Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

« Le Maroc n'est plus seulement compétitif sur le prix »

Lorsque les jours se font de nouveau plus courts ici, les regards se tournent vers le Maroc car on y trouve des tomates pour remplir les rayons. Même si l'été vient tout juste d'être officiellement lancé, le pays d'Afrique du Nord attire déjà beaucoup d'attention. Si la culture d'hiver exposée entraîne à nouveau des volumes beaucoup plus faibles, la culture au Maroc pourrait être une solution. « Je pense que nous avons pris de grandes mesures exactement au bon moment », a déclaré Kacem Bennani Smires, du groupe Delassus, lors du récent Global Tomato Congress. Duroc, qui fait partie du Groupe Delassus, cultive des tomates sur 450 hectares et les conditionne également lui-même.


Kacem Bennani Smires et Abdelkhalak Torres de Duroc, qui fait partie du groupe Delassus.

Kacem fait référence à la professionnalisation réalisée. « Nous nous sommes très vite professionnalisés tout en restant compétitifs. » Au départ, la tomate marocaine se distinguait par son prix compétitif, mais selon Kacem, cela est désormais injustifié. En termes de qualité, la tomate du Maroc est elle aussi à la hauteur, et toutes les conditions périphériques sont bien prises en charge. « Au lieu d'envoyer uniquement nos tomates à Perpignan, nous fournissons désormais beaucoup plus de produits préemballés toute l'année au Royaume-Uni et en Allemagne, par exemple. »


Duroc s'est pleinement engagé en faveur des tomates de collation. L'année dernière, l'entreprise de tomates a promis de lancer deux nouvelles variétés cette année.

Kilométrage alimentaire
« Le Royaume-Uni en particulier a mis le Maroc sous pression », déclare Kacem. « Ils nous ont poussés à obtenir des certifications, entre autres choses. » Cela le rend confiant quant à la durabilité de la culture marocaine. « Le kilométrage alimentaire ne représente qu'une petite partie de l'empreinte carbone alimentaire totale. Le gaz n'est pas vraiment un problème pour nous, même si les coûts de nombreux autres facteurs de production augmentent également. Nous importons presque tout, des semences aux matériaux d'emballage. Tout devient plus cher. »

Il en va de même pour la concurrence. Le Maroc a effectivement un désavantage face à la culture de la tomate plus au nord : l'eau. « C'est notre point faible », reconnaît Kacem. L'entrée en production d'une grande usine de dessalement à Agadir dans le courant de l'année est donc très importante pour le secteur sur place. « C'est une bénédiction. »

Pour plus d'informations :
Delassus Group
www.delassus.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)