Inge Ribbens, GroentenFruit Huis :

Nouvelle législation européenne sur le traitement par le froid des oranges sud-africaines : « La pression politique éclipse la science »

En Europe, il existe une nouvelle législation concernant le traitement par le froid des oranges africaines. Elle a également frappé de plein fouet le secteur néerlandais du commerce des fruits et légumes. « Notre principal argument est que les mesures proposées sont disproportionnées et ne reposent pas sur des bases scientifiques. La pression politique a fait passer tout le processus », déclare Inge Ribbens de GroentenFruit Huis. « Ces règlements sont appliqués, à la mi-saison, alors que les gros volumes sont sur le point de démarrer. C'est une véritable honte. »

« Nous avons déjà insisté auprès de la Commission européenne (CE) pour qu'elle prenne son temps pour enquêter sur cette affaire. Mais il y a beaucoup de pression pour mettre en œuvre les nouvelles règles cette saison, alors qu'il n'y a pas de crise du tout. Ils auraient pu utiliser cette année comme une année de transition et examiner ce qui se fait déjà en Afrique du Sud. Nous ne pensons pas qu'ils aient une bonne idée à ce sujet. »

« L'Afrique du Sud - un pays en développement, remarquez bien - investit pas moins de 200 millions d'euros par an dans un système très avancé. Elle dispose de garanties et de contrôles qui empêchent la propagation tant de la tache noire des agrumes (TNA) que du faux carpocapse (FCM). L'UE déploie beaucoup d'efforts pour développer l'économie africaine, mais en fermant ainsi les frontières, elle obtient le contraire. »

Poivrons ougandais
« Nous soutenons pleinement le principe de la protection de l'UE contre les parasites et les maladies, et les Pays-Bas occupent une position importante en matière de production et d'exportation. Mais la politique d'importation phytosanitaire doit être fondée sur des risques réels et affecter le moins possible le commerce. En tant que partie réceptrice, vous devez également assumer vos responsabilités et prendre des mesures préventives pour protéger les produits. Suite à la découverte d'un FCM en 2009, les États-Unis ont interdit les importations de poivrons et de piments néerlandais. »

« Le coupable : des poivrons ougandais entreposés dans une serre néerlandaise. Le secteur a alors décidé de ne pas autoriser l'accès des produits importés aux serres néerlandaises. Les États membres du sud de l'UE ont donc envisagé de ne pas faire entrer les produits importés dans leurs installations de conditionnement. Celles-ci se trouvent souvent au milieu de leurs zones de culture. Ils ont également envisagé de créer des zones protégées », explique Inge.

« Reste à savoir pourquoi, si la FCM est vraiment un problème si grave, toute l'attention se porte sur les oranges sud-africaines. On ne trouve pas plus de faux carpophages sur ce produit. En fait, dans les oranges, les découvertes sont de moins en moins nombreuses. Depuis que la FCM a été déclarée organisme de quarantaine de l'UE il y a quelques années, il y a eu 15, 12 et 8 interceptions sur des oranges sud-africaines. »

« C'était respectivement en 2019, 2020 et 2021, alors que d'énormes quantités étaient importées. Ce nombre de découvertes sur 31 000 expéditions prouve qu'il n'y a pas de crise - 99,98 % des expéditions ont été autorisées à passer. C'est également disproportionné par rapport à d'autres produits, pour lesquels il y a eu beaucoup plus d'interceptions pour des volumes d'importation beaucoup plus faibles ». 

Rapport de vote des comités techniques
Inge souligne que, dans ce cas, le gouvernement néerlandais (Autorité néerlandaise de sécurité des aliments et des produits de consommation/Ministère de l'agriculture, de la nature et de la qualité des aliments) est pleinement engagé en faveur des intérêts néerlandais. En outre, il fonde sa politique d'importation phytosanitaire sur les bons principes. « Le ministre Staghouwer a récemment pris une position ferme lors de la réunion du cabinet à Bruxelles. Il était le seul à s'opposer à un appel espagnol en faveur de conditions d'importation plus strictes pour les agrumes en provenance, notamment, d'Afrique du Sud. Il a insisté sur le fait que les mesures d'importation doivent être à l'épreuve du temps et réalisables pour les pays tiers. »

« Mais même si vous êtes le plus grand pays importateur, les comités techniques de la CE votent en fonction de la taille de la population. Et la part des Pays-Bas est inférieure à quatre pour cent. Heureusement, ce mois-ci, une motion du député néerlandais Klink a été adoptée. Elle demande au gouvernement d'œuvrer pour que la politique d'importation de l'UE soit à nouveau fondée sur les principes de l'accord sanitaire et phytosanitaire (SPS) de l'OMC. »

Et maintenant ? Elle affirme que les Sud-Africains travaillent bec et ongles pour voir ce qui est possible. « Il n'y a pas assez d'installations pour permettre à l'ensemble du volume de subir le pré-refroidissement obligatoire, d'autant plus que nous sommes au milieu de la saison actuelle. De plus, le traitement par le froid crée beaucoup plus de déchets alimentaires et autres. »

« De plus il est essentiel de noter que plusieurs variétés d'oranges ne supportent pas du tout cette température. En particulier, les oranges biologiques, qui ont déjà un taux de perte élevé en raison du régime de température actuel, seront énormément affectées. C'est en totale contradiction avec la politique de l'UE et le Green Deal. Ces derniers tentent d'augmenter la part du bio. »

« Nous sommes généralement convaincus que ces règles vont, inutilement, nuire à notre secteur. Les importations d'agrumes d'Afrique du Sud représentent 650 à 700 millions d'euros par an. Ces règles pourraient réduire ce chiffre de moitié, provoquer des ruptures d'approvisionnement ou perturber le secteur socio-économique vital de ce pays en développement. C'est pourquoi, au nom des associations professionnelles belges et allemandes également, nous avons demandé une révision des procédures. Mais la dure réalité est que nos importateurs sont directement confrontés aux conséquences de cette législation. »

Pour plus d'informations : 
www.groentenfruithuis.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)