Paco Fernández, de l'AOP Poire Jumilla : « Toutes les appellations de la Région ont formé l'association Origen Murcia »

« Les pluies ont fait chuter la production de poires Jumilla de 40 à 50 %, mais les prix devraient être bons »

La région de Murcie est un important producteur de fruits d’été. L'offre de melon, un fruit qui fait de la Région le leader de la production nationale, de pastèque et de fruits à noyau sera complétée dans les prochaines semaines par celle d'un fruit dont la qualité différenciée a été ratifiée au niveau européen avec la reconnaissance d'une appellation d'origine protégée, la poire Jumilla. Toutefois, comme cela a été le cas pour d'autres variétés de fruits, les conditions météorologiques du printemps ont eu un impact décisif sur la production.

« La récolte de la poire Jumilla commencera dans les zones les plus précoces autour du premier week-end de juillet, lorsque le fruit aura atteint la dureté et la douceur nécessaires pour garantir une excellente qualité. Cette année, la saison a été compliquée par les pluies du mois de mars. Au plus fort de la floraison, la pluie n'a cessé de tomber pendant 7 à 10 jours, ce qui a empêché les insectes pollinisateurs de voler et de faire leur travail. Depuis l'Organisme régulateur, nous estimons que nous pourrions avoir entre 40 et 50 % de production en moins cette année, en plus des dommages occasionnels causés par des épisodes de grêle quand les fruits étaient déjà nés », explique Paco Fernández, directeur technique de l'AOP Pera de Jumilla. « Toutefois, nous nous attendons à une bonne année en termes de prix, avec des valeurs encore plus élevées que les années précédentes. »

« La poire Jumilla AOP est principalement commercialisée en Espagne et en Italie, où la variété Ercolini, d'origine italienne, est très appréciée et notamment notre poire à dénomination d'origine, en raison de sa qualité et de sa taille. » En effet, comme le précise le cahier des charges de ce fruit, seules les poires des catégories Extra et I qui répondent aux exigences strictes de calibre (diamètres supérieurs à 58 mm et 52 mm, respectivement) et de solides solubles (toujours supérieurs à 10,5º Brix) peuvent être étiquetées par le Conseil régulateur comme poires AOP Jumilla. « Les poires non certifiées, généralement les plus petites tailles, sont également exportées, mais vers d'autres destinations comme le Moyen-Orient. Dans ces pays, ils ne connaissent pas encore les appellations d'origine et ne comprennent pas pourquoi un produit avec une AOP devrait avoir un prix plus élevé qu'un produit non certifié. C'est pourquoi l'ouverture des marchés pour les produits avec appellation d'origine dans les pays hors Europe est une chose pour laquelle nous nous battons. En avril dernier, nous étions à Berlin avec toutes les entreprises de la région de Murcie pour promouvoir nos poires Jumilla AOP. »

« Bien que nous nous concentrions également sur la promotion nationale et plus particulièrement en Murcie même, car ces dernières années nous avons été plus connus en dehors de la région que dans la province », précise Paco, « en fait, toutes les appellations d'origine de la région ont formé l'association Origen Murcia pour promouvoir la diffusion des AOP de Murcie en commençant par la région autonome elle-même ».

La poire de Jumilla est l'une des nombreuses AOC et IGP de Murcie - qui couvrent des produits emblématiques de la région comme le melon de Torre Pacheco ou la pêche de Cieza - dont la culture dans la région de Jumilla remonte au moins, selon les références historiques disponibles partagées par l'organisme régulateur du cahier des charges de l'AOP, au règne de Felipe II au XVIe siècle. Cependant, après avoir persisté dans les champs de la région pendant cinq siècles, elle est actuellement confrontée à un problème qui fait craindre pour l'avenir du secteur : le remplacement des générations.

« La poire, qu'il s'agisse de notre appellation d'origine Ercollini ou des pollinisateurs qui ont été utilisés à Jumilla, comme la poire San Juan ou la Limonera, n'a jamais eu de problèmes de commercialisation », souligne Paco Fernández (sur la photo de droite). « Contrairement à d'autres produits devenus à la mode, dont on a planté une grande surface en une seule fois et dont les marchés ont été rapidement inondés avec des prix en baisse - et que les producteurs ont fini par emporter - avec la poire, nous n'avons jamais eu ce problème. C'est un fruit difficile à cultiver mais très apprécié, qui se vend très bien et donne toujours un bon rendement. »

« Mais dans la région, il est de plus en plus difficile d'intégrer les jeunes agriculteurs dans l'activité ou de les amener à reprendre les parcelles de leurs parents ou grands-parents. En outre, il y a un grand manque de main-d'œuvre, faute de personnes désireuses de travailler dans les champs. Au début du processus d'appellation d'origine, de nombreuses personnes ont adhéré et se sont depuis retirées. Heureusement, ces dernières années, nous sommes parvenus à maintenir les 1 000 à 1 200 hectares de terres actuels à Jumilla, ainsi que le nombre d'agriculteurs. Nous devons considérer l'agriculture d'une manière différente, souligne Paco, et lui donner beaucoup plus de valeur pour qu'elle continue à être attrayante pour les nouvelles générations. »

Pour plus d'informations :
Pera de Jumilla DOP
Pl. Alcoholera 3, 2e étage
Jumilla, Murcie (Espagne)
Tél. : +34 968716267
info@peradejumilla.es
www.peradejumilla.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)