Des abricots au sol que personne ne veut récolter en Italie

Le problème causé par le manque de main-d'œuvre est de plus en plus grave. Il manque 100 000 travailleurs saisonniers dans le secteur agricole, sans compter l'impossibilité de trouver de la main-d'œuvre dans les secteurs du tourisme, de l'industrie, de la construction et des services.

Vergers d'abricots abandonnés en raison du manque de main-d'œuvre (variété Flopria)

« L'Italie s'effondre, et ses entreprises aussi. C'est la dure réalité. Si, d'un côté, il y a ceux qui cherchent du personnel pour faire tourner leurs entreprises, de l'autre, il y a ceux qui restent volontiers chez eux car ils bénéficient de prestations sociales. Chaque jour, je suis obligé de décider quel lot d'abricots je dois abandonner, car les unités de travail disponibles ne sont pas suffisantes pour couvrir tous les hectares. En ce moment, il y a 45 opérateurs qui récoltent les fruits à noyau, mais il m'en faudrait au moins 30 de plus pour garantir deux opérations par culture », explique Vincenzo Favale, entrepreneur de Montalbano Jonico (Matera) avec 25 hectares de fruits à noyau (abricots, pêches et nectarines).

« Ces dernières semaines, j'ai contacté des dizaines de personnes en leur proposant un contrat immédiat et un salaire net de 45 €/jour pour 6 heures et 40 minutes de travail. Beaucoup d'entre elles m'ont dit qu'elles recevaient des allocations de l'État (le fameux Reddito di Cittadinanza) et qu'elles ne souhaitaient pas travailler, car ce ne serait pas rentable. J'ai essayé de contacter des agences dans les Pouilles également, mais elles n'ont pas pu m'aider non plus. Je suis en grande difficulté : à cause de la chaleur, les productions d'abricots se sont chevauchées, ce qui signifie que l'on a un besoin urgent d'opérateurs. Je suis en train de récolter les Rubista, Flopria, Mediabel, Orange Rubis en même temps et je vais bientôt commencer les Lady Cot dans quelques jours. »

« Vous travaillez une année entière et, quand vient le moment de la récolte, vous n'avez pas assez de personnes pour cela. Je n'ai géré qu'une seule opération de récolte pour certaines variétés, tandis que d'autres ont été entièrement abandonnées. Nous espérions que les centaines de travailleurs des cultures de fraises passeraient aux fruits à noyau une fois la récolte terminée, mais ils ont préféré recevoir des allocations de chômage et beaucoup d'entre eux sont en fait retournés dans leur pays d'origine en attendant de revenir en Italie pour accumuler le nombre de jours nécessaires. Il y a aussi des travailleurs des Pouilles qui ont préféré le millerandage, car ils sont plus proches de chez eux. »

Des vergers d'abricots abandonnés par manque de main-d'œuvre.

« Le problème, c'est qu'en essayant d'économiser ce que l'on peut, on n'épargne aucune dépense, et bien sûr on arrive à de mauvaises surprises quand vient la fin de la saison. Mes abricots continuent de tomber par terre. Si des personnes sont prêtes à travailler, qu'elles n'hésitent pas à me contacter. »

Pour plus d'informations :
Vincenzo Favale
Tél. : +39 3332979276


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)