Marco Fernández-Concha de Amazon Specialties S.A.C. :

« Le marché des superaliments est en pleine croissance notamment depuis la pandémie, et surtout en Europe »

Ce que l'on appelle la jungle du Pérou, ou Amazonie péruvienne, constitue une écorégion considérée comme l'un des écosystèmes les plus riches en biodiversité au monde. Elle abrite des espèces uniques couramment consommées par les populations qui l'ont habitée pendant des siècles et que nous qualifions de « superaliments », car beaucoup d'entre elles sont encore largement inconnues aujourd'hui. Ils sont de plus en plus demandés sur le marché mondial, c'est pourquoi des entreprises telles qu'Amazon Specialties s'efforcent de les proposer aux consommateurs du monde entier, en luttant pour améliorer les conditions des communautés autochtones et pour préserver un environnement d'une valeur extraordinaire.

« Cette initiative a débuté il y a 15 ans avec mon partenaire Aurelio Loret de Mola, qui l'a lancée en tant qu'organisation à but non lucratif », commence à expliquer Marco Fernández-Concha. « Dès qu'il a terminé ses études universitaires, il s'est rendu dans la jungle pour promouvoir des projets sociaux et éducatifs dans les communautés amazoniennes, principalement des agriculteurs, et des projets agricoles durables sur le plan social et environnemental. » 

« La plupart des producteurs amazoniens ont de petites propriétés foncières de 0,5 à 2 hectares depuis la distribution des terres de la réforme agraire des années 1970, mais ce sont de très petites quantités qui ne leur permettent pas de gagner suffisamment. Nous avons donc entrepris de les soutenir pour qu'ils augmentent leurs bénéfices en les aidant à accroître la qualité de leur production, à réduire les déchets et à commercialiser leurs produits. »


Aguaymanto

« Au début, nous conduisions leurs récoltes à Lima et aux centres de distribution avec nos propres voitures pour qu'ils puissent vendre plus cher et que nous leur reversions ce bénéfice, jusqu'à ce qu'en 2016 nous fondions Amazon Specialties », se souvient Marco. « Aujourd'hui, nous travaillons avec plus de 4 500 agriculteurs et plus de 24 coopératives en Amazonie péruvienne. 50 % de notre production est constituée de cacao et de dérivés de cacao que nous vendons aux artisans chocolatiers d'arômes fins du monde entier, et les autres 50 % sont issus de superaliments péruviens provenant de la jungle et des hauts plateaux. » 


Champ de Yacon

« En plus des super aliments les plus populaires, nous travaillons avec d'autres qui ne sont pas aussi connus mais qui commencent à être demandés, comme le yacon, le curcuma, le kion, l'aguaymanto, la noix du Brésil, le camu camu et la lucuma. Également avec le sacha inchi, une légumineuse à forte teneur en acides aminés essentiels, ou le maïs violet, l'aliment ayant la plus forte concentration d'anthocyanines au monde. » 

Le macambo, le maca, le mesquite, la noix de pécan et le moringa, entre autres, complètent la gamme des super aliments. « Quant au moringa, nous avons signé un contrat avec une entreprise californienne qui nous donne les moyens de certifier un champ et de produire le premier moringa biologique du Pérou. Cela ouvrira un très grand marché pour le pays et ses agriculteurs ». 

Aurelio Loret de Mola (à droite) à Tingo María

Les certifications, une activité rentable mais non accessible aux communautés les plus pauvres
L'obtention de la certification biologique sera une étape importante et un coup de pouce pour le moringa péruvien. Mais comme le souligne Marco Fernández-Concha, il faut tenir compte non seulement de la nécessité de disposer de produits certifiés, mais aussi de la capacité des agriculteurs et des coopératives, en l'occurrence ceux de l'Amazonie, à faire face financièrement au processus de certification.

« Les produits de nos agriculteurs sont biologiques dans tous les sens du terme. Nous sommes au milieu de la jungle où les bananes, les papayes et les macambos poussent parmi les arbres amazoniens eux-mêmes. Il n'y a rien de plus biologique que cela et, dans ce cas, aucune vignette ne devrait être nécessaire pour le garantir, d'autant plus que les petits et moyens agriculteurs, et même les petites coopératives, ne peuvent pas se permettre les 6 000, 8 000 ou 9 000 dollars que coûte annuellement la certification de leur champ. » 


Les agriculteurs de Kion

« Je comprends qu'il y a des certifications que le client qui fait ses courses au supermarché veut voir à travers un autocollant, mais vraiment si l'entreprise qui vend peut être transparente, elle peut démontrer au consommateur que c'est biologique. Le moyen pour ces petits et moyens agriculteurs de se développer n'est pas de leur imposer davantage de coûts, mais d'éliminer ceux qui ne sont pas nécessaires. C'est la même chose avec le commerce équitable ; il est très cher à obtenir, ce qui paradoxalement contredit ses propres objectifs, à savoir le commerce équitable. » 


Producteurs à Huancayo

Transparence et durabilité
« Nous vendons nos produits dans le monde entier. 40 % de nos ventes se font en Europe, où nous nous développons beaucoup, les autres 40-50 % sont des ventes en Amérique du Nord, et les 10-20 % restants en Asie, en Australie et en Nouvelle-Zélande », explique Marco. « Le marché des super aliments est en pleine croissance au niveau mondial, surtout après la pandémie. Nous avons en fait commencé en 2016 à être des fournisseurs pour de nombreux agents et exportateurs péruviens, mais nous n'avons pas commencé à exporter par nous-mêmes avant 2018, lorsque nous sommes venus en Corée, fin 2019 au Canada, en 2020 aux États-Unis et début 2021 dans toute l'Europe et en Nouvelle-Zélande. Nous constatons une croissance très positive. Le point négatif est la logistique et les retards. Nous avons des clients qui disent que les conteneurs en provenance d'Afrique ou d'Inde prennent 5 à 6 mois. » 


Noix du Brésil

« Ces retards dans les expéditions signifient qu'il est encore plus nécessaire de payer à l'avance les agriculteurs avec lesquels nous travaillons », souligne Marco. « Nous aidons des communautés très pauvres pour lesquelles ce que nous considérons comme des montants minuscules font une énorme différence, et nous ne pouvons donc pas leur demander d'attendre des mois pour voir leurs bénéfices. Nos clients le comprennent et en travaillant avec nous de cette manière, ils participent à quelque chose de moralement juste. Ainsi, tous ceux qui recherchent la transparence et qui veulent aider les petits et moyens agriculteurs de l'Amazonie péruvienne à devenir plus durables ne doivent pas hésiter à nous contacter. » 

Pour plus d'informations : 
Amazon Specialties S.A.C. 
Tél. : +1 604 551 2283
marco@cacaolife.pe 
https://cacaolife.pe


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)