Cette année encore, la Basse-Autriche est le pays n°1 de l'abricot

Les premiers abricots en circulation depuis la mi-juin

Alors que la récolte du célèbre « Wachauer Marille » est prête à démarrer, les consommateurs peuvent déjà s'approvisionner en d'autres variétés précoces du fameux fruit, cultivées localement.

Ainsi, à la ferme de Diana Müller à Krustetten, dans le district de Krems. En plus de la viticulture, l'exploitation familiale se consacre depuis longtemps aux abricots. « L'abricot est un fruit très sensible qui nécessite beaucoup de soins, de patience et d'expertise. Le gel et les précipitations extrêmes constituent chaque année une menace importante pour la récolte. En prenant des mesures ciblées, comme la protection contre le gel, il a été possible de limiter les défauts grâce à l'innovation et à l'expérience. »

Alors que dans la région de Wachau, la récolte des variétés Ungarische Beste et Klosterneuburger est prête à démarrer, des variétés plus précoces comme la Tsunami, qui sont principalement cultivées dans la région de Weinviertel, peuvent déjà être achetées par les consommateurs depuis la mi-juin », explique Müller, qui représente également les agriculteurs de Basse-Autriche en tant que conseiller provincial à la Chambre d'agriculture de Basse-Autriche.

Le pays n°1 de l'abricot
La Basse-Autriche est également cette année le pays n° 1 de l'abricot, car dans aucune autre province on ne cultive autant d'abricots. Cette année encore, la superficie cultivée en Basse-Autriche est d'environ 650 hectares, contre un peu moins de 1 000 hectares en Autriche, Basse-Autriche comprise. Cela signifie que deux abricots autrichiens sur trois proviennent des agriculteurs de la région bleu-jaune, en majorité des régions de Wachau et de Weinviertel.

Le directeur de l'Union des agriculteurs de Basse-Autriche, Paul Nemecek, espère que les consommateurs profiteront pleinement des abricots de cette année : « Ceux qui achètent local sont récompensés par la meilleure qualité et contribuent à protéger le climat et l'environnement. Les agriculteurs de Basse-Autriche travaillent 365 jours par an pour nous fournir à tous des aliments frais. Acheter des fruits et légumes étrangers n'est pas nécessaire et représente une claque à l'agriculture nationale et à toutes les mesures de protection de l'environnement et du climat. »

Source : noebauernbund.at


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)