Nicolas Montepagano, A.G.P.M.

État des lieux de la culture de maïs doux en France

Nicolas Montepagano, responsable filières chez A.G.P.M., fait un état des lieux de la culture de maïs doux en France. Si le pays occupe une place de leader européen puisqu’il est le second producteur de maïs doux destiné à l’industrie, et premier ex-aequo pour la production de conserve, la consommation française reste limitée, avec plus de 80 % de la production destinée à l’export. Concernant le marché de la bio, si la production de maïs doux s’est fortement développée ces dernières années, sa consommation, à l’image de toute la filière, est aujourd’hui en baisse.

Historique de la production en France 
La culture du maïs est ancienne puisqu’elle trouve ses origines en Amérique du Sud et remonterait à environ 7 000 ans avant JC. Les premières mentions écrites de maïs doux sont toutefois bien plus récentes puisqu’elles datent de 1801. La popularité et la consommation du maïs doux se sont d’abord développées en Amérique du Nord et plus particulièrement aux USA à partir de 1865 (et de la guerre de Sécession) et de façon vraiment significative à partir des années 1930. Le maïs doux s’est ensuite développé en Europe à partir des années 1970 en premier lieu en France. Si les toutes premières productions ont été observées dans la région Centre et dans le Sud-ouest, la culture s’ancre véritablement dans le Sud-ouest du pays avec la construction de la première usine dans les Landes en 1975. Le marché français connaît son essor dans les années 1980 avec un développement des outils industriels jusque dans le milieu des années 1990.

La Production en France aujourd’hui, majoritairement établie dans le Sud-Ouest
La production de maïs doux destinée à l’industrie (conditionnement en conserve ou en surgelé) en France est toujours essentiellement localisée dans le Sud-Ouest (94 % en Nouvelle Aquitaine et 6 % en Occitanie) principalement sur les départements des Landes, Gironde, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Gers, et dans une moindre mesure Dordogne, Pyrénées-Orientales, Tarn-et-Garonne et Charente-Maritime. 




Source : AGPM Maïs Doux

La part du bio dans la production française
La surface totale 2021 est de 22 120 ha dont 1 480 ha dédiés à la culture biologique. La surface de maïs doux bio s’est fortement développée à partir de 2016 et représente désormais 6 à 7 % du plan de production français depuis 2017. 

La France représente 31 % des surfaces de l’Union européenne
La France est le second pays producteur de maïs doux destiné à l’industrie au sein de l’UE après la Hongrie et devant la Pologne, l’Espagne et l’Italie. Le pays concentre 31 % des surfaces de l’UE et la Hongrie 45 %. Environ 750 exploitations cultivent ces surfaces et sont membres de 5 groupements de producteurs en France.


Source : AGPM Maïs Doux

L’industrie du maïs doux en France
La production française est traitée par sept usines situées en France : quatre conditionnant uniquement le maïs doux en conserve, deux le conditionnant uniquement en surgelé et une le conditionnant en conserve et en surgelé. Une partie de la production est traitée dans une usine située en Espagne mais pour des volumes réduits. Les outils industriels sont situés à proximité immédiate des parcelles de production afin de garantir une prise en charges des récoltes et un conditionnement dans les plus brefs délais. Le conditionnement est généralement réalisé en moins de 6 heures après la récolte. 



80 % de la production française dédiée à la conserve
La production française est majoritairement orientée vers la conserve. Au total environ, pour une production moyenne de 180 000 t net de maïs doux en France (moyenne 2019-2021), 80 % de la production est dédiée à la conserve. 

La France est leader de la production de maïs doux en conserve au sein de l’UE avec la Hongrie. Les volumes de production de ces deux pays sont similaires et représentent en moyenne sur la période 2019-2021 45 % des volumes de maïs en conserve de l’UE pour la France et 37 % des volumes pour la Hongrie (Source AETMD : Association européenne des Transformateurs de maïs doux). 

La France : second pays producteur de maïs doux surgelé
La France est le second pays producteur de maïs doux surgelé de l’UE après la Hongrie (sur période 2019-2021 : France = 27 % des volumes de maïs doux surgelé de l’UE et Hongrie = 38 %)

Au-delà de cette production de maïs destinée à l’industrie, il existe quelques centaines d’hectares dédiés à la consommation en frais, notamment via des circuits court. Cette production reste limitée en France. 

Cycle de production 
Les semis de maïs doux sont étalés sur une période de 3 mois environ de début avril à début juillet. L’objectif est d’étaler les récoltes et d’assurer un fonctionnement lissé dans le temps des outils industriels. Les récoltes s’échelonnent de mi-juillet à mi-octobre. La particularité du maïs doux est d’être récolté avant complète maturité après un cycle de production d’environ 100 jours. 

Les marchés du maïs doux français, majoritairement orientés vers l’export
La consommation de maïs doux en conserve reste limitée en France, avec moins de 1kg/habitant et par an. La consommation moyenne d’un Français est d’environ 600 g de maïs doux en conserve par an (consommation à domicile et hors foyer) soit l’équivalent d’une boîte de conserve dite ‘4/4’ (boite de conserve de 850 ml de contenance). Dans les faits, ce format de boîte de conserve est peu acheté en France. Ce sont plutôt les formats ½ (425 ml de contenance) ou 1/4 (212 ml de contenance) qui sont les plus consommés. 

La production de maïs doux français est donc majoritairement destinée à l’exportation
Pour le maïs doux en conserve, 82 % de la production française est exportée et 76 % des exportations sont destinées à des pays de l’UE, principalement vers le RU, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie (moy 2019-2021). 



Pour le maïs doux surgelé, 83 % de la production française est exportée et 76 % des exportations sont destinées à des pays de l’UE, principalement vers le RU, la Belgique et l’Espagne (moy 2019-2021).



Une balance commerciale très excédentaire
La balance commerciale de la France est largement excédentaire avec un excédent de + 137 millions d’euros en 2021.

La consommation de maïs doux en France encore limitée et saisonnière (Source : Panel Kantar-Unilet)
La consommation de maïs doux en France reste limitée et est très saisonnière puisque 70 % des achats sont réalisés entre avril et septembre avec un pic très marqué en juillet/août. Le maïs doux est un légume dont la consommation reste associée aux beaux jours et majoritairement comme ingrédient de salades, alors que de nombreux usages chauds ou cuisinés sont possibles. La consommation est majoritairement réalisée par l’achat de maïs doux en conserve : la consommation de maïs doux en conserve est réalisée à 86 % à domicile et à 14 % en restauration hors foyer. 

En 2021, les Français ont consommé environ 54 millions de boîtes de conserves de maïs doux 4/4 - boites dont le poids net égoutté est de 570 g (achats domiciles et hors restauration). Cette consommation a toutefois connu une baisse en 2021, à la fois en volume (-11,7 % vs 2020) et en valeur (-9,9 % vs 2020). Cette tendance baissière se retrouve également dans le marché des légumes appertisés mais il est à noter que le maïs doux chute plus fortement en volume et en valeur. Il est toutefois à nuancer la comparaison avec l’année 2020, année touchée par la pandémie du Covid-19 qui a fortement impacté les habitudes de consommation des ménages avec le confinement et où, par conséquent, la consommation de maïs doux à domicile a fortement augmenté (+8,5 % en vs. 2019). Il convient donc de comparer 2021 à 2019, année reflétant des tendances de consommation plus « normales ». Les achats de maïs doux en conserve en 2021 ont ainsi progressé par rapport à 2019 et ce sur tous les mois sauf d’avril à septembre (très fortes baisses en juillet et aout : -27 % et -17 %/2019) dû notamment à un été très pluvieux (moins de salades, pic niques etc.)

Zoom sur la consommation bio (Source : Panel Kantar-Unilet) 
La consommation de maïs bio en conserve a également connu une baisse en 2021 (après avec plus que doublée en 2020 et avoir été multipliée par 8 entre 2016 et 2020) et représente près 9,8 millions de boites 4/4 en 2021 soit 18 % des ventes à domicile en volume (elle avait atteint 21 % des achats totaux de boites de maïs doux par les foyers en 2020). Près de 20 % des foyers français consomment du maïs bio en conserve, à raison de 1,76 boîtes par an pour un budget annuel moyen de 3,92 €.

L’atout nutritionnel du mais doux
Le maïs doux est peu calorique (97 kcal aux 100 g), riche en fibres, en minéraux et en vitamines du groupe B, notamment la vitamine B9, recommandée aux femmes enceintes. Facile à préparer, il ne provoque aucun problème d’allergie et est apprécié des enfants, c’est donc idéal pour leur faire manger des légumes. Il est aussi sans gluten et riche en eau. Vous pouvez retrouver ces éléments ici.  

Pour plus d’informations :
Nicolas Montepagano
Responsable filières 
A.G.P.M.
21 Chemin de Pau
64121 Montardon
Tél. : +33 (0)5 59 12 67 72 
nicolas.montepagano@agpm.com 
http://www.maizeurop.com/ 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)