Maximiliano González, de Frutas Nene :

« La grande distribution peut voir dans les prunes une bonne alternative au manque de fruits à noyau »

Les fruits à noyau d'Estrémadure commencent à arriver sur les marchés alors que les récoltes à Badajoz sont en cours. Cette année, en raison d'une fin d'hiver et d'un début de printemps plus froids qu'à l'accoutumée, la saison commence avec un retard de 5 à 10 jours selon les zones de production, bien que la hausse soudaine des températures en mai accélère la maturation des fruits dans les champs.

« Il y a quinze jours, nous avons commencé à récolter les premières nectarines et cette semaine, nous récoltons déjà les pêches », explique Maximiliano González, du service commercial de Frutas Nene, situé à Valdecalzada, Badajoz. « La récolte de nectarines et de pêches arrive avec de bons volumes et jusqu'à présent, nous sommes très satisfaits des ventes. Le fait qu'il y ait moins de production dans la zone nord de Murcie, avec laquelle nous coïncidons habituellement à Badajoz et qui a été plus touchée par les gelées et la grêle, a fait que les prix ont commencé plus haut que d'habitude. » 

En ce qui concerne la prune, le principal produit en termes de volume pour cette entreprise et en général en Estrémadure - étant la principale zone de culture de ce fruit en Espagne - la récolte a commencé la semaine dernière avec la variété noire à chair jaune, Early Queen, avec de bons niveaux de prix.

« Nous nous attendons à une récolte légèrement inférieure à celle de la saison dernière. De plus, il y a moins de prunes dans d'autres zones de culture, comme Valence, Murcie, Catalogne et Aragon, en raison de l'influence du climat », explique Maximiliano González. « En France et en Italie, il semble également qu'il y aura moins de prunes. En général, il y aura moins de production de prunes jaunes, notamment de Golde Globe et, bien qu'elles ne soient pas très demandées, cela devrait avoir une influence positive sur les prix des autres variétés également. Il semble que la variété Back Splendor, que nous allons bientôt commencer à récolter, ait également connu une baisse de production à Séville, qui coïncide habituellement avec notre saison. »

Il faut rappeler que la tendance à Badajoz est de continuer à arracher les plantations de prunes des variétés noires qui sont moins valorisées sur les marchés et qui provoquent un certain excédent d'offre en juillet. De nombreux producteurs obtiennent de meilleurs résultats avec les nectarines et les pêches plates après avoir souffert pendant plus de 10 saisons avec les prunes, de sorte que dans les années à venir, davantage de prunes pourraient être échangées contre ces produits. Le secteur recherche des variétés qui ne se chevauchent pas dans le calendrier des récoltes et qui répondent aux attentes des consommateurs. Entre-temps, des variétés comme Black Splendor, les variétés jaunes en général, Fortuna, Leticia, Larry Ann ou Angeleno, continuent de bien se porter », soutient Maximiliano González.

La baisse de l'offre d'abricots, de pêches et de nectarines en général en Espagne signifie également que, de l'avis des producteurs et des exportateurs, les attentes sont meilleures pour les prunes. « La grande distribution peut considérer la prune comme une bonne alternative au manque de fruits à noyau. Face à ce vide dans les supermarchés, ces derniers pourraient miser davantage sur la prune dans la gamme des fruits d'été. Je suis convaincu que les prix resteront plus élevés et plus stables cette saison et que la courbe sera plus plate, avec des baisses de prix moins prononcées que les autres années dans les périodes de plus grande offre et une tendance à la hausse à partir de fin juillet. » 

Il ne faut cependant pas oublier que les coûts de production ont explosé, du champ aux matériaux d'emballage dans l'usine, en passant par le carburant, l'énergie, le transport et la main-d'œuvre. Frutas Nene, comme d'autres entreprises d'Estrémadure, envoie une partie de ses prunes sur des marchés extérieurs à l'UE, ce qui a été rendu plus compliqué par le coût élevé du fret par conteneur. Le prix des conteneurs a plus que triplé et il sera beaucoup plus coûteux de continuer à exporter vers les pays d'Amérique Latine, du Moyen-Orient et d'Asie, même si, pour le moment, la majorité de nos clients dans ces destinations semblent être prêts à payer plus cher pour les fruits.

Pour plus d'informations : 
Maximiliano González
Frutas Nene
Ctra. de Guadiana, s/n Km. 0.5
06185 Valdelacalzada. Badajoz. Espagne
Tél. : +34 924 44 61 93
Cell. :+34 630 35 08 26
info@frutasnene.com 
www.frutasnene.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)