Edilson Hernández de Prime Tropics : « Dans 2 à 3 semaines, nous commencerons également à exporter du durian »

« Nous fournissons toute l'année au marché européen notre citron caviar cultivée au Guatemala »

Lorsqu'une crise des prix a éclaté sur le marché du caoutchouc au début de ce siècle, l'entreprise guatémaltèque Prime Tropics, alors spécialiste de la production de ce polymère naturel dans ses champs, ne savait pas qu'elle deviendrait l'un des principaux acteurs du marché des fruits exotiques d'Amérique Centrale.

« Le prix du caoutchouc est passé de 3,50 USD par kilo de matière sèche à seulement 80 centimes, tandis que les coûts de production étaient de 1,50 USD. À cette époque, nous perdions tout ce que nous avions sur le marché. Nous étions en train de perdre tout ce que nous avions gagné les années précédentes, alors nous avons décidé de diversifier les cultures de l'exploitation », se souvient Edilson Hernández, le directeur de l'entreprise.

« En 2004, nous avons lancé ce nouveau projet avec le ramboutan. Au début, les gens connaissaient à peine ce fruit, mais nous avons mené des campagnes pour le faire connaître et aujourd'hui, il est vendu en grandes quantités sur le marché de l'exportation, mais aussi sur le marché intérieur et même en Amérique Centrale. Nous avons commencé avec 7 000 arbres et aujourd'hui nous en avons 150 000 ; en fait, nous ne sommes pas seulement le plus grand producteur de ramboutans du Guatemala, mais de toute l'Amérique Centrale. » 

« Notre plus grand marché est celui des États-Unis, principalement parce que nous ne sommes qu'à trois heures de vol de Miami. Ce que nous récoltons aujourd'hui peut se retrouver sur les étagères demain. Cependant, nous parvenons également à placer des ramboutans de qualité optimale au Canada, au Japon et en Europe, où nos principaux marchés sont les Pays-Bas, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni », indique le directeur de Prime Tropics.

Bien que le ramboutan soit le produit avec lequel l'entreprise guatémaltèque a commencé son aventure dans la culture et la commercialisation de fruits exotiques, au fil des ans, son portefeuille s'est élargi avec des fruits tels que le petit ananas, le mangoustan et l'un de ses produits les plus remarquables, le citron caviar.

« Le grand avantage de notre production de citrons caviar est que nous avons des fruits disponibles 365 jours par an grâce à la diversification des zones de plantation à différentes altitudes au-dessus du niveau de la mer. Nous avons 16 000 arbres des variétés verte et rose et nous pouvons fournir environ mille kilos de ce fruit par semaine à nos clients en Europe », précise Edilson.

« Nous avons commencé à exporter sur le marché européen en 2018 et nous expédions directement aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Nous n'avons toujours pas de protocole d'admissibilité pour pouvoir exporter le citron caviar aux États-Unis, une question d'accord entre les gouvernements. Cependant, nous avons profité de l'opportunité qui existe sur le marché européen, étant donné qu'après avoir réalisé une étude de marché, nous avons constaté que le produit était connu en Europe depuis un certain temps et qu'il existait déjà une culture de consommation. De plus, nos clients sont satisfaits car nous pouvons leur fournir le produit toute l'année, évitant ainsi le problème de devoir chercher des fournisseurs dans différents pays pour obtenir un approvisionnement continu, comme ils le faisaient auparavant, en le faisant venir des États-Unis, d'Australie, du Maroc ou d'Israël. » 

Le durian guatémaltèque partira bientôt pour les États-Unis et l'Europe
Comme nouveauté, cette année Prime Tropics enverra les premiers volumes d'un fruit qu'ils cultivent en volumes commerciaux exclusivement dans la région, le durian, qui dans 2 ou 3 semaines commencera à partir pour les marchés d'exportation.

« En dehors de notre propre production, il n'existe aucune plantation commerciale de durians dans toute l'Amérique Latine. L'idée de commencer à travailler avec ce produit est née lors d'une visite que nous avons rendue à nos clients aux États-Unis pour lesquels nous fournissons du ramboutan. Là, nous avons appris à connaître le durian et sa demande, ainsi que les complications logistiques qu'il entraîne, car tous les fruits qui arrivent actuellement dans le pays viennent de Thaïlande. Nous avons fait des recherches sur la culture et obtenu les premiers arbres, et aujourd'hui nous avons déjà 8 000 durians plantés », partage Edilson. « Nous avons déjà effectué quelques expéditions tests vers les États-Unis et nos clients ont été très satisfaits des propriétés organoleptiques des fruits cultivés au Guatemala et, surtout, de la proximité. »

« Par ailleurs, nous allons également faire des expéditions d'essai en Europe, où nos clients, ayant appris que nous faisons du durian, nous ont demandé de leur envoyer également quelques volumes. À l'heure actuelle, les consommateurs de durian sont principalement asiatiques, tant aux États-Unis qu'en Europe, mais cela pourrait changer avec le temps. Quelque chose de similaire s'est produit avec le ramboutan. En 2008, nous avons commencé à exporter ce produit vers ce que nous avons appelé le « marché nostalgique », car à l'époque, il n'était vendu qu'à la communauté asiatique, mais aujourd'hui, aux États-Unis et dans toute l'Amérique Centrale, le ramboutan est un produit consommé par une grande partie de la population. »

Le durian est le nouveau produit de Prime Tropics, mais ce n'est pas le seul, selon son directeur. « Maintenant, nous parions également sur la main de Bouddha et la bergamote et, dans un avenir pas trop lointain, nous allons commencer à produire ces deux exotiques à une échelle commerciale. »

Pour plus d'informations :
Prime Tropics
Tél. : +50257000052
eddy@primetropics.com
www.primetropics.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)