. Bien qu'il y ait eu moins de poires européennes le 1er mars que l'année dernière, la production propre combinée aux produits importés a créé une offre excédentaire inattendue. De nombreuses petites poires de conférence sont également restées invendues.

« Les conteneurs qui sont restés coincés au début de la guerre ont maintenant été évacués, mais cela nous a affectés. Cette cargaison a été poussée sur le marché. Elle est venue freiner le succès des deux premiers mois », poursuit l'importateur. « Nous pensions que la saison allait être facile. Mais c'est le contraire qui s'est produit. Je pense que certains producteurs sud-africains et chiliens vont souffrir. Les coûts de production augmentent, et les prix de vente baissent. »

« De plus, avec l'augmentation des taux de fret, il devient risqué d'importer certains fruits, on y perd trop. Sans compter les délais de transit longs et imprévisibles qui empêchent les lots d'arriver en bonne qualité. Ces produits, qui ne conviennent plus aux détaillants, finissent dans une sorte de marché de décharge. Les exportateurs ne touchent alors qu'un ou deux euros par boîte. L'addition est facile à faire, sachant qu'un conteneur en provenance du Chili coûte actuellement environ 12 000 dollars », conclut le négociant.

Pour plus d’informations :
Randolf Aaldijk
Origin Fruit Direct
Albert Plesmanweg 250
3088 GD Rotterdam
Tél. : +31(0)88 244 93 00
randolf@originfruitdirect.nl
www.originfruitdirect.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)