Brent Walsh - BerriesZA

L'expérience des consommateurs avec les myrtilles sud-africaines est globalement exceptionnelle

Les myrtilles des provinces du nord de l'Afrique du Sud commencent à arriver, les premières exportations commenceront d'ici une semaine ou deux.

« Tout le monde se remet d'une saison difficile de l'année dernière. Tous les efforts sont faits dans toutes les chaînes de valeur pour essayer d'expédier des produits de qualité en temps voulu », déclare Brent Walsh, PDG de BerriesZA (à droite).

Il fait remarquer que les réactions de l'organisation (qui représente les myrtilles, les framboises et les mûres) reçues par les acheteurs et les clients de détail au salon Fruit Logistica de Berlin cette année étaient très favorables aux fruits sud-africains.

« Historiquement, nous avons fourni un produit de grande qualité qui se distingue nettement de celui de nos concurrents en termes de fraîcheur et de goût. L'expérience du consommateur en matière de myrtilles sud-africaines, nous a-t-on dit, est généralement exceptionnelle. Les myrtilles sud-africaines peuvent être très compétitives. »

L'année dernière a été une anomalie, explique-t-il, avec de nombreux incidents pluvieux très tard dans l'année pour le Cap occidental, où la majorité des myrtilles d'Afrique du Sud sont cultivées. Les pluies de décembre ont été particulièrement pénibles et inhabituelles, car c'est à ce moment-là que les myrtilles sont récoltées et envoyées directement à l'exportation - alors que les exportateurs ont rencontré des retards d'expédition et de chargement qui ont exacerbé les problèmes de qualité.

«  On comprend qu'il y avait des circonstances atténuantes à la qualité inférieure de l'année dernière, mais il est extrêmement important de maintenir l'attente historique de fruits de haute qualité en provenance d'Afrique du Sud. Nous ne pouvons pas faire grand-chose contre les précipitations, mais nous pouvons surveiller et contrôler ce qui est emballé et expédié. Les exportateurs jouent alors leur rôle pour minimiser les défis logistiques. Les implications de ne pas expédier les conteneurs à temps sont vraiment, vraiment importantes », note-t-il.

« Si nous pouvons travailler sur notre timing et notre logistique, cela donne aux acheteurs un certain confort concernant les heures d'arrivée et les volumes, afin de gérer ce qui se trouve sur leurs étagères. »



Son travail consiste à s'assurer que l'industrie des baies est entendue et priorisée, qu'elle exprime ses besoins, pour maintenir sa crédibilité et sa pérennité. Il dit que pour eux, la leçon à tirer de l'année dernière a été de s'assurer qu'ils s'engagent autant que possible avec les exportateurs, avec les compagnies maritimes et avec les organismes de l'industrie comme le Fresh Produce Exporters' Forum qui a maintenant une ressource consacrée à la logistique.

« Les compagnies maritimes sont très conscientes des difficultés rencontrées par le passé. Des conversations constructives ont eu lieu et il existe une volonté d'améliorer la logistique. »

Accès aux marchés de l'Extrême-Orient, de l'Inde et d'Israël
Les myrtilles offrent une grande valeur d'exportation, ajoute-t-il. La majorité de leur temps est consacrée à l'amélioration de l'accès au marché.

« Il y a un engagement très actif avec le Japon en ce moment pour voir comment nous pouvons faciliter l'accès au marché pour les myrtilles sud-africaines. Notre priorité est de nous tourner vers l'Extrême-Orient : tout le monde a la Chine sur sa liste de cibles parce que le pays est très intéressant du point de vue des volumes. »

La Corée du Sud serait un autre très bon marché, malgré « un certain nombre de défis » à l'ouverture de ce marché. Les myrtilles sud-africaines sont déjà présentes en Malaisie, à Singapour et à Hong Kong, ainsi que dans certains pays du Moyen-Orient.

Israël et l'Inde sont deux autres marchés potentiels qu'ils ont en ligne de mire. Il fait remarquer que le gouvernement national de l'agriculture a fait un « travail fantastique » en les tenant informés des processus phytosanitaires requis, que BerriesZA contribue à faciliter.



Des gains importants grâce à la campagne allemande de BerriesZA

« Nous faisons la route nord-sud depuis un certain temps. Nous connaissons très bien les marchés de l'UE et du Royaume-Uni et ils restent une priorité à maintenir et à surveiller. »

Grâce à la campagne BerriesZA menée dans les médias commerciaux allemands la saison dernière, les exportations de myrtilles vers l'Allemagne ont considérablement augmenté, note Brent. Cette saison encore, ils cibleront des marchés d'exportation spécifiques à des moments précis.

Ils ont également acquis des données de détail sur la consommation locale de myrtilles. Le marché sud-africain n'a « certainement » pas encore donné le meilleur de lui-même. 

Brent était auparavant le directeur de l'exploitation du Sports Science Institute au Cap avant de décider de postuler au poste de directeur exécutif de l'organisme sud-africain de l'industrie des baies. « Sur le plan opérationnel, il y a en fait beaucoup de similitudes entre le Sport Science Institute et BerriesZA. Les deux sont des entreprises à but non lucratif dont le style de fonctionnement est similaire du point de vue de la gouvernance. »

« Une industrie particulièrement optimiste »
Le conseil d'administration de BerriesZA dispose d'une grande expertise technique, mais ce dont ils se sont rendu compte, c'est qu'ils avaient besoin d'une équipe de direction pour maximiser les opportunités qui se trouvent dans l'industrie, pour créer une capacité supplémentaire afin de stimuler la croissance des myrtilles sud-africaines et de laisser les administrateurs non exécutifs libres de gérer leurs fermes ou leurs entreprises d'exportation.

Il souligne que la directrice générale de BerriesZA, Elzette Schutte, possède une vaste expérience et une connaissance contextuelle de l'industrie des baies, avec une bonne compréhension du marché, il n'était donc pas nécessaire qu'un PDG apporte cela à l'organisation.

« C'est un secteur exceptionnellement optimiste où chacun cherche à faire de son mieux et tout le monde a été très ouvert pour partager ses connaissances avec moi. »

Alors que la récolte de myrtilles de 2022 prend de la vitesse, ils surveillent de près le trafic logistique. Les retards dans le secteur des agrumes pourraient avoir des répercussions sur les fruits d'été.

Au moins, dit-il, les prix des conteneurs commencent à s'aplanir et les coûts d'expédition à s'alléger. « Les choses commencent à évoluer dans le bon sens. Bien sûr, nous aimerions voir une amélioration plus rapide, mais au moins il y a un engagement et une intention d'améliorer l'année dernière du point de vue des opérations et de la logistique. »

Pour plus d'informations :
Brent Walsh
BerriesZA
Tél. : +27 82 466 1828
brent@berriesza.co.za
https://www.berriesza.co.za/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)