Agrumes : le gouvernement sud-africain dépose un recours devant l'OMC et demande une concertation sur les mesures de l'UE

Justin Chadwick, PDG de la CGA, a partagé ses réflexions sur la situation relative aux agrumes, par rapport aux mesures de l'UE qui ont affecté les importations en provenance d'Afrique du Sud.

« Le 22 juillet 2022, la mission permanente de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies et d'autres organisations internationales a écrit à M. Joao Aguiar Machado, ambassadeur de l'Union européenne (UE) auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, pour demander que soient organisées des consultations avec l'UE concernant le nouveau régime relatif à l'importation d'agrumes d'Afrique du Sud.

En juin, le Comité permanent des plantes, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux (SCOPAFF) de l'Union européenne (UE) a publié une nouvelle réglementation drastique, et sans doute mal informée, exigeant le traitement par le froid des oranges à destination de cette région, afin de lutter contre les invasions de faux carpocapse (FCM) dans les exportations d'oranges d'Afrique du Sud. Malgré les nombreuses objections de plusieurs autres pays, y compris des marchés européens qui importent actuellement des oranges sud-africaines, ces nouvelles réglementations ont été publiées au Journal officiel de l'Union européenne avec une date de mise en œuvre fixée au 14 juillet 2022.

Le fait que les autorités de l'UE aient tenté d'appliquer ces nouveaux règlements à peine 23 jours après leur publication a rendu impossible pour les producteurs sud-africains de s'assurer de leur conformité, et souligne à quel point cette législation est injustifiée et discriminatoire, avec des conséquences dévastatrices pour notre industrie locale des agrumes.

En vertu des accords de l'OMC, les membres ont accepté de ne pas faire de discrimination entre les importations de différentes origines, de ne pas imposer de barrières sanitaires et techniques au commerce qui seraient discriminatoires et non fondées sur des normes internationales ou sur des preuves scientifiques solides. Il est clair que les mesures protectionnistes de l'UE à l'encontre de l'Afrique du Sud en matière d'importation de MFC violent ces conditions. Dans sa demande de consultations, l'Afrique du Sud a identifié 21 incohérences dans les nouvelles mesures phytosanitaires proposées, par rapport aux lignes directrices de l'accord de l'OMC, que l'UE est tenue de respecter.

Ces transgressions ont déjà eu un impact sur environ 3,2 millions de cartons d'agrumes d'une valeur de 605 millions de rands (38,4 millions d’euros). Des centaines de conteneurs d'agrumes sud-africains auraient été retenus par les autorités de l'UE à leur arrivée. En l'absence d'une intervention politique immédiate, ces envois risquent d'être détruits par les autorités européennes.

L'industrie locale est toujours convaincue que le traitement par le froid prescrit par la nouvelle réglementation est contraire aux preuves scientifiques, ce qui en fait une mesure arbitraire et inutilement restrictive pour le commerce et, par conséquent, contrevient aux exigences internationales en matière de réglementation phytosanitaire du commerce.

La CGA comprend que le ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Concurrence (DTIC), ainsi que le gouvernement national, ont entrepris un certain nombre d'efforts pour résoudre cette question au fil des semaines. Nous savons que le processus de consultation de l'OMC a été mis en œuvre lorsqu'il est devenu évident que d'autres voies ne permettraient pas de résoudre le problème. La CGA se félicite de la démarche du DTIC visant à porter ce différend au niveau multilatéral.

Cette crise menace non seulement la durabilité et la rentabilité des producteurs locaux et les 140 000 emplois que l'industrie maintient localement, mais elle se traduira également par des agrumes moins nombreux et plus chers dans les supermarchés européens. Nous ne pouvons tout simplement pas permettre ce qui n'était clairement rien d'autre qu'une décision politiquement motivée de la part des Espagnols, de décimer les entreprises de milliers de producteurs locaux et les moyens de subsistance qu'ils soutiennent, tout en menaçant la destruction de millions de cartons de fruits de qualité supérieure par les autorités européennes.

La CGA continuera à travailler avec toutes les parties prenantes du gouvernement et de l'industrie pour traiter cette question avec le degré d'urgence qu'elle requiert et espère que toutes les exportations d'agrumes de qualité supérieure vers l'UE seront reçues et accueillies à ses frontières. »

Pour plus d'informations :
Nicole Mirkin
Citrus Growers Association
Tél. : +27 084 552 3122


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)