Marché mondial : la cerise

La saison de croissance n'a pas été clémente pour de nombreuses régions productrices de cerises dans l'hémisphère nord. En Amérique du Nord, certaines régions ont perdu jusqu'à 50 % de leur production normale en raison du froid et des fortes pluies, tandis que l'Italie et l'Espagne ont également enregistré des pertes importantes dans certaines zones en raison de conditions similaires. D'autres régions ont été nettement moins touchées, les perspectives pour les cerises étant bonnes aux Pays-Bas, en Allemagne et en France. En Océanie, également et le Chili continue d'augmenter ses exportations d'année en année pour conserver son titre de premier exportateur. 

Pays-Bas : bon démarrage de la saison des cerises
Aux Pays-Bas, la saison des cerises de la Betuwe a démarré au début de ce mois. Un producteur de cerises néerlandais parle d'un bon démarrage, ce qui est prometteur pour les deux mois à venir. « La gelée nocturne du mois d'avril nous a causé peu de problèmes. Mais  les orages de grêle d'il y a quelques semaines ont causé quelques dégâts. Les cerises ont été touchées sur un côté de notre verger, mais je pense qu'elles s'en remettront. Heureusement, nous avions couvert une grande partie du verger, sinon cela aurait été bien pire. Je m'attends à une bonne saison de cerises. »

Allemagne : la culture sous abri domine le marché actuel
Dans le sud de l'Allemagne, les premières cerises régionales étaient déjà commercialisées en semaine 21. La semaine prochaine, les premières cerises Burlat devraient arriver sur le marché. Le nord du pays se prépare également à la prochaine campagne. Début juillet, la coopérative de culture Elbe Obst commencera avec les variétés principales Kordia et Regina. L'accent est mis sur la seconde moitié de la saison jusqu'à la fin août. La culture couverte, en particulier, a pris son essor ces dernières années et domine le marché actuel.

En ce qui concerne les produits importés, l'Espagne domine le marché, suivie de l'Italie et de la Grèce. La Turquie est habituellement un peu en retard, mais elle arrive maintenant aussi sur le marché avec les premiers lots. Le niveau des prix est sensiblement plus élevé que l'année dernière dans tous les domaines.

France : une demande dynamique et des prix élevés
Cette année, le gel en France n'a pas affecté les vergers de cerises comme l'an dernier, aussi la récolte 2022 est estimée à 35 000 tonnes, soit une augmentation de 126 % sur un an et proche de la moyenne 2017/20. Quelques disparités sont à noter, comme dans le Maine-et-Loire où certains producteurs ont pu perdre jusqu'à 50 % de leur récolte, les variétés précoces ayant été les plus touchées. Les principales régions de production étant la région PACA, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie.

La campagne 2022 a débuté il y a près de 3 semaines et se poursuivra jusqu'en juin. Les ventes sont dynamiques et les producteurs font face à une « grosse demande ». Les prix sont élevés mais ne pourront pas compenser les pertes liées au manque de production pour certains producteurs. 

Italie : bonne demande pour les cerises italiennes, mais inférieure aux années précédentes
Dans les Pouilles, la récolte des cerises Ferrovia bat son plein, tandis que les dernières quantités de Bigarreau et de Giorgia sont en cours de cueillette. Le temps chaud de ces dernières semaines a permis aux fruits de mûrir plus rapidement, ce qui permet de vendre davantage de produits. Les cotations pour le cultivar Ferrovia se situent autour de 1,80-2 €/kg. Les commandes sont encore vives, bien que les demandes nationales et européennes ne soient pas comparables à celles des années précédentes.

Dans la province de Vérone, la récolte des cerises précoces est en cours. Un groupe de 15 agriculteurs du Val D'Alpone a obtenu d'excellents résultats. En ce moment, l'une des variétés récoltées est la Sweet Aryana. Les vergers de cerises sont cultivés à une altitude comprise entre 150 et 400 mètres. La récolte dans ces zones commence vers le 10 mai, un peu plus tôt, et se poursuit jusqu'à la fin du mois de juin. « Nous ne vendons qu'à partir de la taille 26. Les derniers prix ont été de 4-5 euros pour le calibre 26-28, 5-6 euros pour le calibre 28-30 et jusqu'à 7 euros pour les meilleurs lots de calibre 32-34. Au total, nous vendons environ 60 tonnes de cerises par an. »

Espagne : le gel a un impact sur la saison 
La saison des cerises espagnoles a commencé environ une semaine plus tard, au cours de la première semaine de mai, dans les zones de culture les plus précoces, en raison d'une fin d'hiver et d'un début de printemps froids et pluvieux. Globalement, la production espagnole de cerises est plus faible cette année en raison de l'impact des gelées dans le nord-est de l'Espagne. Les premières semaines, des variétés tendres et précoces ont été fournies. En ce moment, des variétés plus dures et plus consistantes, mieux adaptées à l'expédition, sont disponibles. Jusqu'à présent, les ventes sont bonnes, les prix sont élevés, meilleurs qu'à la même période l'année dernière, bien qu'ils puissent baisser à partir de la mi-juin après l'arrivée d'une production plus importante, tant en Espagne que dans le reste des pays producteurs, car aucun dommage dû au gel n'a été signalé en France, en Italie, en Grèce ou en Turquie. Le secteur craint que la production turque n'inonde les marchés européens puisqu'elle ne pourra pas exporter autant que d'habitude vers la Russie et l'Ukraine. Néanmoins, les prix sont jusqu'à présent suffisamment élevés pour couvrir la forte augmentation des coûts. Il convient de noter que le temps est très bon en Espagne, de sorte que la qualité des cerises est très satisfaisante.

Turquie : augmentation de la production de cerises turques jusqu'à 15 %
La qualité des cerises turques est bonne, et les clients sont satisfaits. La demande est satisfaisante par rapport à l'année dernière, mais elle pourrait être meilleure si la Chine et la Corée du Sud s'ouvraient aux exportations turques.

Le volume de la récolte dans les zones de cueillette précoce a été bon, mais on s'attend à un volume plus faible dans les provinces de récolte intermédiaire. Cela dit, la quantité de cerises récoltées dans l'ensemble sera nettement supérieure, de l'ordre de 10 à 15 %.

La production turque pourrait se détourner vers les marchés de l'UE en raison de l'environnement à risque de l'Ukraine et de la Russie. Avec une main-d'œuvre bon marché et un grand bond en avant des investissements technologiques dans le traitement des récoltes, les produits turcs auront certainement des prix attrayants et compétitifs.

Chine : le marché chinois de la cerise continue d'augmenter au niveau de la consommation et de la production
La Chine est un marché énorme et en pleine expansion pour les cerises, avec une croissance de la production nationale, surtout dans la province de Shandong, et des cerises importées, principalement du Chili, des États-Unis et du Canada. Le Chili est le plus grand fournisseur, couvrant près de 90 % des exportations totales de cerises vers la Chine. Les importations totales de cerises chinoises ont dépassé 20 000 tonnes pour la première fois en 2008. En 2020, elles ont dépassé 210 000 tonnes. Les importations chinoises en provenance du Chili étaient inférieures à 3 000 tonnes en 2008, alors qu'elles atteindront presque 195 000 tonnes en 2020.

À l'avenir, les importations chinoises de cerises devraient être confrontées à la concurrence croissante de l'offre nationale, qui devrait continuer à augmenter de manière significative. Selon un récent rapport du ministère américain de l'Agriculture, la production intérieure chinoise de cerises devrait atteindre 600 000 tonnes métriques au cours de la saison 2021/22, qui s'est terminée en mars de cette année. La production prévue représente une augmentation de 15 % par rapport à la saison précédente, soit une augmentation totale de 79 000 tonnes métriques de la production. Le Shandong est la plus grande région productrice de cerises de Chine, couvrant 50 % de la production totale. La production du Shandong devrait continuer à augmenter au cours des cinq prochaines années.

Il existe toujours un écart de qualité entre les cerises chinoises et les cultivars importés du Chili et d'Amérique du Nord. Le Chili a connu un pic d'exportation lors de la saison 2021/2022, lorsqu'une récolte exceptionnelle a inondé le marché de cerises pendant la basse saison chinoise, c'est-à-dire les semaines après le Nouvel An chinois.

Parallèlement à l'augmentation des importations chiliennes, les cerises américaines et canadiennes sont sur le point d'arriver sur le marché chinois, à peu près en même temps que les cerises nationales. L'intérêt du marché reste cependant fort, car les variétés nord-américaines sont souvent des fruits de meilleure qualité que les cultivars nationaux. Cette année, en raison des retards accumulés principalement dans le port de Shanghai mais aussi dans d'autres ports d'entrée en Chine, les exportateurs américains de cerises envisagent d'expédier leur cargaison par voie aérienne.

Amérique du Nord : jusqu'à 50 % de production en moins dans certaines régions
Sur le marché nord-américain des cerises, les prix sont supérieurs d'environ 5,2 % à la moyenne annuelle habituelle, en raison de conditions météorologiques défavorables pendant la période de végétation. La combinaison de la neige et du gel a endommagé les bourgeons tout en provoquant des retards dans certaines zones de production. Cette situation suscite de plus en plus d'inquiétudes quant à la viabilité financière du secteur, car les coûts de production et de logistique continuent de grimper en flèche. Les différentes zones de production ont été affectées par ces conditions à des degrés divers.

On estime que la récolte de cerises en Californie est inférieure de près de 50 % à ce que l'on considère comme une année moyenne, en raison d'un gel survenu fin février qui a eu un impact négatif sur la récolte. Ce gel a été suivi d'une quantité inhabituelle de pluie en avril, une période critique où les cerises étaient en voie de maturation. En raison de ces facteurs, la récolte a été moins abondante, mais les fruits sont en moyenne plus gros. La récolte de l'État s'est terminée brusquement. Quelques cerises californiennes ont été emballées cette semaine (rien d'exportable), mais la saison est terminée pour l'État.

La saison des cerises à Washington commence non seulement plus tard cette année, mais sa récolte sera également réduite.

« Nous prédisons entre 50 et 60 % de la récolte, en fonction du moment. Le volume a sensiblement baissé et les incertitudes sont encore nombreuses car le temps a été assez chaotique jusqu'à présent », déclare un producteur-expéditeur de Washington.

Derrière la réduction de la récolte se cache bien sûr la météo. « Nous avons eu une combinaison bizarre de neige et de gel en avril pendant la floraison. Aucun d'entre nous n'avait jamais vu de telles conditions météorologiques auparavant », dit-il, notant que les températures basses ont duré entre une semaine et 10 jours à l'époque de la floraison. « Ensuite, nous avons eu beaucoup de précipitations et aucun jour chaud. Cette semaine est la première manifestation de températures chaudes. Nous avons passé très très peu de temps au-dessus de 70 degrés dans le Nord-Ouest, alors que normalement nous devrions avoir plusieurs centaines d'heures maintenant. »

Non seulement cela affecte la taille globale de la récolte, mais la date de début est repoussée à la mi-juin, alors que normalement la région devrait déjà emballer les cerises. « Il va y avoir un peu de vide sur le marché. Nous aurons une semaine complète pendant laquelle aucun des deux États n'expédiera de cerises », a déclaré le producteur-expéditeur, qui a ajouté que la Californie pourrait encore avoir quelques cerises cette semaine, ce qui laisse une période d'une semaine à dix jours avant que Washington n'atteigne un réel volume de cerises.

Les expéditions se poursuivront probablement jusqu'à la mi-août. « Tout l'État est en retard, donc tout est réparti. Le mois de juin sera très léger, le mois de juillet correspondra au pic de disponibilité et le mois d'août sera une période de transition de quelques semaines vers la conclusion », explique-t-il.

Cependant, la récolte disponible semble de bonne qualité. « Le calibrage est moyen. Il y aura quelques fruits de très grande taille, mais en ce qui concerne la courbe en cloche, nous sommes en plein milieu, avec un calibre de 10,5 à 11 pour une grande partie de la saison », dit-il.

Mais compte tenu des rendements prévus, la récolte peut être contrebalancée par les coûts. « Les coûts élevés de la main-d'œuvre et l'augmentation des coûts des intrants, tels que le carburant et les fournitures d'emballage, méritent-ils que nous allions récolter une à deux tonnes par acre ? La politique des prix le permettra-t-elle ? C'est encore incertain », déclare le producteur-expéditeur.

Ce qui est certain, c'est que les prix vont augmenter en tenant compte de ces coûts plus élevés et des rendements plus faibles. Il note qu'il sera difficile de trouver un juste équilibre dans les prix de détail. Personne ne veut que la flambée des prix décourage les consommateurs, bien qu'un autre facteur dans cette équation soit la saison limitée des cerises nord-américaines et leur position en tant que favorites des ménages.

Mais à l'avenir, quel sera le tableau d'ensemble des cerises nord-américaines ? « Nous avons eu trois saisons d'affilée, chacune avec un ensemble unique de défis que peu d'entre nous ont connu auparavant. L'année dernière, nous avons eu une chaleur de 118 degrés au début du mois de juillet et cette année, nous avons eu des températures glaciales en avril. Il est difficile de se défendre contre ces deux extrêmes », dit-il.

Cependant, parallèlement à l'évolution des pratiques culturales, les variétés évoluent également et se tournent vers des options plus résistantes, plus fertiles et autopollinisantes. « C'est en train d'évoluer. Mais il faut que Mère Nature nous laisse un peu de répit et nous donne une récolte complète », déclare le producteur-expéditeur.

Pourtant, malgré les défis, l'optimisme est de mise pour la saison. « Nous avons hâte de proposer quelque chose de différent. C'est l'un des articles les plus dynamiques du rayon des fruits et légumes que tout le monde attend avec impatience chaque saison », ajoute-t-il.

Les producteurs de la Colombie-Britannique, au Canada, commenceront la récolte environ 10 jours plus tard que d'habitude, vers le 10 juillet au lieu du 1er juillet habituel. Le volume sera faible au début, mais augmentera à la fin du mois de juillet. Ce retard est dû à un temps frais au printemps, qui a retardé la floraison. Cela n'a pas eu d'effet négatif sur la récolte, comme cela a été le cas dans d'autres régions d'Amérique du Nord, mais cela a retardé la maturité. La récolte devrait se poursuivre jusqu'au 8-10 septembre.

La province s'attend à une récolte correspondant à environ 75 % de ce qu'elle avait initialement prévu. La récolte est donc moins importante que prévu, mais les fruits sont de bonne taille. L'année dernière, les volumes étaient élevés, mais la taille était petite. Cette année, la récolte devrait être plus faible, mais la taille des fruits devrait être plus importante. Il est bon pour le marché de commencer la récolte tardivement, car cela permettra de réduire le chevauchement avec l'État de Washington. La plus grande partie de la récolte de cerises de la Colombie-Britannique arrivera sur le marché en août et en septembre. Pendant cette période, il n'y aura plus de concurrence sur le marché. Bien que la récolte en Colombie-Britannique soit encore loin, l'industrie fait preuve d'un optimisme prudent. Le temps est idéal pour les cerises en ce moment avec des températures comprises entre 20 et 24°C. Une forte demande est attendue, y compris de la part des marchés d'exportation. Par conséquent, la province s'attend à expédier plus de cerises à l'étranger cette année que l'année dernière. Outre le Canada et les États-Unis, les principaux marchés pour les cerises de la Colombie-Britannique sont l'Europe, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est.

Chili : des résultats en demi-teinte pour les cerises chiliennes
Le Chili est de loin le plus grand exportateur de cerises au monde, comme en témoignent les chiffres des exportations. Les exportations ont connu une croissance rapide au cours de la dernière décennie.En 2010, les données officielles faisaient état de l'expédition d'un peu plus de 44 000 tonnes, en 2015 83 400 tonnes ont été exportées et cette campagne, selon les statistiques, le Chili a envoyé un total de 356 385 tonnes sur les marchés internationaux.

Ce chiffre représente un nouveau record d'expéditions, augmentant de 1,11 % par rapport à la quantité vendue lors de la campagne 2020/21, dans une saison où, cependant, le secteur a été confronté à de graves problèmes dérivés de l'émergence de la variante Omicron en Chine, de la congestion et des retards logistiques, qui ont fait qu'une quantité considérable de cerises - estimée à 40 % entre les fruits arrivés au port et ceux qui n'étaient pas encore arrivés - a été vendue après la célébration du Nouvel An chinois, avec un impact conséquent tant sur l'état des fruits que sur les prix. Le secteur n'a pas hésité à définir cette campagne comme « l'une des plus difficiles jamais enregistrées ».

Selon les données, l'Asie a été la principale destination des cerises chiliennes avec l'acquisition de 325 477 tonnes, enregistrant une légère baisse de 1,52 % des volumes reçus par rapport à la campagne précédente, sous l'effet de la diminution des expéditions vers la Chine, qui aurait reçu environ 88,1 % des cerises exportées par le Chili alors que lors des campagnes précédentes elle représentait 91 %.

En deuxième position, on trouve le marché nord-américain avec 13 876 tonnes, avec une augmentation notable de 177 % des volumes de cerises chiliennes achetées, suivi par l'Amérique latine avec 6 504 tonnes (+21 %), l'Europe avec 6 254 tonnes (+29 %) et le Moyen-Orient avec 274 tonnes (-18 %).

Océanie : bonne saison pour les cerises en Nouvelle-Zélande et en Australie
Les cerises australiennes et néo-zélandaises sont en basse saison, les variétés de saison précoce devant reprendre en octobre et se poursuivre jusqu'en février/mars. La saison d'exportation a été bonne en Nouvelle-Zélande en 2021-22. Vers la fin de la saison, en mars, il a été signalé que les exportations de cerises ont poursuivi leur récente croissance annuelle par rapport à la saison précédente, avec 3 219 tonnes, contre 2 508 tonnes pour la saison 2020-21. La majorité de l'offre cette année est allée à Taïwan (1 404t), suivie par la Chine (571,5t) et le Vietnam (462,5t).

En Australie, un producteur de cerises de Tasmanie a déclaré que globalement la saison a encore été bonne pour l'entreprise au cours de l'été, malgré un événement météorologique isolé qui a réduit les volumes. « Au milieu de la saison, nous avons eu un jour et demi de fortes pluies. Nous avons eu environ 35 millimètres en 20 heures, et je pense que nous avons perdu environ 30 tonnes. Si cela ne s'était pas produit, nous aurions eu une très grosse année, mais nous avons quand même fait 90 tonnes. Cela aurait été formidable si cela ne s'était pas produit, mais avec les cerises et les eaux souterraines, on ne peut pas faire grand-chose. À part cela, les fruits étaient vraiment bons. L'été a été doux, et la qualité des fruits était élevée, comme d'habitude, mais nous avons perdu beaucoup de gros fruits pendant cette période. »

La semaine prochaine : aperçu global des pêches, nectarines et pêches plates


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)