Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Le PDG du Groupe Verduyn, Alexander Verduyn, évoque un début sec après des semis difficiles

Le secteur primaire rend les choses difficiles pour la saison à venir. Cela vaut tant pour le marché du frais que pour celui de l'industrie. C'est une évidence pour l'entreprise belge Group Verduyn, qui sert les deux. Selon le PDG Alexander Verduyn, il y a tout juste assez de semences pour répondre à la demande. « Le manque de pluie pendant la saison des semis exerce déjà une pression sur les rendements de plusieurs cultures, comme les pois et les carottes », commence-t-il.

Le temps était trop sec pour semer ces produits. Si le temps sec se poursuit pendant la saison de croissance, Alexander s'attend à ce qu'il y ait des pénuries. « Nous les constatons déjà pour le blé et le maïs sur le marché mondial. Il pourrait en être de même pour les légumes. Il est difficile de dire ce qui se passera si le temps et les températures ne jouent pas le jeu pendant la saison de croissance. »

Pour l'instant, il s'agit surtout d'attendre et de voir. Ce qui est évident, cependant, c'est que les prix de revient augmentent rapidement, ce qui met les rendements des cultures sous une pression énorme. Faisant à nouveau référence au maïs et au blé, dont les prix avaient déjà fortement augmenté à la fin de l'année 2021, Verduyn affirme que ces prix crèvent actuellement le plafond en raison de la guerre en Ukraine.

« Le blé et le maïs sont de gros concurrents pour les légumes industriels. Cela a un effet d'entraînement. Ils consomment également de l'énergie, des matières premières et des engrais artificiels, ce qui se traduit par une forte hausse des prix de revient de nos légumes industriels. À cela s'ajoute la montée en flèche des coûts de la main-d'œuvre », explique M. Alexander.

Cela met les légumes industriels, qui sont en difficulté depuis un certain temps, sous une forte pression. Les prix des chaînes étroitement liées sont sous pression. Les prix des légumes industriels sont beaucoup plus stables que ceux du blé ou du maïs. Les prix basés sur les performances passées sont négociés chaque année. Cela complique et obscurcit le règlement des augmentations de prix au sein de la chaîne.

« Nous devons considérer les rendements sur plusieurs années et nous appuyer sur ce que les consommateurs sont prêts à payer. Tous les coûts doivent être calculés et partagés équitablement. Si un acteur commence à essuyer des pertes, tout peut bien se passer pendant quelques années, mais au bout du compte, c'est toute la chaîne qui s'écroule. Et ce n'est évidemment pas l'intention. Compte tenu de la forte augmentation actuelle des coûts, les prix des aliments vont augmenter. La nourriture est un besoin fondamental, et si les prix de toutes sortes d'autres biens de consommation augmentent, la nourriture doit aussi augmenter. Les gens doivent commencer à s'en rendre compte ».

Il y a peu de synergie entre les marchés du frais et de l'industrie, qui ne sont pas interchangeables. « Le secteur des légumes industriels fonctionne entièrement sur contrat pour acheter et vendre. Nous obtenons des produits adaptés de nos producteurs - indépendants ou affiliés à une coopérative - pour nos clients de l'industrie. Ils cultivent en fonction des spécifications du client final », explique M. Verduyn.

« Ainsi, les cultures sont particulières en termes de variétés, de qualités et d'utilisation de pesticides. Ainsi, s'il y a un surplus inattendu, il est difficile de passer au marché du frais. Mais les produits destinés au marché du frais n'atteignent pas facilement l'industrie non plus. Il y a une trop grande différence de prix ».

Une partie des achats sur le marché du frais se fait sur contrat ; 90 % sont vendus sur le marché libre. La plupart des légumes de pleine terre du marché frais se conservent bien et peuvent être fournis et vendus toute l'année, à l'exception du chou-fleur et du brocoli, qui sont plus saisonniers.

Les légumes industriels, qu'il s'agisse de carottes ou d'autres légumes, sont fournis aux transformateurs industriels pendant environ cinq mois de l'année. « Nous sommes spécialisés dans les petites carottes. Après tout, c'est là que se trouvent les racines du Groupe Verduyn. Elles sont lavées, triées et coupées pour être livrées. Nous utilisons des scanners optiques et des lasers pour sélectionner la qualité des légumes. Au total, nous traitons 100.000 tonnes de légumes industriels. Outre les carottes, nous faisons des salsifis, des choux de Bruxelles, des choux-fleurs, des céleris-raves, des céleris verts, des poireaux, des navets, des épinards, des brocolis et des carottes coupées en tranches », conclut Alexander.

Pour plus d'informations :
Alexander Verduyn
Verduyn
Galgestraat 9
8610 Kortemark
Belgique
Tél. : +32(0)5157 00 56
info@verduyn.be  
www.verduyn.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)