Association finlandaise des serristes

L'augmentation des coûts de production pose des problèmes aux serristes finlandais

La Finlande a la consommation moyenne de tomates et de concombres la plus élevée de tous les pays d'Europe du Nord. Les Finlandais mangent en moyenne 12,1 kg de tomates et 10,2 kg de concombres par an. Ces deux chiffres sont environ le double de ceux de la Norvège. Et, fait remarquable, 60 % de ces tomates et pas moins de 93 % des concombres consommés en Finlande proviennent de serres locales.

FreshPlaza a visité l'Association finlandaise des producteurs sous serre qui, en 2017, a fêté son 100e anniversaire. Cette organisation professionnelle collecte et publie des données sur l'agriculture sous serre, conseille ses 300 membres et fait pression pour le secteur auprès des décideurs politiques. Elle mène également des campagnes de marketing pour les légumes, les fruits rouges, les herbes et les plantes ornementales cultivés en serre. Enfin, elle publie la revue spécialisée « Puutarha&kauppa », qui contient des informations sur la culture sous serre et en plein air, et organise le salon annuel LEPAA en août, auquel participent quelque 200 exposants. Tout cela en fait le partenaire idéal pour parler de la culture sous serre dans l'extrême nord de l'Europe.

Tomates, concombres, laitues et herbes aromatiques
Ce n'est pas un hasard si cet article ne mentionne que les tomates et les concombres dans son premier paragraphe. Les chiffres cités sont tout simplement impressionnants. Cependant, les statistiques des autres légumes de serre sont diamétralement opposées. Les producteurs finlandais cultivent des tomates sur une superficie d'environ 97 hectares et des concombres sur 53 hectares. Les poivrons, en revanche, doivent se contenter de neuf hectares, et aucune aubergine ou courgette n'est cultivée, du moins commercialement, en serre.

Statistiques de l'institut LUKE

Subventions de l'UE
« Tout cela est lié au fait que les tomates et les concombres bénéficient de subventions de l'UE, alors que ni les aubergines ni les courgettes n'en bénéficient », explique Niina Kangas, PDG de l'Association finlandaise des producteurs sous serre. « Mais comme ces subventions continuent de diminuer, nous pensons que les producteurs vont libérer de l'espace pour d'autres légumes de serre. Certains producteurs commencent même à cultiver des haricots verts ». Lassi Remes, le spécialiste de la culture de cette organisation faîtière, ajoute que si certains agriculteurs se concentrent déjà sur les poivrons, il est encore difficile de concurrencer les prix des produits importés.

Il existe des subventions pour d'autres produits que les tomates et les concombres - la laitue, qui occupe 21 hectares de serres, et les herbes aromatiques, comme le persil et l'aneth, cultivées respectivement sur 12 et 8 hectares. Pour ses 5,5 millions d'habitants, la culture des herbes et des laitues en Finlande est effectivement autosuffisante. Quelques carottes, oignons, pommes de terre et choux sont également cultivés dans des serres. Mais aucune sur plus de cinq hectares au total. En revanche, la culture des fruits rouges est en plein essor, avec déjà plus de six hectares pour les fraises et 1,5 hectare pour les autres baies, principalement les framboises.

L'agriculture à petite échelle
La Finlande compte 838 entreprises de serres, dont la moitié cultive des légumes, des herbes et des fruits rouges, l'autre moitié des plantes ornementales. Plus des deux tiers des quelque 375 hectares sont consacrés aux fruits et légumes. Il n'y a qu'une poignée de grandes exploitations. La plus petite fait 300 m2, la plus grande, environ 12 hectares. La superficie moyenne par exploitation est inférieure à un demi-hectare.

Pourtant, la tendance est à la réduction du nombre d'entreprises, comme le prouve le fait qu'en 2016, on comptait encore près de 1 200 serristes actifs. « Et cette tendance ne fera que se poursuivre car, étant donné que les serres sont généralement plus anciennes, il est souvent difficile de trouver des successeurs si vous n'en avez pas dans la famille », explique Niina, qui, avant de devenir PDG en janvier, avait été conseillère phytosanitaire de l'association pendant une décennie. Il n'y a pratiquement pas de création d'entreprises, surtout depuis que les coûts de production ont augmenté de 20 à 30 %. Les prix de vente légèrement plus élevés sont loin de compenser cette hausse.

Photo de Kauppapuutarhaliitto ry

Stabilité des superficies cultivées en serre
En Finlande, la superficie des serres est relativement stable depuis des années. Même si certaines entreprises augmentent leur production, cela reste toujours limité. En effet, étant donné la part de marché actuelle des tomates et des concombres, et le fait que la Finlande n'exporte pas de légumes de serre, il y a peu de place pour l'expansion des cultures. À certaines périodes de l'année, il y a même une surproduction. « Les prix chutent alors inévitablement, bien que la culture sous serre finlandaise soit généralement rentable. » Parce que le secteur est si petit et le marché limité, les sociétés d'investissement n'ont pas encore développé un vif intérêt pour la culture sous serre finlandaise, contrairement à des pays comme l'Espagne et les Pays-Bas. « Mais les développements mettent généralement cinq ans à nous parvenir, donc c'est encore possible », affirme Lassi.

L'année dernière, l'ensemble du secteur finlandais des serres a été évalué à 410 millions d'euros, dont 306 millions d'euros pour les légumes et les herbes aromatiques, 4 millions d'euros pour les fruits rouges et 100 millions d'euros pour les plantes ornementales. Les serres du pays ont produit 37,59 millions de kg de tomates standard, dont 7,4 millions de kg de spécialités de tomates, 53,1 millions de kg de concombres et 10,7 millions de kg de laitues et d'herbes aromatiques.

Importations de spécialités
L'association entretient de bonnes relations avec les trois plus grands acteurs de la distribution du pays, Inex, Kesko et Lidl. Les consommateurs finlandais préfèrent également les produits locaux. Ces facteurs expliquent pourquoi tant de tomates et de concombres sont fournis au marché local. «Bien sûr, comme le prix prévaut toujours, il y a encore de la place pour les produits d'importation », explique Niina. « Demandez à un Finlandais quels légumes il préfère, et il répondra invariablement des produits locaux, puis des produits issus de l'agriculture durable. Mais en fin de compte, le prix est souvent le facteur décisif. »

« À l'automne, nos tomates ne peuvent pas rivaliser en prix avec leurs homologues polonaises, moins chères. Les tomates espagnoles et néerlandaises sont disponibles toute l'année. La culture spécialisée finlandaise, en particulier, n'est pas encore totalement développée, bien que cela change progressivement. Par exemple, le rendement moyen des tomates a chuté de 44 kg/m2 en 2019 à 38 kg/m2. Cela n'est pas dû à de moins bonnes pratiques culturales, mais à une expansion de la superficie des cultures spécialisées. »

Les tomates rondes standard peuvent donner un rendement compris entre 80 et 100 kg/m2, et les concombres une moyenne de 102 111 kg/m2. « Mais, les meilleurs cultivateurs récoltent jusqu'à 200 kg de concombre par mètre carré », explique Lassi, qui précise que la Finlande n'a pas d'obtenteurs. Le pays importe toutes ses graines, et les cultivateurs les testent pour voir quelles variétés sont les plus performantes dans leurs serres. L'entreprise néerlandaise Rijk Zwaan et De Ruiter Enza Zaden est répertoriée comme le plus grand fournisseur de semences du segment tomate.

Photo de Kauppapuutarhaliitto ry

Le local l'emporte sur le bio
La superficie consacrée à l'agriculture biologique en Finlande est également stable depuis des décennies. Selon l'équipe, pour les personnes dont les habitudes d'achat incluent la prise en compte de l'environnement, la culture locale surpasse actuellement la culture biologique. Le raisonnement est donc le suivant : « pourquoi acheter des légumes biologiques de loin alors que des produits locaux sont disponibles, surtout s'ils sont cultivés, presque sans produits chimiques, dans des serres ». « Tout le monde continue également à étudier de près la situation, compte tenu des nouvelles normes européennes en matière de culture biologique », explique Lassi. « L'agriculture biologique pourrait être entièrement exempte de produits chimiques, mais les nouvelles réglementations de l'UE exigent une connexion des racines au sol, à quelques exceptions près, mais pour le moment, il est possible de cultiver sans connexion au sol dans des milieux de culture. »

« Personne ne veut investir dans l'élargissement du mode de production pour le moment. La situation est encore trop incertaine. Nous utilisons la même philosophie et les mêmes protocoles pour la culture biologique depuis des années. Il faudra donc du temps au secteur pour s'adapter à la nouvelle réglementation. Quoi qu'il en soit, sur le plan environnemental, la culture sous serre a une bonne image car elle utilise des stratégies de protection intégrée des cultures et très peu de produits chimiques. »

Photo de Kauppapuutarhaliitto ry

Utilisation du bois pour le chauffage et du réseau électrique pour l'éclairage
Les serres finlandaises sont chauffées en utilisant principalement des copeaux et des granulés de bois. « La Finlande possède une énorme industrie du bois, qui profite bien sûr au secteur des serres. Et les copeaux de bois sont généralement introduits automatiquement dans les brûleurs, ce qui ne nécessite pas de personnel supplémentaire. Certains cultivateurs brûlent également de la tourbe, une autre matière première typiquement finlandaise. Nous utilisons très peu de gaz. Le bois et la tourbe sont moins chers. Pour l'éclairage, les cultivateurs utilisent l'électricité du réseau national, ce qui leur permet de bénéficier d'avantages fiscaux. Les centrales nucléaires et les éoliennes produisent la majeure partie de l'électricité en Finlande. Mais il y a 15 ans, les choses étaient complètement différentes : la moitié du chauffage et de l'éclairage dépendait encore du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Aujourd'hui, la part de ces combustibles fossiles est inférieure à 10 % », poursuit Niina.

Statistiques de l'institut LUKE

À sa connaissance, un seul producteur a été dissuadé de planter cet hiver en raison des prix élevés de l'électricité. « La plupart ont des contrats d'électricité à long terme et ne sont donc pas soumis à la volatilité des prix. Le bois de chauffage est relativement bon marché et, bien qu'il puisse faire froid en hiver, le ciel finlandais est généralement dégagé et bleu. Toutefois, si les prix de l'énergie restent élevés, plusieurs cultivateurs seront sans doute en difficulté. Mais certains auraient atteint l'âge de la retraite dans quelques années et auraient arrêté de toute façon. Il y a cependant des cultivateurs qui utilisent moins d'éclairage. Et même si le rendement est moindre, les prix du marché sont plus élevés ».

L'association estime qu'entre 2004 et 2017, l'empreinte carbone du secteur finlandais des serres a diminué de 56 %. « Il y a cinq ans, les tomates avaient une empreinte carbone de 2,6 kg/kg de produit ; pour les concombres, elle était de 2 kg, et pour la laitue, de 2,7 kg. C'est encore plus élevé qu'en Espagne, mais nos meilleurs producteurs atteignent déjà des niveaux inférieurs à la moyenne espagnole », explique Lassi.

Défis : main-d'œuvre et tourbe
Comme dans d'autres pays, l'augmentation des coûts de production pose également des problèmes aux serristes finlandais. « À court terme, les coûts de production sont le plus gros problème, surtout pour les petits producteurs. À long terme, je pense que la disponibilité de la main-d'œuvre et, comme mentionné précédemment, la succession au sein des entreprises de culture deviendront des problèmes. Mais pour l'instant, les problèmes de main-d'œuvre ne sont pas tels que les agriculteurs envisagent une automatisation complète. Il est beaucoup trop coûteux pour nos petites entreprises d'investir dans, par exemple, des robots de serre. En revanche, les installations de conditionnement sont de plus en plus automatisées. »

Mais la politique européenne pourrait constituer la plus grande menace. « Nous avons interrogé nos membres il y a deux ans, explique Niina, et 90 % d'entre eux ont déclaré qu'ils arrêteraient si la tourbe était interdite comme matériau de culture. C'est actuellement le matériau de culture le plus important en Finlande, où les producteurs utilisent rarement du substrat de noix de coco. Mais l'avenir de la tourbe ne tient qu'à un fil : sa coupe et sa classification en tant que produit pourraient être interdites. Son utilisation pourrait conduire les entreprises à ne pas avoir accès aux subventions. Nous espérons que les décideurs politiques comprendront que la tourbe, et non la noix de coco, est un produit local pour la Finlande et l'Europe. Et qu'il s'agit d'un matériau de culture important pour l'ensemble du secteur européen de la culture. »

Photo de Kauppapuutarhaliitto ry

Fabriqué en Finlande
La question de la tourbe mise à part, l'avenir de l'horticulture de serre finlandaise semble généralement prometteur, notamment en raison du choix des consommateurs finlandais pour des produits cultivés localement. « Et nous y répondons avec enthousiasme. Nous sommes pleinement engagés dans la commercialisation de tous les produits de serre finlandais. Nous avons une marque et un logo de qualité, et nous pouvons même dire que nous avons largement contribué à cette bonne demande de produits locaux. Nous faisons la promotion des produits 100 % finlandais depuis les années 1980. D'ailleurs, ce sont les producteurs qui financent la campagne de marketing. Ils contribuent dans la mesure où leurs niveaux de production respectifs le permettent. Nous ne bénéficions d'aucune aide gouvernementale pour cela ; nous y veillons nous-mêmes. Nous sommes actifs sur des sites comme les médias sociaux et nous faisons de la publicité dans les médias écrits. Quatre-vingt-dix pour cent des Finlandais reconnaissent notre logo », conclut Niina.

Pour plus d'informations : 
Niina Kangas
Kauppapuutarhaliitto ry | Puutarha&kauppa
www.kauppapuutarhaliitto.fi/  
www.puutarhakauppa.fi/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)