Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Sergio Cedeño, directeur général de Agrícola Cañas :

« Nous avons la plus grande productivité de bananes en Équateur avec 4 000 boîtes par hectare »

La productivité est un gage de compétitivité et, dans le secteur de la banane en Équateur, une entreprise obtient depuis des années des résultats qui avalisent sa stratégie et son effort opérationnel. « Nos exploitations ont la productivité la plus élevée du pays, avec une moyenne de 4 000 boîtes par hectare au cours des 8 dernières années, alors que la moyenne en Équateur est d'environ 2 000 boîtes par hectare », explique Sergio Cedeño, directeur général d'Agrícola Cañas, l'entreprise qu'il a fondée il y a 32 ans et qui possède 850 hectares répartis sur 9 exploitations.


Don Sergio Cedeño

« Nous avons atteint cette productivité élevée grâce à l'agriculture de précision. Chaque parcelle de chaque exploitation est techniquement gérée individuellement en fonction des caractéristiques du sol, notamment la fertilisation, en fonction des besoins nutritionnels de chaque secteur », explique le diplômé en agronomie de l'Université de Zamorano au Honduras. « En fait, les exploitations de l'Agrícola Cañas sont un exemple à suivre non seulement en Équateur, mais dans le monde entier, en raison de leur gestion technicisée. » 

« En dehors de cela, nous avons rénové les exploitations, en changeant les anciennes plantations par des bananiers in vitro que nous importons des meilleurs laboratoires d'Amérique Latine, notamment du Costa Rica. Ces plantes in vitro sont non seulement plus productives, mais aussi mieux adaptées et plus résistantes aux maladies du bananier ; elles sont également plus petites et plus faciles à récolter, ce qui facilite le travail de notre personnel. » 

« Avant tout, il faut savoir que Agrícola Cañas fait passer ses travailleurs en premier », souligne Sergio Cedeño. « Nous disposons d'installations pour eux avec les cantines et les salles de consultation mais aussi des terrains de football et aux salles de formation modernes où des professionnels de différents domaines leur enseignent des sujets tels que la gastronomie, la santé, les soins environnementaux ou la technologie agricole. Nous nous efforçons constamment de trouver des moyens d'améliorer encore leur bien-être, leur santé et leur éducation. » 

Des fournisseurs de bananes sur 5 continents
Agrícola Cañas envoie ses fruits en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient, en Russie et en Chine. « Nous gérons actuellement l'envoi de nos fruits en Nouvelle-Zélande avec une grande entreprise néo-zélandaise et éventuellement cette année, nous commencerons à envoyer quelques essais pour exporter également en Océanie en 2023.
De plus, nous avons un client qui exporte nos bananes vers l'Algérie, nous pouvons donc dire que nous sommes sur tous les continents. » 

« Les fruits de l'Équateur ont une particularité : leur durée de conservation est plus longue que celle des fruits provenant d'autres pays. En effet, le climat de l'Équateur fait qu'il n'y a pas tellement de maladies des plantes, de sorte que les bananes de l'Équateur peuvent atteindre n'importe quelle partie du monde avec une qualité parfaite. » 

En fait, l'Équateur est le premier exportateur mondial de ce fruit avec une part de 33 % des exportations de la planète. C'est le fruit le plus consommé au monde, mais aussi le moins cher, déplore Sergio. Même en ce moment historique où le coût des éléments fondamentaux de l'agriculture a atteint des niveaux qui mettent en péril la continuité même de la production et, avec elle, la sécurité alimentaire dans un monde où, malheureusement, l'année dernière, selon les données de la FAO, entre 702 et 828 millions de personnes étaient déjà confrontées à la faim.

« En ce sens, la situation du secteur de la banane est très difficile et, si ce problème n'est pas résolu, il n'y a pas beaucoup d'espoir de continuer à maintenir une récolte avec cette incroyable augmentation des coûts. En particulier les coûts de fret, car ce sont les compagnies maritimes qui ont tout rendu plus cher, car ce sont elles qui transportent les intrants et cela génère une inflation très forte. » 

Le diesel, nécessaire entre autres pour pomper l'eau d'irrigation, a augmenté de 350 % par rapport à 2020, indique William Boyd, du département commercial de la société, et les engrais ont augmenté de 180 % en moyenne. « Ces prix amènent les agriculteurs à moins fertiliser, voire à ne pas fertiliser du tout ; pas seulement pour les bananes, mais pour de nombreuses cultures, la production va diminuer. Il existe déjà de nombreux hectares ou semis abandonnés.

« C'est pourquoi les pays d'Amérique Latine demandent aux supermarchés des États-Unis et d'Europe d'augmenter le prix des fruits qu'ils nous achètent afin de pouvoir subvenir à nos besoins. Avec seulement 4 ou 5 centimes de plus par kilo, on pourrait y arriver. En d'autres termes, il serait possible de poursuivre une production très importante pour les consommateurs et pour un pays dans lequel près de 2 millions de personnes vivent directement et indirectement de la culture de la banane. » 

Sensibilisation à l'environnement
L'Agrícola Cañas possède les certifications GlobalG.A.P., SMETA et Rainforest, ainsi que la Licence Environnementale du Gouvernement Equatorien, « qui, bien qu'elle soit obligatoire, est détenue par très peu d'exploitations », rappelle Sergio Cedeño. « Mais notre conscience environnementale va au-delà ». 

« Nous sommes l'une des seules entreprises à faire recirculer l'eau de nos propres canaux pour la traiter afin qu'elle ne contienne pas les produits utilisés pour la fumigation avant de la rejeter dans les rivières, où de nombreuses personnes se baignent et boivent de l'eau. » De plus, dans nos canaux d'eau, nous avons des plantes appelées camachos qui, avec leurs larges feuilles, empêchent la fumigation de tomber dans l'eau. En Équateur, il n'y a pas d'obligation en la matière, mais il est dans notre conscience que l'eau qui sort de notre ferme soit propre.

« J'ai l'honneur de présider la Fundación de Culturas Montubias, grâce à laquelle nous luttons pour maintenir notre folklore, nos traditions, notre gastronomie, notre musique, nos costumes etc. Les Montubios sont les paysans de la côte équatorienne, donc en plus de maintenir nos coutumes, nous essayons également de garder notre campagne propre et saine, et agréable à vivre pour les générations futures. »

Pour plus d'informations : 
Agrícola Cañas
Km. 10 Vía Samborondón (Équateur)
Tél. : +201 (593-4) 500-9820
info@agricolacanas.com.ec 
https://grupoagricolacanas.ec


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)