Marna de Lange – SocioTech, Jeanine Kirkman & Gus Doyle – Umsizi

Schoeman Boerdery tend la main à une centaine de communautés rurales

Contrairement au secteur minier sud-africain, où la loi oblige à consacrer 1 % du bénéfice net à des programmes sociaux et de travail, il n'existe pas d'obligation légale de ce type pour les entreprises agricoles. Mais Schoeman Boerdery, un grand producteur d'agrumes de la région de Senwes, dans le Limpopo, a décidé de cofinancer un programme de développement économique local, appelé programme Broad-Based Livelihoods (BBL), dans les communautés environnantes de Sekhukhuneland (Limpopo) et de Mpumalanga.


Gogo Mashilo dans le jardin potager de Motshephiri, dans le Sekhukhuneland, aménagé après avoir été formée dans le cadre du programme BBL de Sociotech/Umsizi (photos fournies par Umsizi).

Le vaste programme de subsistance a été conçu et mis en œuvre par SocioTech et Umsizi Sustainable Social Solutions, qui ont collectivement plus de 30 ans d'expérience dans la conception de programmes visant à résoudre le problème de l'insécurité alimentaire chronique des ménages, de la malnutrition et de la pauvreté.

Comme le dit Marna de Lange, PDG de SocioTech : « On ne pense jamais assez petit - 10 rands par jour peuvent doubler le revenu disponible d'une personne » et indique que le Covid a mis en avant la question de l'insécurité alimentaire et a donné un élan au programme BBL.

« Nous devons libérer le potentiel et cela commence par les légumes »
« Depuis cinq ans que nous travaillons avec Schoeman Boerdery, leur programme s'est répandu comme une traînée de poudre », explique Jeanine Kirkman, responsable de programme chez Umsizi.

« Surtout une fois que le programme a été étendu des villages de l'exploitation agricole aux villages voisins et au-delà. Le programme BBL aide les gens ordinaires à développer des moyens de subsistance avec ce qu'ils ont déjà, à leur propre rythme, sans dépendre d'intrants externes, et à s'étendre autant qu'ils le souhaitent sans que leur propre succès soit limité. Cela devient un nouveau mode de vie ».


Formation en cours à Strydkraal, Sekhkhuneland (Province du Limpopo)

De nouveaux villages dans et autour de Sekhukhuneland sont continuellement ajoutés au programme, à mesure que la nouvelle se répand, et le programme que SocioTech et Umsizi gèrent au nom de Schoeman Boerdery est maintenant présent dans 100 communautés.

« Nous avons répondu à la demande d'une mise en œuvre plus poussée du programme dans la limite de nos moyens actuels, mais il existe un tel potentiel pour aller plus loin et plus largement », déclare Jeanine. « Nous aimerions essayer d'attirer d'autres partenaires ayant le même cœur pour les gens afin de le porter à un niveau supérieur. Il s'agit d'une solution qui a fait ses preuves et qui offre des possibilités d'extension. »

Elle observe que le solide réseau de parties prenantes de SocioTech et Umsizi est l'une des raisons de leur succès, et parce qu'il est conçu pour atteindre les masses au bas de la pyramide socio-économique. ainsi que la faible barrière à l'entrée.

« BBL est différent : il s'agit d'atteindre le plus grand nombre de personnes possible. Nous ne présélectionnons pas les participants, nous les ouvrons à tous. Notre objectif n'est pas d'avoir un nombre cible de jardins alimentaires, notre objectif est d'aider des communautés entières à se sortir de la pauvreté, en créant de multiples voies d'accès à l'économie puisque les emplois du secteur formel sont en déclin. »

Le programme BBL a été mis en œuvre en tant que programme de développement économique local pour le compte de sociétés minières remplissant leurs obligations sociales et de travail. Il a été mis en œuvre dans huit provinces d'Afrique du Sud, dans un millier de communautés où plus de 25 000 participants ont été formés à la culture de produits alimentaires, aux compétences commerciales de base et à la réalisation d'objectifs.


Fraises cultivées par un participant au programme BBL.

MyFood
La première étape de la mise en œuvre d'un programme BBL est une réunion de masse. « Nous expliquons que nous ne sommes pas là pour faire l'aumône, nous voulons les former à cultiver des aliments pour nourrir leurs familles et générer des revenus », explique Jeanine.

« Nous devons libérer le potentiel de l'économie informelle et cela peut commencer chez soi avec des légumes. Nous enseignons aux participants la méthode de la tranchée profonde, pour utiliser l'espace dont ils disposent. Il n'est pas nécessaire d'avoir de l'argent pour commencer une tranchée de 1x3m, car tous les intrants peuvent être obtenus gratuitement. La méthode de régénération des sols par tranchées profondes a connu un énorme succès, quelle que soit la région, la qualité du sol ou les précipitations. »
 
Les participants au programme, qui s'étend sur 8 à 10 mois, ne reçoivent pas de semences ni d'autres intrants, mais on leur montre plutôt comment récolter les graines des légumes qu'ils consomment déjà. Dans le cadre de la campagne « Arbres fruitiers » du programme, ils apprennent à ajouter des fruits à leurs pratiques agricoles grâce à des arbres fruitiers greffés subventionnés (ou à des boutures dans le cas des figues) pour lesquels ils doivent préparer les trous en suivant les principes de restauration des sols par tranchées profondes.

Selon Marna, la régularité avec laquelle les facilitateurs reviennent permet de développer une relation de confiance et, en trois ans environ, un programme BBL atteint généralement la masse critique.

Tunnel de culture et irrigation au goutte-à-goutte
Étant donné la faible barrière à l'entrée, il est facile pour les participants d'enseigner la méthode de la tranchée profonde à d'autres personnes. Les participants qui ont transféré leurs connaissances à trois autres familles, qui ont elles-mêmes atteint le stade de la récolte des légumes, peuvent prétendre à un tunnel de serre, si le budget le permet.

« Le tunnel de serre est une excellente publicité pour le programme - personne ne passe à côté d'un tunnel de serre. Les tunnels amorcent une conversation. On leur montre comment installer et entretenir le tunnel de serre ainsi que le système d'irrigation et ils sont capables de le reproduire à très faible coût : nous avons fait les calculs et ils peuvent générer suffisamment de revenus à partir d'une saison de cultures pour un deuxième tunnel. »

Cette participante a gagné un tunnel complet en diffusant son expertise en matière de culture de légumes auprès de sa communauté.

Mon entreprise et mon avenir
Marna remarque que ceux qui ont l'esprit d'entreprise voient rapidement l'opportunité de vendre des légumes au sein de la communauté, avec l'avantage que l'argent reste dans la communauté.

Un programme enseignant les principes fondamentaux de la gestion d'une entreprise, par exemple l'établissement d'un budget, la tenue d'un registre, la fixation des prix et le calcul des coûts, suit et peut être appliqué au domaine choisi par le participant (des compétences en matière de transformation des aliments, telles que la fermentation et la conservation, sont également enseignées).

« Il y a souvent un tel désespoir et de faibles niveaux de motivation dans les communautés. La partie MyFuture du programme BBL les aide à envisager un avenir différent en se fixant des objectifs, et le programme MyFood est le tremplin pour les amener là où ils veulent aller. »

Jeanine ajoute : « Schoeman Boerdery estime que le programme fait partie de la manière dont ils vivent leur vision d'être une bénédiction pour leur peuple, leur communauté et leur pays. »



Pour plus d'informations : 
Jeanine Kirkman/Gus Doyle
Umsizi Sustainable Social Solutions
Tél. : +27 11 791 2157
info@umsizi.co.za 
https://umsizi.co.za/partnering-with-schoemans-bbl/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)