Le marché des agrumes d'outre-mer démarre lentement en Europe en raison des coûts logistiques élevés

« L'offre est généralement abondante sur le marché [européen] », déclare Gijsbert van Leeuwen, responsable de l'approvisionnement chez Olympic Fruit, à la mi-juin, à propos du marché des agrumes d'outre-mer. L'offre espagnole, marocaine, voire égyptienne et turque, est encore abondante.

Mais selon Gijsbert, les coûts logistiques élevés signifient que les agrumes d'outre-mer sont devenus plus chers. « Donc, l'échange avec les fruits européens va probablement se poursuivre un peu plus longtemps. Heureusement, notre entreprise sait faire les bons choix pour répondre de manière optimale aux besoins en agrumes de nos clients. »

Limiter les pertes
Selon lui, la situation ne se résumera pas à l'offre. « Les plantations donnent suffisamment de fruits ». Gijsbert s'attend à ce que le volume des exportations d'agrumes de l'hémisphère sud soit à peu près le même que ces dernières années. En mars, il s'est rendu en Afrique du Sud pour se rendre compte par lui-même de la situation.

Contrairement aux années précédentes, tous les produits cultivés ne seront pas exportés. La situation du marché impliquera de faire des choix quant aux volumes d'exportation. M. Van Leeuwen s'attend à ce qu'on n'exporte pas autant de fruits de classe II et de tailles moins populaires. « Les agrumes emballés doivent être exportés car des coûts ont déjà été engagés pour ceux-ci ».

« Grâce à notre étroite collaboration avec nos partenaires, nous savons comment faire la part des choses. Actuellement, la situation fait que moins de pomelos, de mandarines et d'oranges proviennent de l'hémisphère sud. Mais plus de citrons, car l'offre de l'Espagne a été décevante ». Gijsbert ne pense pas que les volumes vont diminuer plus fortement que les autres années pendant la saison.

« La hausse des coûts fait qu'il est actuellement à peine rentable pour nos partenaires d'envoyer leurs agrumes en Europe. Nos producteurs envisagent davantage le long terme, ce qui est intéressant pour eux, pour couvrir une partie des coûts. Après tout, les arbres portent des fruits là-bas. »

Des coûts en hausse
Selon M. Gijsbert, les agrumes de l'hémisphère sud présentent plusieurs défis et opportunités. Il cite des choses comme la hausse des coûts - notamment dans le secteur de la logistique - comme l'un des plus grands obstacles. « En moyenne, des coûts de 1,5 € à 2 € ont été ajoutés par boîte d'agrumes sud-africains. Et les taux de fret maritime depuis l'Amérique du Sud ont doublé. »

Selon lui, la guerre en Ukraine n'affecte pas beaucoup le commerce d'Olympic Fruit. « Le marché n'a pas tant de fruits en plus qui iraient normalement en Russie. Certains voyages sont un peu plus difficiles, mais cela ne nous a pas affectés négativement. Cela montre bien que la chaîne d'approvisionnement en fruits est extrêmement dynamique et complexe. Olympic Fruit - un maillon de la chaîne - essaie d'en tirer le meilleur parti et de saisir toutes les opportunités qui se présentent à nous. »

Inopportun
Autre élément qui fera grimper les prix de revient : le traitement à froid des agrumes en provenance d'Afrique du Sud. Suite à une décision de la Commission européenne, cela doit maintenant être fait pour contrer le risque d'importation de parasites dans les agrumes européens. Cette mesure est encore entourée d'incertitudes. Mais, pour M. Gijsbert, il est évident que les produits biologiques et sans produits chimiques (non traités avec une cire protectrice, après la récolte) seront les plus durement touchés.

« Les consommateurs vont s'habituer à ce que les agrumes biologiques et sans produits chimiques soient moins beaux et plus chers, en raison de l'augmentation des rejets. Tout cela grâce aux dommages causés par le froid. Les agrumes conventionnels n'échapperont pas non plus à cette mesure », explique M. Gijsbert.

Les ventes retrouvent leur niveau d'avant la pandémie
Olympic Fruit constate que les dépenses des consommateurs en matière d'agrumes sont un peu en baisse par rapport aux dernières années. Mais, selon M. Van Leeuwen, ces ventes étaient supérieures à la moyenne pendant la pandémie. « Les ventes sont, évidemment, en légère baisse ; c'est une année un peu plus normale, similaire à 2019, donc pré-pandémie. Les gens sont également plus attentifs aux prix dans le climat économique actuel. »

« Les supermarchés aimeraient maintenir les prix au même niveau et ne pas les laisser augmenter. Olympic Fruit est généralement très confiant dans l'avenir en ce qui concerne l'évolution positive de la chaîne d'approvisionnement en agrumes et le rôle que nous pouvons y jouer », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Gijsbert van Leeuwen
Olympic Fruit 
g.vanleeuwen@olympicfruit.com  
www.olympicfruit.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)